Le site du centrisme tapioca.
Final Fight CD
Capcom - 1993
C'est la lutte finale par Clence_tum

Extras : Musique - Manuel TXT - Manuel PDF
Je ne sais pas si je vous lai dj dit mais, tant petit, jtais oblig daller passer toutes mes vacances dans un immonde patelin bas-normand, en compagnie de mes grands-parents. Aujourdhui encore, je garde le net souvenir du lit froid et grinant, des draps qui sentaient la pisse, des dners frugaux base de soupe aux cailloux, et des longues promenades dans les marais, durant lesquelles ma mm ne manquait jamais une occasion dessayer de me noyer dans lOrne. Ah mais cest quon savait rigoler chez mes grands-parents, ct Cest arriv prs de chez vous est un reportage de Delarue.



Mais tout ntait pas noir en ce temps-l. Ainsi, pour oublier cette joyeuse ambiance, jallais souvent dpenser largent des commissions dans lunique salle darcade du patelin, appellation bien pompeuse pour ce qui ntait finalement quune vieille borne poussireuse dans larrire-salle du caf des sports situ non loin du march aux poissons, sur laquelle tournait Final Fight. Ainsi passais-je des aprs-midi entires dans ce bar, devant le vieux port (qui tenait ltablissement), jouer coinc entre deux turfistes qui avaient t pousss l pour ne pas gner, et dont la complte dcomposition des chairs ntait empche que par le haut degr dalcool qui rgnait dans lair ambiant. En fin daprs-midi, mon grand-pre venait me chercher, et me grondait depuis derrire ses grosses lunettes de grand-pre ; vous savez, ces normes binocles monture dores avec des verres blinds et jaunis dont on ne sait trop si cest la teinte dorigine o si cest une coloration due la fume corrosive des gitanes mas. Enfin des lunettes de vieux quoi.



Ainsi nai-je jamais eu assez de temps pour finir Final Fight en arcade, mais je ne blme pas mon papy, je laimais bien, quel dommage quil soit mort gel dans ltang cause de son pied bot un soir en revenant des putes. Papy, je tavais bien dit que tavais eu trop de chance de ten tirer aussi facilement la Libration et que le destin te rattraperait.



Lhistoire aurait pu sarrter l, mais ctait sans compter sur ma capacit dbiter des conneries sans queues ni tte pendant de nombreuses pages. Ainsi, il y a quelques mois, un beau jour, ou tait-ce une nuit, jai redcouvert ce jeu au travers de la version Mega-CD lors dune visite chez un vieux camarade avec qui javais lhabitude de passer des nuits moites sous la couette, nous mesurer contre divers jeux vido abscons (et a nallait plus loin, que croyez-vous, nous sommes sur un site de droite enfin), plutt que de travailler dur pour russir nos tudes et faire une cole de commerce plus tard, regarde tu fais pleurer ta mre tu peux tre fier de toi. Bref, ni une ni deux mais trois, je choppe le jeu, jenvoie mon camarade au ravitaillement la superette en face, et je branche la console, la tte dj pleine de souvenirs denfance et de bars glauques.



Ce ne fut que pour me rveiller trois jours plus tard, vtu seulement dun slip usag, affal sur un canap avec un vieux relent de pizza aux anchois au fond de la gorge et un pad collant dans la main. Le sol tait jonch de canettes de bires bon march, et latmosphre tait plus opaque que le trou du cul de Jean Gabin dans Quai des Brumes. Final Fight est un jeu qui ne pardonne pas, sachez-le.



Mais nanticipons pas. Nous avons ici affaire un classique du jeu darcade, un beat'em all de Capcom venu des ges farouches, le gouffre pices comme on en fait plus. Je ne mtendrais pas trop sur le contexte historique, sinon vous allez vite vous rendre compte que je ne suis quun imposteur qui ny connat rien. Retenons juste que cest un des premiers beatem all modernes , comprenez aprs Double Dragon et avant Streets of Rage. Cest aussi lun des plus durs. Sorti dabord sur arcade en 1989, il est par la suite adapt sur toute une chie dordinateurs et de consoles (Amiga, Amstrad, Nes, Super Nes, et jen oublie), parce que bon, fric tout a, cest bien lgitime.



On sintresse aujourdhui la version Jattends Allons Mega-CD, je lavais dit, Moulinot combien de fois vous ai-je dit dtre attentif plutt que dessayer dattraper les mouches, et rentrez moi cette langue, vous tes en train de cirer le parquet l. Bon Comme le hasard fait bien les choses, il se trouve que cette version est la meilleure de toutes, car la plus proche du nirvana de larcade. la bonne heure.



Le scnario est bien videmment particulirement brillant, peu prs autant quun trou noir de taille moyenne. Imaginez Metro City, mgalopole au bord du gouffre, o rgnent le vice, la violence, le crime organis, les bandes de jeunes eux tout seuls, et Jacques Toubon. ct, No-Detroit fait penser une sympathique bourgade du Loir-et-Cher. Heureusement, le maire nouvellement lu, Haggar, ancien catcheur, a jur de ne connatre le repos que lorsque le Mad Gear, principal gang de la ville, serait mis hors dtat de nuire. Pas de chance, le chef du gang le prend de vitesse et capture sa fille Jessica pour lui faire comprendre quon nest pas des rigolos, merde. Mais re-pas de chance, Haggar est du genre qui on ne la fait pas, et sans hsiter plus que a, il part la poursuite des mchants accompagn de Guy et Cody, deux amis denfance de la gueuse. Cest vrai, quand on est maire pourquoi se faire chier avec la police ou le SWAT alors quon peut tout simplement enfiler une culotte tyrolienne, recruter deux puceaux et traverser toute la ville pour rcuprer sa fille.



Vous laurez devin, on a donc le choix entre les trois persos avant de commencer le jeu. Guy est le petit freluquet de service, celui-l mme qui tait choisi en dernier quand on faisait les quipes en gym. Il tape comme une merde mais il est rapide. On a ensuite Haggar le gros buf, avec sa moustache dacteur porno des annes 80. Et enfin Cody, le mec moyen et quilibr, pas trop lent mais pas trop puissant non plus. Au passage, il est noter que Guy et Cody sont galement des personnages jouables dans la srie des Street Fighter Alpha, mais l nest pas le sujet.



Cest parti. Le jeu comporte six niveaux : Slum, Subway, West Side, Industrial Area, Bayside, et Uptown, avec un boss chaque fois. a peut paratre un peu court comme a premire vue, mais en fait pas tant que a (cest dailleurs ce que je leur dis toutes). Le gameplay est dans les rgles de lart : vue de ct, un bouton pour taper, un bouton pour sauter, un bouton pour sortir le coup spcial qui nettoie lcran mais qui vous fait perdre de la vie. Du classique donc, on est en terrain connu, et ce nest pas plus mal.



Les personnages ont bien entendu quelques combos, dont certains particulirement durs accomplir (le coup dHaggar qui consiste choper un gars, sauter avec lui et retomber en lui clatant la colonne vertbrale sur le bton, Zangief-like, est fatal mais particulirement ardu sortir). On affronte donc des vagues continues dennemis, parfois six ou sept la fois lcran. Il y a la petite frappe de base, qui nest l que pour se faire taper la place des plus gros et vous distraire. Il y a aussi les rockabillies qui, en plus davoir un got vestimentaire et capillaire dtestable, ont la capacit de parer les coups. Il y a les gros obses qui vous foncent dessus plus vite quun goth sur une boite de cirage. Il y a les filles qui ne font pas beaucoup de dgts mais qui vous sautent par-dessus pour vous planter leur talons-aiguilles dans le dos, voire pire. Il y a les petits chafouins habills en Davy Crockett qui lancent des couteaux ou qui font des tacles meurtriers, et qui disposent dune barre de vie scandaleuse. Il y a enfin les Andore, des lutteurs de foire denviron 2m50 qui servent de mini-boss eux tout seuls et qui, malheureusement, ne sont jamais seuls. Anecdote : ils serviront de modle Hugo, un des personnages jouables de Street Fighter 3.



Autant vous dire que le combat est loin dtre gagn. Pour saider un peu, on peut ramasser des armes, choisies parmi les poncifs du genre : couteau, gros tuyau, katana. Pour rcuprer de la vie et du score, on pte les poubelles, les cabines tlphoniques, tout ce qui passe porte de battoir, ce qui fait bien videmment apparatre des bonusques, ou des gigots. Voila qui est inattendu, dis donc.



Donc, on avance sans rflchir, et on appuie frntiquement sur le bouton. Croyez-moi, quand on se retrouve en face dun tas de viande belliqueux avec la tronche de Maradona et un marcel rose motifs panthre, on ne se pose pas de questions et on cogne. A la fin de chaque niveau, on affronte un boss, qui non content dtre surpuissant, est accompagn par des vagues rptes dennemis de base, ce qui a tendance compliquer quelque peu la chose, ayez lamabilit den convenir. On se rappellera tout particulirement dEdi. E., le flic corrompu du troisime niveau qui vous allume depuis lautre bout de lcran avec son flingue, et qui doit tre au coude coude avec les sauterelles et les socialistes dans la course au plus grand flau de lhumanit.



Mais finalement, la mayonnaise prend plutt bien, le perso rpond au poil de mollet de coureur cycliste, et on se surprend sortir des mga-enchainements improbables, choppant un ennemi droite, le balanant gauche pour stopper net le tas de moches qui arrivait, tout en faisant bouffer ses dents au boss avec lautre main. Bon, a cest quand tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, je ne vous fais pas dire que la plupart du temps on se fait rosser dimportance par la dizaine de lches qui vous cognent tour de rle, telle cette petite vieille qui avait eu la mauvaise ide daller la nuit tombe retirer de largent la poste dAulnay-sous-Bois.



Car Final Fight est un jeu dur, on ne le dira jamais assez. Dj dulcor par rapport la version arcade qui tait virtuellement infinissable sans y engloutir une quantit draisonnable de pices, cet opus Mega-CD vous tiendra tout de mme veill de nombreuses nuits, dailleurs je nai pas russi dpasser lavant-dernier niveau quand jai refait le jeu pour prendre les captures. Bon, il faut dire que je suis de ceux qui narrivent jamais battre Chun-Li au niveau facile, mais quand mme.



Toute cette bonne soupe est admirablement servie par des graphismes au petit poil. Le jeu a un peu souffert de sa conversion, principalement cause du manque de couleurs de la Megadrive, on a un peu limpression dtre devant les photos passes dun vieux Paris Match des annes cinquante, mais ce nest pas mchant, on pourrait mme aller jusqu dire que a donne un cachet. Certains dcors sont tout simplement bouyaaah , notamment le niveau cinq avec la statue de la libert larrire-plan, ou le mtro en mouvement avec, euh, les machins qui servent se tenir qui sagitent en rythme. Bref, on sent vraiment que tout a a t roul la main sous les aisselles avec amour par un salaryman nippon, un samedi soir entre 21 heures et minuit. Le grain inhrent la Mgadrive russit mme paratre joli, cest vous dire.



La bande-son est du mme tonneau. Les bruitages sont trs classiques, mais russis (il faut le prciser hein, aprs tout ceux de Golden Axe faisaient penser au viol dun matelas en mousse) ; mais l o le jeu enfonce tout dune seule main sans forcer, cest au niveau de la musique. Histoire de justifier le CD derrire le nom du jeu, on nous a concoct des morceaux aux petits oignons bios. Pour rsumer a en quelques lignes, disons que cest un subtil mlange de la BO de Miami Vice, avec des thmes funky du flic de Beverly Hills, quelques morceaux de Scarface, ou encore le jingle de Hollywood Night sur TF1 (vous savez, les tlfilms ricains qui alternaient entre thriller de merde et film de cul du pauvre). Le genre de musique qui vous fait immdiatement enfiler un 501 moule-burnes, des baskets blanches scratchs et un t-shirt UCLA, pour aller vous promener dans cette mchante mtropole du dbut des nineties, avec lhorizon de gratte-ciels en pixel-art 16-bit. Du bonheur, vous dis-je.



Je crois que jai fait le tour. On peut videmment jouer deux, comme dans nimporte quel beatem all qui se respecte. Il y a aussi un mode time attack, qui consiste buter le plus dennemis possibles dans le temps imparti. Pratique pour se dtendre aprs la frustration du jeu normal. En bref, pour en finir, Final Fight nest pas tout fait la perfection incarne en jeu vido, mais il est tout de mme foutrement bon, et seule sa difficult pourrait, ventuellement, temprer vos ardeurs. Pour faire une comparaison ose, je dirais que si Streets of Rage 2 est une femme fatale, Final Fight est la jeune fille de votre premire fois. En vous remerciant, bonsoir.

Le point de vue de César Ramos :
Commun, pas trop cher.