Si vous comprenez ce site, ne prenez pas la route.
Altered Beast
Sega - 1988
La Bte Humaine par Fungus

Extras : Musique - Manuel TXT - Manuel PDF
Il est de ces jeux qui sont jamais attach une console, sans que l'on sache parfois trop pourquoi. Pour beaucoup, Altered Beast est celui par lequel toute une gnration a dcouvert la Megadrive. Qui n'a pas pass son mercredi aprs-midi dans un Auchan ou un Conforama pour tapoter sur une manette trois boutons pendant que les grandes personnes taient occupes pousser un caddie ou contempler des tagres en mlamine ? Vendu en bundle au lancement de la machine, il a t la vitrine de la gnration 16Bits selon SEGA. Pour d'autres c'est avant tout cette phrase passe la postrit : "Wiiise fwom youw gwave !". C'est de l'anglais. Vous en doutez ? Normal, c'est l'anglais que l'on parlait l'poque de la Grce Antique. Ce qui explique peut-tre la qualit crapoteuse de la digitalisation. Mais revenons nos Plutons et voyons ce qu'il reste de ce jeu une vingtaine d'annes aprs sa sortie.



L'histoire commence mal : vous tes mort. Qu'est-ce que vous avez branl, bon sang ? Toutes les excuses sont bonnes pour ne pas aller bosser. Que se passe-t-il en fait ? C'est le bordel. L'enfer a dcid de passer ses RTT la surface : les mort-vivants wise fwom theiw grawe, les dmons se promnent sans aucune pudeur, des animaux issus d'une obscure branche de l'volution ne sont mme pas en laisse et on allonge la dure des cotisations salariales. Le temps ne se prte pas la gaudriole. Pis que a : votre vie sentimentale atteint un niveau de mdiocrit record. Et ce n'est pas en faisant la sieste sous une pierre tombale que les choses vont s'arranger. A dfaut d'autre chose, vous sautez donc sur l'occasion qui vous est offerte par les dieux de l'Olympe : ramener au bercail la gourdasse de service. Et en un seul voyage si possible. Vous savez, le grand classique : cette oie au corsage plein et la cervelle creuse toujours incapable lcher le moindre coup de genou dans l'entrejambe du sombre sbire venu l'enlever. Et comme de bien entendu, il ne l'a pas embarqu dans la commune d' cot. Non, madame vous attend Ghenne, rieuse destination des mes damnes, des entits diaboliques, des experts comptables et des bonnes poires comme vous. Debout feignasse, votre repos ternel a assez dur comme a. Sortez-vous les doigts du fondement (je ne veux mme pas savoir ce qu'ils faisaient l, du reste) et allez botter le sant malodorant de ces mtques cornes de votre talon de discobole imberbe. Muni de votre gourde, vos sandales de randonne et vos tablettes du Guide du Routos vous voil parti en mission d'exfiltration.



Le jeu est l'ancienne, il est dur, il sent le cuir et la sueur. Remarquez, pour un jeu dans lequel on dirige un grand muscl en slip dans la Grce Antique c'est somme toute assez logique. Le produit est de la plate-forme d'action parfaitement classique et sans surprise dans son droulement : vous avancez, vous tapez et essayez de maintenir vos statistiques de mortalit les plus basses possibles. Pour s'en sortir dans ce merdier antique (et non dans cet entier merdique, cessez vos calembours minables) il vaut mieux ne pas tre une raviole. Vous devrez aller dessouder du dmon avec votre bite et votre couteau. D'ailleurs oubliez le couteau, vous n'y aurez mme pas droit. Et comme ce jeu est autoris aux mineurs, l'autre accessoire sera remplac par vos petits poings. Si les deux premiers niveaux se passent les doigts dans le nez (d'ailleurs sortez-les, c'est rpugnant), les suivants commencerons vous chauffer la couenne. A l'poque (pensez-donc, c'tait il y a 2000 ans) on avait pas invent les continues ou les recharges d'nergie. Si vous voulez voir la fin, il va falloir faire preuve de la patience du stocien et de la pugnacit du spartiate. Bref, que vous morfliez le moins possible. Et la tche ne va pas tre aise, tant donn que notre bel phbe est aussi souple et gracile qu'une armoire normande. Les ennemis vous tombent sur le museau de tous les cots et vos rflexes de bulot ne sont pas l pour vous aider grer les enchanements d'atmis. Dieu merci (enfin non, c'est un encul puisqu'il vous a rveill pour cette mission la con) le jeu n'est pas non plus la mer Ege boire, vos adversaires tant surmontables (ceci est une mtaphore) avec un minimum d'adresse.



Heureusement, dans la Grce d'autrefois, si on a pas de fusil pompe, on a des palliatifs. Les hormones animales pour tre plus prcis. Parmi toutes les bestioles qui vont vous tomber sur le rble, le loup gris ( deux ttes, c'est un minimum) va vous permettre de mettre un peu de protines dans vos biceps. L'animal est particulirement riche en substances anabolisantes puisqu'une fois le museau prestement corrig il vous lche une sorte de... heu... de quoi du reste ? D'aucun y verront une reprsentation miniature de Saturne (la plante, pas le dieu) tandis que d'autres y verront un logo d'une quelconque entreprise des annes 80. Peu importe, l'essentiel est que le bidule en question vous charge comme un vainqueur du Tour de France et gonfle vos petits muscles, vous permettant ainsi de boxer du vilain avec plus d'efficacit. Rsonne alors un splendide : Powwwwer Up ! du plus bel effet, avec ce dlicieux cho qui rsonne en tout lieu, mme si vous tiez au beau milieu de la Beauce. Au passage, le thorme de l'incroyable Hulk se vrifie ici : au fur et mesure que votre beau grec prend du volume, ses vtements se dchirent, pour ne finalement plus couvrir grand-chose. Sauf bien sur son entre-cuisse, pudiquement masque par un morceau de tissu incroyablement lastique. Notre Adonis gonfle, gonfle, jusqu' un certain point o vous ressemblez trop une boue vivante pour continuer ainsi.



C'est votre cot bestial qui prend alors le relais. Les poils vous poussent, votre museau s'allonge et vous avez une subite envie d'une gamelle de Frolic. Vous tes un loup. Du moins quelque chose qui y ressemble, une version amliore disons. Le quatrime stade de vos transformations se solde toujours par une prise du poil de la bte voire de l'caille de la bte, super pouvoirs la cl. Au cours du jeu, vous aurez l'occasion de transmuter en 4 type de bestioles : un loup-garou, un dragon-garou, un ours-garou, un tigre-garou et nouveau un loup-garou avec un joli pelage dor, histoire d'avoir l'air prsentable devant votre blonde. Pas de garou-gorille en revanche, n'en dplaise aux mlomanes. C'est ce moment que la poilade commence puisque dsormais plus grand chose ne vous barrera la route. Vous dmastiquez du margoulin grands coups de boules de feu et autres fulguropoings avec un malin plaisir et sans modration. Plaisir qui ne dure qu'un temps toutefois puisque la plupart du temps, le boss de fin de niveau dbarque dans l'instant qui suit le dbut de votre sance d'quarrissage. Mauvais joueurs.



Ces capacits spciales vous seront d'une grande utilit pour annihiler le club des joyeux dmons qu'on vous envoie en comit d'accueil. Qu'avez-vous affronter d'ailleurs ? Bonne question, une quipe d'experts bosse dessus. Disons que nous avons en vrac : du zombie pugiliste, du mort-vivant body-builder, du loup bicphale (cf plus haut), du dragon serpent, du blob mangeur de tte, de l'escargot mutant (quoique certains pencheraient plutt pour du rocher carnivore, le dbat reste ouvert) ou encore du bouquetin factieux. Les avis sont encore plus partags concernant les boss de fin de niveau. Selon les interprtations de certains, vous aurez affronter : une motte de terre gante, un arbre oeil, un fossile hargneux, un hippocampe gant et un sanglier catcheur. Pas rellement de point faible trouver ou de technique particulire utiliser pour chacun d'eux : on cogne sans relche et c'est qui en aura marre le premier. La saine et classique loi du plus con, en somme.



Jeu de lancement de console oblige, le potentiel de la machine n'est pas pleinement exploit. La Megadrive assure mme le minimum syndical. Pour la petite info, le jeu nous vient directement de l'arcade, le System16 de SEGA. La conversion vers nos salons douillets est plutt russie. Reste que le jeu est tout de mme ancr dans les annes 80. Rassurez-vous, il ne porte pas de veste en jean et n'est pas coiff avec une nuque longue. Non, mais la ralisation n'augure pas encore toutes les merveilles dont va nous rgaler la petite machine japonaise. Soyons bref, clair et prcis : Altered Beast accuse le poids des ans. Peu de couleurs, des sprites au minimum syndical, une animation qui ne doit pas donner des sueurs froides au processeur principal et une musique qui vous fait pousser cette rflexion, laconique : "tiens, y'a de la musique en fait". En rsum, le jeu n'est pas trs beau, plutt raide et assez vide. Peste, que reste-t-il donc sauver dans cette production ?



L'esprit srie B, voil ce qui tient encore le jeu. Vous avez vu le Choc des Titans ? Si la rponse est non, dommage pour vous, vous avez rat un sacr bon film. Il y a mme un monstre qui mange des vierges. Tellement bon du reste que je ne serais pas tonn qu'il ait inspir le dveloppement du jeu. En se baladant d'un niveau l'autre, on a l'impression d'tre dans un bon vieux B italien de la grande poque, ceux des Maciste et autres pplums transalpins dans lesquels des culturistes lanaient des rochers en mousse sur des monstres, en mousse galement. Voil ce qu'voque Altered Beast : une srie B, voire bis, adapte sur un modle de jeu vido. Simpliste sur le fond, bricol sur la forme, comme peut l'tre ses homologues cinma. Cheap dans sa globalit mais attachant. En dpit de ses limites techniques, il y a toujours ce petit plaisir dmastiquer du mort-vivant ou du bouquetin dmoniaque coup de direct du gauche pour les vaporiser dans un nuage de viande, mme pas kasher.



Le jeu souffre clairement du syndrome des productions de lancement de console. Il a du mal dissimuler le poids des ans et vieillit logiquement moins bien que d'autres jeux de la ludothque du bb de SEGA. Plutt pauvre graphiquement, assez court, gameplay un poil rigide et globalement assez kitsch, bref il appartient la premire ligne, celle des annes 80 et qui a essuy les pltres pour ouvrir la voie aux petites bombes qui ont dfil par la suite. Il n'empche, il fait partie, dans une certaine mesure, des incontournables de son poque, ne serait-ce que pour sa valeur historique. Et ses zombies boxeurs.

Le point de vue de César Ramos :
Classique parmi les classiques, le payer est dj beaucoup.