Le site qui sait que tu es déjà mort.
Nintendo 64 : Du remplacement du stick, ou comment soigner la patte folle

Sixty-four ne répond plus! par Pika
Vous le savez tous (du moins ceux qui en ont une et qui y jouent), les sticks de nos bonnes vieilles manettes de Nintendo 64 supportent mal le poids des ans (et de nos gros doigts sales), le problème le plus fréquent étant l’apparition d’un jeu (ah ah !) de plus en plus important dans le mécanisme. Car oui c’est un système mécanique (comme dans les souris à boule du lycée), contrairement aux manettes d’aujourd’hui qui sont analogiques. Je suppose que c’est le prix à payer quand on est un précurseur.


Yé souis malade... très malade...


Bref tout ça pour dire que de nombreuses solutions ont été bricolées pour remédier à ce problème (rajouter de la graisse, remouler certaines parties avec de la résine, greffer un stick non officiel…) sans jamais arriver à quelque chose de véritablement probant et durable. Et c’est là qu’on voit que nos amis américains sont trop forts (même s’il y a écrit MADE IN TAIWAN dessus) : si on ne peut pas réparer ce maudit stick, autant remplacer complètement le bloc avec une technologie actuelle DE QUALITER bien plus fiable. Aussitôt dit aussitôt fait, le stick hybride N64/Gamecube était né. Pour les deux du fond qui ne suivent pas, il s’agit donc d’un stick GC dans un bloc compatible N64.


Coucou! Tu veux voir mon stick?


On remarquera que ce n’est pas exactement un stick GC, mais l’important c’est la technologie derrière et surtout le feeling, et pour le coup c’est réussi.


Un stick GC, dans sa prime jeunesse.


Merci au passage à Jungrock pour m’avoir fait découvrir ces sticks et pour son mini-tutoriel sur le forum, sans lui ce dossier n’existerait pas. C’est donc grâce à lui que je me suis mis à fouiller le web pour trouver ces sticks à un prix plus raisonnable (oui parce que onze euros par stick ça fait quand même réfléchir). Mon dévolu s’est porté sur cette annonce, environ 15€ pour deux sticks, parfait, j’en prendrai pour un dollar deux paires, merci.

Petit aparté :

Certaines fortes têtes (dont moi au début…), ou radins, me demanderont « Pourquoi payer une dizaine de dollars pour un bloc stick alors que je pourrais récupérer une manette GC pour deux roupies, la démonter et greffer son stick sur ma manette 64 ? »
Ah ah et bien jeune chien fou, tout simplement parce que la connectique n’est pas du tout la même. Comme on peut le voir, un bloc stick de manette N64 se relie simplement via une nappe à six broches, alors que pour un bloc stick GC, c’est, comment dire, plus compliqué, comme illustré ci-dessous :


Comme une moule à son rocher.


Alors que le stick C (oui, le petit jaune moche, appelons le Kim Jong-il), lui, est câblé via un connecteur. Mais un connecteur à quatre fils. FAIL.


Pas grave! Très bon! Très bon, toi prendre!


Il n’y a donc aucun moyen simple de greffer un stick d’une manette GC sur une manette 64. Pris de curiosité, j’ai tout de même voulu jouer au petit ingénieur rétro en essayant d’ouvrir un des fameux bloc qui nous intéresse, mais j’ai juste réussi à mordre le plastique sur toute la longueur. J’ai l’impression que ces enculés d’américano-taïwanais ont serti la coque, sûrement pour qu’on ne découvre jamais quelle technologie alien anime ces sticks. Conclusion : pour changer ses sticks, il va falloir raquer.

Fin de l’aparté.

Mais on n’est pas là pour écouter péter les boucs, revenons en au principal : le montage.
Si vous n’avez jamais démonté une manette de N64, sachez tout d’abord que c’est enfantin : sept grosses vis, plus deux petites vicieuses qu’on a tendance à oublier, placées de part et d’autre du port d’extension. Et même pas des triwings, de bêtes cruciformes. Autant dire que c’est à la portée du premier Mad, ou très con, ou les deux, venu.


On en a de ces vis (air connu).


Une fois les entrailles de la bête à l’air, on peut déjà repérer le bloc stick.


Yé souis tlop yeune poul moulil!


Les seuls obstacles à son extraction sont trois petites vis et la PCB personnelle du bouton Z, autrement connu sous le nom de gâchette. Pour cette dernière aucun problème, il suffit de la déclipser, vous pouvez y aller comme des bourrins ça vient tout seul. Tout comme les trois vis, encore une fois cruciformes. La partie délicate vient du connecteur, mais là encore rien d’insurmontable, il suffit de faire alternativement levier avec un petit tournevis plat de chaque côté de la fiche, le tout avec délicatesse. De petits mouvements de vrille assureront l’intégrité de celle-ci, mais surtout du support.


Hop!


Une fois qu’on l’a assez dégagée on peut finir à la main (un peu comme avec ta mère), EN NE TIRANT SURTOUT PAS SUR LES FILS. On enlève alors le bloc et on se retrouve avec un trou béant, n’attendant que le moment où on viendra le combler avec notre stick tout nouveau tout beau.


A gauche l'organe malade, à droite le greffon.


A ce point du dossier on se dit qu’on a fait le plus dur, qu’il suffit d’enficher le nouveau bloc et de tout remonter et roule ma poule, let’s have a burger. Ce que je m’apprête à faire dans la joie et la bonne humeur, avec la satisfaction du devoir accompli en deux coups de cuillère à pot. Et là c’est le drame : la fiche a du mal à rentrer, voire bloque complètement. Ma vie défile devant mes yeux, j’ai des envies de suicide et de pâtes carbonara. Puis vient l’envie de meurtre sur ce revendeur eBay Floridien. Et enfin la résignation, suivie par une intense réflexion. C’est là que je remarque des petits taquets dépassants de part et d’autre du connecteur.


Toi, tu vas prendre cher.


Un coup de cutter plus tard, ça devrait déjà mieux rentrer.


Ça t'la coupe hein!


Et effectivement, comme papa dans maman, mais après quelques années de mariage, comprenez qu’il faut un peu forcer pour aller jusqu’au bout.


Hannnnn ouiiiiii bien au fond!


Bon il est à noter que sur une seconde manette j’ai réussi à rentrer la fiche sans la circoncire, juste en trouvant la bonne position et en forçant un peu plus. Donc il semblerait finalement qu’elle soit à la bonne taille, il faut juste avoir un peu de doigté et de patience. Dans le cas contraire je vous ai déjà fourni la solution.

Il ne nous reste donc plus qu’à remonter le tout, en commençant par reclipser la PCB de la gâchette comme on l’a démontée (comme un bourrin donc), puis les trois vis pour fixer le bloc.


C'est beau comme du Guy Georges.


On refixe ensuite la coque grâce aux neuf vis, en prenant soin tout d’abord de remettre en place les boutons qui se seraient éventuellement carapatés pendant la manipulation de l’engin.
Et voilà, on se retrouve donc avec une manette N64 prête à affronter le XXIème siècle, dotée d’un vrai stick analogique qui revient en position neutre tout seul, et avec un feeling de dingue. A vous les Mario Party endiablés, la visée précise dans Goldeneye et la conduite souple dans F-Zero X!


I'm making a note here: huge success.


Bonus

Pour vous en exclusivité l’intérieur d’un authentique bloc stick Nintendo 64, où l’on peut toucher du doigt l’origine des problèmes inhérents à ce modèle :


Belle toute nue?


DES ROUAGES !
Alors OK ça donne un indéniable côté steampunk à l’ensemble, mais des rouages en plastique, srsly…
Sans compter les supports du stick qui transmettent le mouvement pour qu’il soit numérisé, on peut déjà voir l’effet de l’érosion sur le plastique, et c’est ce qui entraine fatalement le jeu dudit stick.