NesPas, une femme, une pipe, un pull.
Dracula
Sony Imagesoft - 1993
T'es chauve, souris par Clence_tum

Extras : Musique - Manuel TXT - Manuel PDF
Je vais vous faire une confidence: j'prouve une adoration malsaine envers les jeux nuls. J'ai beau me dire chaque fois que non, on ne m'y reprendra plus, je finis toujours par y revenir. Un peu comme cette vieille copine moche qu'on retourne voir chaque chagrin d'amour, parce qu'aprs tout, c'est chaud et moelleux l'intrieur.

Au cas improbable o vous ne le sauriez pas encore, le personnage charismatique suceur de sang et coureur de jupons rpondant au doux nom de Vlad l'Empaleur n'a pas t invent par Konami, mais par un irlandais qui souffrait de la goutte, Bram Stoker, en 1897. Un sicle plus tard, en 1993, sort au cinma Bram Stoker's Dracula, ralis par le gros Coppola (celui o on voit les miches Monica Belluci, pour vous situer). Sony profite alors de l'occasion en sortant tout un tas de jeux estampills du nom du film, histoire de faire du fric facile, parce que bon, faut bien payer les saladiers de coke du pre Kutaragi, qui dj l'poque avait tendance tirer un peu trop sur la ficelle, croyez-moi.



En ces temps bnis, les jeux licence taient souvent potables, contrairement aujourd'hui. Souvenez-vous, Batman, Duck Tales, Chip&Dale.... H bien l non, dommage. Prenez votre chaussette leste et suivez-moi, on va casser du jeu de merde.

Nous allons donc suivre les pripties de Jonathan Harker, clerc de notaire londonien parti faire du tourisme sexuel en Transylvanie (ah, les charmes sauvages de l'Europe de l'est...) Au dtour d'une fort sombre, alors qu'il s'tait un peu trop loign de l'auberge la recherche d'une prostituski, Jonathan avise au loin un chteau, sur un pic rocheux du genre escarp, moiti cach par la brume. Le type d'endroit o seuls des acteurs de teen-movies iraient foutre les pieds. Mais voil, Jonathan est anglais, par consquent un peu simple, et il confond le chteau du Comte avec un bordel roumain. Son sang ne fait qu'un tour et, ne pouvant rsister l'appel de la bite et du sexe facile, Jonathan remonte son pantalon et entreprend de traverser le marais qui le spare du pic rocheux. C'est ce moment que vous entrez en scne, car vous pensez bien que si vous laissez ce con d'anglais se diriger tout seul, il va probablement prir noy dans une flaque d'eau. Et si on retrouvait un sujet de la Couronne tendu raide mort au fin fond d'une fort slave, avec le pantalon remont aux genoux et une trique de tous les diables, a ferait mauvais genre, n'est-ce pas ?



On prend donc Jonathan en main et on y va. Premire constatation: a n'est pas trs beau. Mais on a vu pire, surtout sur gameboy. C'est aussi trs mal anim, on a l'impression que le perso glisse sur le sol et dfie la gravit. Je sais bien que Jonathan a t incarn par Keanu Reeves au cinma, mais c'est pas une raison. Allons, passons outre.

On saute, on dtruit des blocs, on rcupre des coeurs et des armes lancer, et on shoote les ennemis avec. Quand on tombe cours de munitions Jonathan dgaine son coutelas et il va au contact. De la plateforme archi-classique donc. Jusque l, Tout va bien. On y croit, on ne lche rien, on est fond derrire Jonathan. Permier boss, risible. On continue, on arrive au pied du chteau, on ne doute pas, on entre. Aprs tout, il y a peut-tre la Belluci l'intrieur.



Et l, c'est le drame. La musique. Ce n'est pas qu'elle soit spcialement laide, non, ce n'est pas a. Seulement, Sony n'avait plus de sous quand ils en sont venus la bande-son, alors ils sont descendus dans la rue et ils ont ramass le joueur d'orgue de barbarie du trottoir d'en face. Cette musique rend fou. Quand vous recommencerez le niveau pour la dixime fois, et que la mlodie reprendra, vous aurez vraiment l'impression qu'il y a ct de vous un clochard maniaque l'oeil torve, en train de tourner la manivelle de son instrument du Malin en riant comme un dment. C'est bien simple, quinze ans plus tard, j'ai encore des spasmes lorsque je croise un de ces dviants dans la rue.

Donc, on coupe le son, et on continue. Je vous rappelle que Jonathan est anglais et qu'il est quip de ce qu'on appelle le flegme britannique, et c'est pas une musique de saltimbanque qui va l'empcher de tirer son coup.



Deuxime constat: c'est sombre et c'est moche. Les sprites se confondent avec l'arrire-plan, c'est carrment pas clair. Et je ne parle pas des leviers baisser pour activer des machins, qui doivent diffrer de deux pixels avec le mur qui les entourent. Gnial. Mais ce n'est pas le pire. Ca rame. Et pas qu'un peu hein, rien voir avec les petites ramouilles sympathiques de Duck Tales. Ici, a rame mme quand il n'y a rien l'cran. Et quand il y a plus d'un ennemi, alors l c'est soire cinma chez les frres Lumire.

Et l, Jonathan commence sentir la peur monter en lui. Cette peur moite, poisseuse, qui s'infiltre insidieusement au plus profond de votre tre, juste avant de vous faire rendre le manger de midi. Bref, le doute commence srieusement s'installer en nous. D'autant que le jeu est sacrment chafouin: on passe son temps crever sur des piques qu'on avait pas vu, sur des fantmes qui sont apparus trois pixels de nous, sur des chauve-souris qui n'taient pas l une seconde auparavant. C'est mme pas que c'est dur, c'est que c'est chiant.



On arrive au deuxime boss. Un gros mec barbu, poil, qui lance des boules de feu. Genre bcheron en goguette. L, on se dit qu'il est peut-tre encore temps de rebrousser chemin avant d'tre perdu aux yeux de l'humanit. Mais Jonathan ne l'entend pas de cette oreille, il n'a pas envie de rentrer dormir une nouvelle fois sur la bquille, et on peut le comprendre. On ne va pas le laisser tomber comme a, on fait quipe, on joue collectif bordel ! Heureusement pour nous, le deuxime boss est aussi facile que le premier. Alors on l'envoie au paradis des bcherons et on attend la suite, inquiets.

Et l, pas de bol, le jeu est fini. Bin oui ducon, c'tait le niveau facile, et comme les dveloppeurs n'ont pas voulu se faire chier rgler des choses complexes comme le nombre d'ennemis ou la quantit de dommages qu'il font, ils ont eu une ide de gnie: on arrte le niveau facile au premier tiers du jeu. Redoutable, il suffisait d'y penser.



Arriv ce stade, ma premire ide serait d'teindre la console et de laisser Jonathan se dmerder, aprs tout ce n'est pas de ma faute si il a une sexualit exotique. Mais voil, ce serait trahir ta confiance, cher ami lecteur, que de renoncer devant si peu. J'ai donc recommenc le jeu au niveau difficile, pour voir. H bien les stages suivants sont toujours aussi pigeux (ah ah, la plateforme qui descend dans l'eau puis qui remonte pour vous faire visiter les joints du plafond, les pieux qui sortent du sol juste aprs un saut millimtr, on ne s'y attendait pas), et les boss sont toujours aussi nuls. Par contre, cette pave de Jonathan finit par sauver Mina et, videmment, la baiser, comme quoi la vie est injuste.

En conclusion, Bram Stoker's Dracula est un jeu licence mdiocre et mprisable, laid et mal ralis, dont on ne se souviendra que par sa bande-son diabolique, probablement interdite par la Convention de Genve. Et si ce n'est pas le cas, nous faisons face un vide juridique terrifiant.


Le point de vue de César Ramos :
Commun, et heureusement 3 cacahutes.