Le site qui donne un coup de boule a Zidane.
Wario land II
Nintendo - 1998
Bordel de merde, ma cassette ! par Fungus

Extras : Musique - Manuel TXT - Manuel PDF
Warioland II c'est avant tout une date : 1998. N'importe quel rtrogameur normalement constitu (avec une zigounette ou le truc qu'ont les filles, l) savent ce que cela veut dire. Un gteau. Avec une ribambelle de bougies. Enfin, soyons modeste. Une dizaine. Ou bien ce type de bougie laide en forme de chiffre, celle qui ne sert qu'une fois parce qu'inutilisable une fois moiti fondue. Et qui la souffle cette dcoration de cire incendie ? La Megadrive, fleuron 16 bits de SEGA. Joie cotillons et confettis. Mais d'un certain point de vue, on s'en cogne un peu les noisettes. Parce que c'est galement un symbole pour les crtins passistes que nous sommes. Les annes 90 vont bientt s'achever, Patrick Roy est mort, l'eurodance est dj enterre sous les cadavres des boysbands qui gesticulaient quelques annes plus tt et le monde du jeu vido va tourner une page. Les 16 bits ne sont plus, la Playstation phagocyte tout le secteur avec un indcent succs, la Nintendo 64 agite les pattes pour conserver la tte hors de l'eau et SEGA organise la riposte avec sa Dreamcast. Le monde change, un nouveau paradigme s'impose. Le pixel semble mort, broy par les coups de boutoir du polygone, nouveau prophte vidoludique. Adieu palettes de couleurs deux chiffres, adieu petites musiques synthtiques, adieu joyeuses pastilles carres se trmoussant devant nos yeux d'enfants humides -les yeux, pas le reste. La mort de la 2D sur l'autel froid de la perspective et autres lissages de Gouraud intronise dfinitivement le oldisme et sa caste d'adolescents attards qui s'obstinent rouler en marche arrire.



Quoique. Une lueur d'espoir tremblote encore dans la pnombre, les forces de l'Axe du Mal ne sont pas encore en terrain conquis et tout le monde n'a pas encore accept ce soit disant tat de fait. Ha a non, parce que c'est avec une attitude comme celle-l que l'on a perdu la ligne Maginot monsieur. Car si les armes ont t rendues du cot des consoles de salon, le front est encore loin d'tre gagn dans la zone des consoles portables. Toujours pompier bon oeil, la Game Boy continue de surfer sereinement sur la vague qui aura submerg les annes 90 et noy ses concurrentes la tte dans la vase. Et elles n'ont pas encore refait surface ces concurrentes, au mieux elle clapotent pniblement la tte hors de l'eau. La Neo Geo Pocket n'tant qu'une srie de chiffres faisant couler des larmes sur les joues des grands pontes de SNK. Et la Game Boy Color n'est mme pas encore sortie pour lui recoller le museau dans les grands fonds, un tisonnier chauff blanc dans le fondement en prime. L'amateur de sprites et de scrollings diffrentiels va donc pouvoir s'adonner encore son petit vice, que cela soit dans les toilettes, les transports en commun ou une femme trop molle. Respirons.



1998 disions nous. Nintendo dcide de sortir une suite son diabolique ersatz de Super Mario : Warioland. "Enfin" crieront les plus impatients qui n'auront pas tort puisque la gestation aura dur tout de mme 4 ans. Dansons un petit sirtaki histoire de marquer le coup, personne ne nous regarde, hop. L'attente fut longue mais la rcompense en valait la chandelle, voire mme tout le stock de cierges.



Warioland II c'est avant tout une histoire de fric. Et pas seulement celui qu'engrange par camionnettes entires la firme de Kyoto. C'est une histoire de fric, le votre pour tre plus prcis. En fait il s'agit de celui qui n'est plus le votre. Vous vous souvenez de la petite connasse avec laquelle vous aviez eu maille partir dans le premier pisode, la fameuse et insupportable Syrup ? Eh bien la fesse que vous lui avez inflige ne lui a visiblement pas suffit car la bougresse est de retour. Vous savez ce que c'est : on grandit, on a les seins qui poussent, des bouffes d'audace et de ridicules projets d'entorses aux rgles morales. Ici, mademoiselle se coiffe d'un bandana et dcide d'aller brigander les honntes gens et les gros en salopette. Et le butin, c'est celui que vous avez consciencieusement accumul et qui dort paisiblement sur le livret A que constitue votre cave. Enfin, tout ceci c'est avant que l'adolescente rebelle accompagnes de ses sbires (dieu que j'aime ce mot, sbires) profite du calme de la nuit et de votre sommeil rparateur pour vous dpouiller jusqu'au dernier ducats. Au rveil, c'est la consternation : au voleur ! lassassin ! au meurtrier ! justice, juste ciel ! vous tes perdus, vous tes assassins ; on vous a coup la gorge : on vous a drob votre argent. Cette fois, la fesse va s'accompagner d'une planche clous.



Instantanment, on retrouve l'univers que l'on avait quitt quatre ans auparavant. Schmatiquement, Wario Land est un dcalque rigolo des Super Mario Land. Le premier opus donnait dj le ton, le second le confirme par une ambiance joyeusement crtine. Et le tout avec une sacre valeur ajoute. On peut mme avancer que c'est dans cette suite que le jeu prend dfinitivement ses distances avec l'original qu'il est suppos pasticher. Warioland possde dsormais sa construction propre, un level-design qui n'appartient qu' lui et une maniabilit qui le diffrencie de son confrre de moustache. C'est d'ailleurs sur ce dernier point que le contraste apparait en premier lieu au joueur. Brisons tout suspens inutile, notre adipeux salopette n'a aucune inertie. Une fois la croix directionnelle relche, il s'arrte brusquement, comme a pouf. Alors que la plupart des jeux de plates-formes nous ont habitu des personnages trottant quelques pas avant de s'arrter (voire quelques dizaines, c'est toi que mes yeux fixent, hrisson bleu), ici non, on stoppe comme si l'on s'crasait la hure sur un bloc de bton. Et cette absence est d'autant plus droutante que le gros possde une acclration quasi instantane. Les pantouflards de la maniabilit la Mario tiqueront un instant avant de prendre le moule et de constater rapidement que cet lment est loin d'avoir t trait par dessus la jambe. Un point commun avec la srie mre toutefois : le gameplay est simplement impitoyable. Diriger un gros buf n'implique pas pour autant d'avancer avec la sagacit d'un tas de briques. Une grosse louche de jugeote vous sera utile pour presser tout le nectar du jeu. Vous aurez calculer vos mouvements au poil de guanaco prs (ces animaux ont le pelage particulirement fin et doux) pour russir triompher de certains obstacles. Voil pour les dtails de surface, passons au cur du sujet.



Warioland c'est avant tout un contact avec la nature. Oh, je vous vois venir. Vous vous imaginez des parodies de cratures, des aberrations dots de dents et de griffes au-del du raisonnable, des arbres cannibales et des lichens nazis. Erreur d'apprciation : ici les animaux sont mimi tout pleins, des boules d'amour et de plumes. Et on peut en faire plein de choses rigolotes, comme se balader en chouette. On notera que l'ide fait cho avec Mario 64, sorti un an plus tt. Chez Nintendo, l'cologie est l'honneur : rien de se perd, tout se recycle. On peut galement faire du radeau sur une tortue ou encore lancer des poules pour dtruire des murs. Dieu merci, une fois de plus le choix nous est propos de faire le con. Par ailleurs, si la faune classique est affable et prsente bien, vous aurez nanmoins les lgions de sbires (yeah, sbires) infods Syrup corriger avec la diplomatie d'une brouette de parpaings. Et ceux-ci sont laids souhait, oscillant entre le pouacre et le grotesque. Pour notre plus grande joie. Un peu comme lorsque que vous railliez le petit Guilaumin et sa bosse dans le dos l'cole primaire. Les enfants sont cruels. Et parfois laids.



Le changement le plus notable avec l'pisode prcdent est la gestion des coups que votre personnage reoit sur son (gros) nez. A contre-sens des conventions du genre, vous tes invulnrable. Eh oui. Quoique le terme plus juste serait "invincible". Ou l'inverse tout bien rflchi, je ne suis sur de rien. En tout tat de cause comprenez par l que vous ne disposez pas de barre d'nergie. Enfin si, celle-ci fait double emploi avec votre compteur de picettes. Chaque agression vous fera cruellement perdre une partie de votre capital. Pour autant, le zro n'est pas rdhibitoire, le concept de "vies" ayant t banni du jeu. Du coup, vous encaissez les brimades sans pour autant finir ad patres. Lumineux. L'approche du genre s'en voit alors compltement modifie, la mort n'tant plus un obstacle (un peu comme l'Acadmie Franaise mais sans les costumes en laitue). La progression se fait plus libre, moins anxiogne puisque mme les prcipices sans fond ont tout simplement disparu des niveaux. Pas de conclusion htive cependant, on ne vous a pas mch le travail. Certainement pas.



La subtilit vient d'une autre ide prouvant que, malgr leurs jeux tlviss, les japonais sont loin d'tre btes : l'utilisation des ennemis comme lment de progression dans le jeu. Si vous vous acharnez les rduire en micro particules en les crasant avec votre postrieur, vous n'irez pas bien loin. Quoique certains ont russi aller loin avec leur cul mais c'est une autre histoire. L'ide est mme gniale : vous devrez parfois vous faire attaquer par certains sbires (oh, sbires) pour atteindre certaines zones. Une abeille dont la piqure fera fera enfler et vous permettra de voler, la taupe ptissire qui vous rendra obse (la puissance du gras) ou celui qui vous transformera en torche vaguement humaine. C'est l qu'entre en jeu l'intelligence de l'ensemble : votre progression va rgulirement dpendre de votre intuition et votre habilet exploiter les attaques de vos adversaires. Osons dvoiler que Wario va mme au cours de votre priple s'en prend plein la poire : compress, incendi ou mme transform en zombie. Il a sign, c'est pour en chier des briques chauffes blanc.



Et les petites surprises ne s'arrtent pas l. Autre innovation succulente : la possibilit de sauvegarder votre progression non pas la fin de chaque niveau mais quand bon vous semble. Que vous soyez en dbut de niveau, en fin ou aux cabinets. Exit la pesante frustration de recommencer un niveau entier aprs que vos piles vous aient lchement abandonnes ou que votre maman vous ait appel pour mettre le couvert du diner. Un petit tour dans le menu et hop, vous assurez vos arrires (ce qui ne fut pas le cas dans ce curieux bar qu'ont voulu vous prsenter vos amis samedi soir mais c'est une autre histoire et nous ne sommes pas l pour juger). Mais ne nous mprenons pas : loin d'tre une solution de facilit pour les joueurs les plus couards, c'est une fonctionnalit parfaitement indispensable tant l'ensemble est vaste.



Oui vaste. Vaste et retors. Si les premiers niveaux sont une jolie balade en Center Parc, le reste se corse comme le disait si justement le prfet Erignac. Au cas o certains ici seraient encore dans un schma de jeu de plates-formes classique et bassement linaire, rglons les choses tout de suite : vous tes de belles buses enrobes du sirop de l'ignorance. C'est un brin abrupt, j'en conviens mais soyons sans ambigut. Sur [NES Pas?] rigueur et justice sont les matres mots. Bouillabaisse et pnis aussi, mais des occasions trs particulires. Un peu de professionnalisme que diable. Un jeu vaste et retors disais-je avant d'tre grossirement interrompu par moi-mme. Comme dans le premier opus, les niveaux sont de vritables fourmilires, offrant plthore de passages secrets et de portes drobes. Rgulirement, vous aurez revenir sur vos pas aprs avoir pouss un "bon sang mais c'est bien sur" en tapant dans votre poing. Ou peut-tre suis-je le seul ici tre fan des 5 Dernires Minutes. Vous finirez par traverser de vritables petits labyrinthes, les dveloppeurs ayant vritablement cherch viter l'cueil de la linarit. Le jeu est mme une vritable partie de cache cache grande chelle. Tenez, le niveau du chteau dans lequel vous devrez creuser et dfoncer des murs pour avancer en est un parfait exemple. Et je ne vous parle pas du dernier des chteaux finaux (dit comme a cela parait abscons mais attendez de voire plus bas), un concept lui tout seul. Et une potentielle source de calvitie pour vous, soyez avertis.



Pour ce qui est des graphismes, ah la belle ouvrage. Oui, l'exclamation n'est pas superflue. Du pixel sculpt par un Raphal numrique en tat de grce (et avec des yeux brids toutefois). La seule introduction est un enchantement. Et ce genre de squence, le jeu en est ponctu, toutes aussi magnifiques les unes que les autres. Un dlice de drlerie et d'esthtisme. Le moindre recoin transpire de cette ambiance joyeuse et dlicieusement bte. Tenez, il faut voir ce passage, littralement tordant, o aprs avoir t aplati par une salet de marmotte casque, Wario se met rebondir comme un ressort. Votre propension faire le con est d'ailleurs une constante dans le jeu. Je souponne mme par avance certains de retourner dans certaines zones simplement pour le plaisir de faire l'andouille. Avouez, je commence bien vous connaitre. Au del de a, dans Warioland on voyage. Les dcors ne se limitent pas un univers bucolique base de forts et de cavernes magiques. Merci, on a dj donn. La varit ne donne pas dans le minimum syndical. On prend le train par exemple. On visite une usine et on traverse mme un paysage urbain que l'on a plutt l'habitude de retrouver dans des Double Dragon. Warioland II, c'est un peu le kebab salade tomate et oignon.



Les musiques tmoignent galement de la qualit gnrale de l'objet : dlicieusement dbiles, simples et rythmes. Elles sont la plupart du temps bases sur une mlodie se rsumant une poigne de notes. Pour autant, elles n'en sont pas moins efficaces. Voire mme parfaitement dans le ton du jeu. Un soupon de trois fois rien pour vous mettre dans l'ambiance. On est loin de la sophistication d'un Mario. Ce n'est pas anodin. Au del de la volont de se dmarquer de l'univers du plombier, il y a l une prise en compte du systme de progression. Sachant que vous aurez fureter dans tous les recoins d'un niveau pour en voir le bout et en grappiller toutes les babioles prcieuses, l'quipe de dveloppement a cherch viter l'cueil de l'ambiance sonore rptitive. De la part d'un peuple qui vend du caca dans ses sex-shop, c'est relativement bien pens. Qui n'a jamais song allumer le gaz ou regarder les missions de la nuit sur Arte en jouant un RPG japonais ? A force de rester dans une mme zone, certaines musiques confinent la folie pure. A plus forte raison lorsque que ledit RPG est sur Game Boy. Dieu me tripote, ce n'est pas le cas ici. Vous pourrez allgrement rester dans un niveau sans couper le son et hurler des insanits en nerlandais.



Parmi les figures classiques, vous aurez entre autres affronter des boss de fin de niveau gros, laids mais surtout sacrment rigolos. Comme prcis plus haut (suivez un peu, bon sang), vous tes quasi-invincible en les affrontant. Cependant, subtilit il y a. Ne succombez pas la tentation de jouer les gros bourrins. vous risqueriez de vous retrouver ject de la zone de combat et de devoir faire une sance de trekking pour retraverser une partie du niveau afin de battre nouveau des poings. Une approche du genre dcidment d'une certaine fraicheur, l'image de l'affrontement contre un lapin gant dans une partie de street basket. Ces vauriens sont en revanche d'une facilit parfois dconcertante. Une fois la faille dcouverte, c'est les doigts dans le nez - au sens figur, abject personnage. Au pire, l'affrontement final vous demandera un peu de patience mais rien d'insurmontable.



Lorsqu'on vous dit que ce jeu est complet, on ne vous prend pas pour des jambons. Chaque niveau complt donne droit un mini-jeu dans lequel vous aurez deviner un nombre cach. Les temps sont durs (le nikkei est en chute libre qui plus est) et tout se monnaye : chaque indice donn sera un accroc de plus dans votre cagnotte humblement amasse. Outre le sentiment d'tre un seigneur des voies de l'esprit, une bonne rponse vous donnera une pice de puzzle compltent une composition picturale (oui, un tableau). Un challenge qui s'additionne la qute principale et qui obligera rester sur votre Game Boy des heures o vous devriez tre en train de terminer votre dissertation d'Histoire ou d'honorer madame lors de votre obligation conjugale trimestrielle. Cela parait anecdotique sur le papier mais un sentiment de vide vous emplira (surtout aprs le devoir conjugal) si vous ne vous efforcez pas d'aller jusqu'au bout. Vous voudrez le complter ce putain de tableau, je vous le garantis.



Une fois cette coquine de Syrup vertement corrige, le jeu n'est pas pour autant termin, loin de l. Pour complter votre butin, il va vous falloir emprunter des chemins de traverse. Debout feignasse, la qute est loin d'tre close. Le challenge va se situer dans votre capacit rcurer les niveaux dans leurs moindres recoins. Un implacable dcompte sera effectu en fin de jeu avec le pourcentage de vos trsors amasss ainsi que des morceaux du tableau retrouvs. Une carte diablement bien conue vous montrera sous la forme d'un arbre plusieurs entres ce que vous aurez btement manqu. Et croyez moi (mme si je vous ai fait croire que votre mre est morte l'autre jour), moins d'tre abominable d'opinitret, il y aura des manques. A titre d'exemple, j'ai constat avec effarement que j'tais pass cot de plus de la moiti des bibelots lors de ma premire partie. Le pourpre de la honte envahit mon visage, je le confesse. Ce fut alors l'occasion d'une seconde manche, cette fois axe sur la chasse aux trophes. Et l, non seulement vous aurez dnicher les babioles dores manquantes mais il vous faudra galement trouver les passages secrets vous permettant d'accder un nouvel embranchement sur la carte globales. Succulent.

Par extension, une des grandes originalit de cet pisode est la multiplicit de ses fins. Car oui, il y a plusieurs fins alternatives, cinq pour tre prcis. Dsol pour la rvlation mais j'ai autant de considration pour l'thique journalistique qu'un pigiste de France Dimanche. Le jeu termin une premire fois, tout reste faire. Et c'est l que les choses se compliquent un tantinet : les niveaux cachs portent bien leur nom, les fourbes. A vous de fouiller et de vous rcurer les synapses pour dbusquer les passages dissimuls. Le premier est lui seul un monument de subtilit tordue, mille lieues d'un mur pulvriser ou d'un passage malicieusement dissimul dans une zone d'ombre. On ne vous prends pas pour des jambons vous dis-je. Bref, Warioland II, c'est du temps, beaucoup de temps passer devant un cran de 20cm.



De deux choses l'une : soit la plthore d'adjectifs laudatifs tale sur cette brochette de paragraphes vous aura convaincu de l'incontestable qualit de ce petit trsor, soit vous tes une fougre sous anxiolytiques voire un membre des jeunesses giscardiennes. Martelez ceci de lettres de feu dans le marbre de votre esprit : Warioland II est un incontournable de la logithque de la Game Boy, un titre dont l'omission relve du Code Pnal et de la btise crasse. Allez, zou, vous de devriez mme plus tre en train de lire ces dernires lignes mais de vous ruer chez votre dealer de jeux le plus proche pour vous le procurer. Enfilez tout de mme un slip, il y a des enfants dehors.
Le point de vue de César Ramos :
Concidence, trouver ce jeu un prix dcent - complet qui plus est - s'apparente galement une chasse au trsor.