Le site qui a gagn Marignan en 1514.
Hagane
Hudson - 1994
Shinobi, the Alien Wars par Fungus

Extras : Musique - Manuel TXT - Manuel PDF
La vie est une vieille amante capricieuse. Un matin elle vous expulse de sa couche sans mnagement ; le soir elle vous tend la fesse, le sourire en coin. Certains jours gris c'est salsifis et vinaigrette rance tandis que d'autres m'offrent blinis et tarama. Et ces blinis prennent parfois la forme d'une bonne trouvaille dans un morne recoin de vitrine d'un dealer d'occasion tout aussi morne. J'arrte de suite avec les analogies culinaires, a me donne faim et c'est idiot.






On parle de bonne surprise donc. You said it bouffi. Je ne savais rien de ce que renfermait cette gangue de plastique polie par les ans lorsque je fit tinter un trio d'euros dans les mains grasses du dealer d'occasion susnomm. L'aventure. La moiteur du souffle des promesses de l'inconnu. La palontologie du pixel. Une sorte d'Howard Carter devant le tombeau de Toutankhamon, les risques de mort par malaria en moins. Bref, je gratte, creuse et poussette en entretenant le fluet espoir d'exhumer un joyau prcieux, dfaut une babiole revendre au march noir. Mtaphoriquement parlant. Et le moins que je puisse dire dans le cas prsent, c'est que je ne regrette pas d'avoir dpens l'quivalent d'un pack de bire de table. Foutre non. Car ce que j'ai arrach de la vitrine des marchands du temple, c'est Hagane. Hagane, c'est un peu celui qui a manqu la sortie de la nationale du tout venant vers l'autoroute de la gloire. Et pourtant, tout tait l pour cuisiner la recette d'un succs. Dcortiquons un peu tout ceci.



Japon, poque incertaine. Probablement un de ces vagues futurs hypothtiques, purs prtextes des cabrioles scnaristiques et pirouettes visuelles. Parfait. On aime a, on en redemande en claquant des mains. Ici, c'est plus prcisment un mlange d'inspiration vaguement technologico-mdivale dont il est question. Des robots au milieux des pagodes. J'aime. Un peu comme un garde suisse dans un Apple Store mais en moins grotesque et surtout plus utile. Mon samoura chez les cyborgs si vous voulez. Admettons. Je hume un lger fumet de Shinobi mais n'en disons pas trop pour le moment.

Introduction. clairs, cris et fume. Il semble s'en passer de belles. Des balles sifflent, des btisses s'embrasent et le dollar baisse. Le chaos gonfle et la tyrannie guette. Les tambours des plus hautes montagnes en appellent au hros, celui qui ne flchira pas sous la lame et le feu. Ou alors je suis tomb au beau milieu d'un spectacle mdival du Puy du Fou et je n'ai pas l'air con. Peu importe. Avoir entre les pattes un robot samoura, voil ce qui compte en somme. Une espce de symbiose sur pattes entre la carcasse mtallique d'un Probotector (que de grotesques sots se bornent appeler Contra) et la cagoule d'un Joe Musashi . Shurikens et shrapnel au menu par consquent. Menu mitonn par un cordon bleu (ou une ceinture noire plutt) tant on se lche les babines et ne laisse rien dans l'assiette au final.



Et pourtant, le pari tait risqu. Il en va du mlange des rfrences vido-ludiques comme celui des alcools fins : si on fait n'importe quoi, a donne un sale got dans la bouche et un mal de crne de premier ordre. Quid alors de notre samoura piston ? Y'a bon si vous me passez l'expression. Vous commandez une splendide machine de guerre, un vritable couteau-suisse du nettoyage par la terre brle. Notre bonhomme a dans sa besace de quoi raser le Benelux sans refaire le plein. Grenades, shurikens, fouet lectrique, sabre de feu et l'incontournable furie qui aseptise l'cran, n'en jetez plus, c'est presque trop, je bave sur mes mocassins. Et pourtant, a ne s'arrte pas l, bonheur. Le pompon sur le gteau, ce sont sans aucun doute les attaques au corps corps dont est capable notre crustac de tungstne. Celui-ci peut faire des petites pirouettes en avant et en arrire, certes plus pour dmontrer ses talents de gymnaste que par relle utilit. Sauf lorsque combin avec une attaque au sabre ; vous dchanez alors la puissance du katana, exponentielle selon le nombre de galipettes accumules avant d'envoyer la sauce (piquante). Dans les faits vous vous ferez la plupart du temps sottement contrer une fois sur deux, mais eh, l'esthtisme prime parfois sur l'efficience. Surtout lorsque cela permet un hros d'obtenir dfinitivement son permis de charisme. Et puis avouez-le, vous aimez faire l'andouille devant tout le monde.



J'voquais Shinobi quelques lignes plus haut, si si regardez bien ou alors vous ne suivez pas. L'influence de la saga de SEGA -cette laide allitration ne vous sera pas facture- est indniable, plus d'un titre. A commencer par l'univers o s'entremlent pass et futur mais a, c'est une vidence pour le premier imbcile ou suisse-allemand venu. En approfondissant un peu, on retrouve galement cette passerelle entre technologie et folklore nippon et de sa rsultante sur la construction du jeu. A commencer par notre samoura cracheur de feu. De fait, on est amen se farcir du cyber-gobelin dans des forts de bambou, rtir du dmon dans des cits en flammes ou mincer du ninja au sein de pagodes cyclopennes. Du classique en fin de compte. Mais du classique qui fonctionne : les influences sont distilles avec parcimonie et quilibre, les squences s'enchanent avec fluidit et la ralisation de l'ensemble est du Label Rouge, du bonheur par pack de douze.



Shinobi mais pas que. Car la subtilit a ses limites. Ce n'est pas un ninja que vous avez entre les mains mais un robot. Un guerrier conu pour l'quarrissage sur champ de bataille. Customis qui plus est. Les petits pas furtifs, les pirouettes d'esquive et les dguisements en lampadaire, a fait rigoler 5 minutes. Faisons crier canons et chanter arquebuses. Car il y a matire faire. Au corps corps ou par shurikens interposs, vous aurez tailler votre voie au travers d'escouades de sbires - sbires- aussi varies qu'hostiles vos plans de carrire. Avec une frnsie modre nanmoins, le jeu n'approchant que modrment la difficult fasciste d'un Contra. Arroser vos vis vis de plomb fondu ne sera pas d'ailleurs votre unique salut, la construction des niveaux exigera de vous souplesse des genoux et acuit du regard. Comme... comme dans un Shinobi tiens. C'est fou , je retombe sur mon dbut de paragraphe. [NES Pas ?], l'OuLiPo du pixel.



La fin de cet article pointe le bout de son nez et je n'ai toujours pas de dfaut dbusquer dans ce jeu. C'en est presque frustrant. Comme une jeune proie convoite dans une soire tudiante et que l'excs de vin et d'herbes de Provence pousse se jeter dans vos filets sans opposer la moindre forme de rsistance. Et pour cause, l'ensemble est de haute tenue. Je parle pour le jeu bien sur. Pour la petite Valrie, c'est une autre histoire -que vous expliquerez au procureur. Graphiquement, c'est impeccable. Certains tableaux un peu ternes (la fort) tant contrebalancs par des passages frlant le sublime (l'affrontement dans les cieux ou la simple introduction). C'est propre, fluide, efficacement agenc et d'une difficult dose au petit poil -la progression se faisant ardue sur la fin. Histoire d'inscrire tout de mme quelque chose au registre des dolances, on lui reprochera dans une certaine mesure un relatif manque d'originalit, la ralisation piochant dans un dcorum classique et balis par les productions du mme genre depuis une dizaine d'annes. Ceci tant, le jeu arborant l'tendard Hudson, on ne s'tonnera qu' moiti tant le jeu aurait pu voir le jour sur la fabuleuse console de NEC, c'est dire. Et ne soyons pas bgueules, nous qui achetons notre vodka dans les hard-discounts.



Cette friandise prouve que 18 ans aprs avoir mis les dessus pour la premire fois, la Super Nintendo est encore en mesure de m'offrir de belles surprises. Comme ce titre sorti un peu de nulle part. Heureux soient les ignorants comme disait je ne sais plus qui - probablement Mitterrand en 88. L'ignorant des petits classiques de cette trempe, qui dorment paisiblement dans un coin d'ombre, attendant de faire resurgir la magnificence de l're 16 bits au visage d'un enfant titillant la trentaine du bout de l'index. Enfant qui ne risque pas de revtir le masque du connard en rejoignant les fripouilles du net pour revendre sa trouvaille au poids du lithium. Ah a non.



Le point de vue de César Ramos :
Le problme ne sera pas de le trouver mais de le trouver un prix ne frisant pas l'indcence.