Le site auergewhnlich, mme pour les juifs.
Doom
Williams - 1995
Mfie toi des ides de Mars par Fungus

Extras : Musique - Manuel TXT - Manuel PDF
Ce test commencera par une interrogation, la votre : pourquoi voquer l'pisode Super Nintendo de Doom alors qu'il existe des versions non seulement antrieures mais surtout aux attraits techniques bien plus vendeurs sur d'autres supports, commencer par la version micro, sminale et de fait incontournable? Parce que la dure mais juste loi dairain qui rgit ce site contraint les humbles et alcoolo-dpendants rdacteurs comme moi ne discourir que sur des titres circonscris l're 16 bits et pas un de plus. Duralex sed lex comme on dit du cot de Saint Gobin.

Peste. Il va donc falloir ruser.



Voyez donc ceci comme un tour de passe-passe, une pirouette, un rideau de fume. Une escroquerie. Mais faisons comme si de rien n'tait, les mains dans les poches et un air dtach en faade. Avec un peu de chance et en cadrant serr a peut passer.

Doom donc.

Tu parles d'un morceau. La cl de vote, la pierre angulaire, le substrat prodigue. L'avant de l'aprs. Le jeu qui a eu le culot et l'audace de ne pas crer un genre mais d'en retirer les honneurs, jamais. Les premires traces de souillure bruntre au fond des sous-vtements d'une gnration de joueurs qui commirent l'poque l'imprudence de s'attaquer ce jeu, seuls dans une pice sombre. Difficile de dire sur ce titre ce qui n'a pas dj t dit foison, toute poque et sur tout support. C'est pour cela que l'on va se contenter d'une redite, accompagne d'une poigne d'humour gras. De toute faon vous ne payez pas.



La sortie de Doom sur une Super Nintendo moribonde en cette fin d'anne 1995 est un peu le rendez-vous de l'improbable. On est mme proche d'une dclaration publique de dmence prcoce ou de l'happening vido-ludique. Parce qu' cette poque, Doom a mis son nez dehors depuis prs de 3 ans dj. Sur un support, le PC, qui sur le plan technique pose sa paire de RAM sur le nez de la console de Nintendo. Des mega-hertzs et des kilo-octets en pagaille sparent les deux machines. S'ajoute durant ce laps triennal une brochette de versions passes la moulinette d'une nouvelle gnration de systmes arrogants de technologie (pour le meilleur et pour l'horreur, j'y reviens plus bas). Plus beaux, plus gros : l'affaire est loin d'tre dans le sac. On est mme pas loin de jouer colin-maillard sur l'autoroute.



A moins que dans ce sac, on y ajoute un petit plus, un argument indniable. Objectivement peu dfendable plus de quinze ans aprs mais dont la force argumentaire sur le plan oldies est ber 9000 comme ont dit en Rhnanie. Cet argument, accompagn de tambours et trompettes l'poque, ce fut le Super FX-2. Ah, a vous la coupe, non ? Non ? Baste.

Quoiqu'il en soit cette petite prothse de silicium va permettre une Super Nintendo presque griatrique de mouliner quelques mga-hertz de plus et nous permettre de trouer de l'arachno-dmo dans l'allgresse. A quelques concessions prs, dont les plus flagrantes sont la disparition de 5 niveaux et l'absence de sauvegarde mais ne soyons pas mesquins d'entre de jeu.



Entamons tout de go avec la question qui caresse la langue de tout un chacun : est-ce que Doom sur Super Nintendo est laid? Oui. Aurait-il pu tre beau? Non. Nous voil fixs. Pour tre parfaitement honnte, le jeu n'est pas rellement laid. C'est Doom sur Super Nintendo, voil. On ne construit pas le Taj-Mahal avec des parpaings. De fait, a dgobille du pixel et a trane un peu la patte, voire d'autres extrmits. Mais la rtine reste sauve si l'on arrive se faire l'ide que l'on affrontera moins des hordes de dmons que des monceaux de briques agressifs. Pour peu que l'on ait t biberonn l'opus original, on saura reconnatre temps une applique murale d'un imp vindicatif. La plupart du temps.



La jouabilit se plie plutt bien la manette de la Super Nintendo. La rpartition des boutons est pense avec intelligence, les actions s'enchanent et se combinent efficacement. Les rflexes sont assez rapides se mettre en place et on ne se fait pas peler btement le cul par un cacodmon parce que l'on a dgain son poing amricain au lieu d'ouvrir une porte ou tent de faire un hadouken (mais si vous en tes ce point, on ne peut plus faire grand-chose pour vous). D'autant que nous sommes en prsence d'un jeu cr avant la normalisation du genre sur micro (oui, je prfre ce terme celui de PC, c'est mon cot TILT) et des mcanismes de jeu qui aboutiront quelques annes plus tard ces hordes de chimpanzs la souris greffe au poing, jurant un filet de bave hystrique la commissure des lvres qu'on ne peut dcemment pas jouer un doom-like la manette. Je n'aime qu'excessivement peu ces gens. Les voir molests au sang coup de cartouches de Goldeneye m'arracherait presque une grimace bate.

A la rflexion, a m'arracherait plutt un fou-rire.



Certes, graphiquement le jeu donne parfois l'impression de visiter les faubourgs de Roubaix. En revanche, le jeu retrouve l'quilibre du cot des performances sonores du jeu qui n'ont elles pas rougir de la comparaison avec son glorieux an. Ou peu s'en faut. La rorchestration des titres qui ont fait frisonner nos oreilles et nos SoundBlaster est impeccable, commencer par celui que l'on attendait au dtour, l'oeil pliss et le pavillon inquisiteur. Quelques pas dans les couloirs humides du premier niveau et nos oreilles poussent un ouf de contentement, l'essai est transform. Les bruitages sont l'avenant, on saura reconnatre le beuglement rauque et guttural d'un porc mutant, en embuscade au coin d'un couloir, la soif de sang jusqu'au bout du groin. Fermez les yeux, l'atmosphre est l. Et vous vous pargnez une tendinite des paupires tenter de distinguer un zombie d'un bidon de mazout quatre mtres de vous.



En fin de compte, tait-il ncessaire, voire indispensable de porter Doom sur Super Nintendo au vue de l'masculation technique annonce? Prenons du recul et soyons philosophes. Il faut voir cette production comme un baroud d'honneur, la dernire pirouette avant le tomber du rideau, le cul montr aux anglais avant la dernire salve des archers Azincourt. Porter Doom en 1995 sur un support aussi limit que la 16-bits de Nintendo est, dans l'absolu, d'un intrt qui frle le nant. On peut facilement avoir mieux et pour moins cher. C'est plus un exercice de style, un dfi de dveloppeurs, la fiert de gens trop pauvres pour se payer une 32-bits en 1995-1996.



D'autant que cette version est loin d'tre le pire affront fait ce parangon du dgommage la premire personne. A ceux qui glosent devant les carences techniques certes flagrantes - de ce portage, je les renvoie des opus de sinistre mmoirequi ont contribu une augmentation notable du nombre de cas de cataractes au sein de la communaut des joueurs. Episodes 32X et 3DO, c'est vous que je pointe du doigt, avec vos crans fentrs dgueulant du pixel et vos musiques criardes. Soyez maudits jusqu la fin des sicles.


Le point de vue de César Ramos :
L'aura lgendaire de la saga a permis de rendre le jeu facile dnicher, pour un tarif correct.