Le site qui a la disquette qui colle.
Zelda 2 - The adventure of Link
Nintendo - 1988
Le petit frre par Mario86

Extras : Musique - Manuel TXT - Manuel PDF
Sur un ciel d'un noir d'encre se dtache un roc de pixels dans lequel est plante une pe la lame aussi brillante que les toiles. Un texte dfile dans un style Star Wars, mais en plat. Faut dire aussi que l'intrigue dont la lecture nous est propose est sacrment plate aussi. Normal: c'est une suite, un pisode II, pas tonnant ds lors que le scnario ne soit pas trs reluisant... Et malgr tout, une magie peu commune se dgage de ces lettres, mises en forme dans un style on ne peut plus NES. Car au-del d'une suite on ne peut plus basique, on a affaire la continuation d'un mythe. Ou plutt, d'une lgende...



C'est bel et bien le prolongement du jeu le plus abouti de la courte histoire vidoludique qui dfile sous nos yeux bahis. Car il faut l'avouer: cette intro en jette. Du cinma en 8-bits ou presque. On n'a mme pas encore appuy sur Start que la magie de Zelda opre. Pourtant, aprs avoir cr une nouvelle partie (et effac les prcdentes, ce qui coule de source, parce que c'est quand mme un jeu NES donc il a servi, et me dites pas que vous l'avez achet en **SEALED**NEVER OPENED** sur ebay.com $ 300, hein), la surprise est de taille. L'action est dfilement linaire, comme dans un jeu de plate-forme! Miyamoto-San aurait-il os le mix ultime entre ses deux plus grands hits?



Zelda 2: The Adventure of Link cherche d'emble se dmarquer de son prdcesseur. Une recherche d'volution qui ne plat pas forcment aux puristes, car l'aspect aventure/RPG du premier soft semble s'effacer au profit d'un jeu o l'action prime sur la rflexion, en faisant fi des codes du genre auquel le monde de Zelda convient si bien.



Et pourtant, encore une fois, la dception prvisible est habilement contourne par de nouveaux principes totalement novateurs. Pour remplacer les trs nombreux objets du premier opus, Link apprend diffrentes magies au fur et mesure de sa qute, auprs de vieux mages reclus dans les caves de certaines habitations des villages de la carte gnrale. Car pour ramener le jeu ses racines et l'esprit d'un bon A-RPG, l'utilisation des magies sera facilite par l'accs diffrents niveaux d'exprience, obtenus grce l'accumulation des points remports lors des combats avec les ennemis.



Puisque je parlais de la carte gnrale, afin que le changement ne se fasse pas sans transition, la traditionnelle vue du dessus qui avait fait le charme de Zelda 1 a t conserve. Mais l, force est de constater que c'est mchamment foireux. Sur ce plan-l, il y a un gouffe avec le premier Zelda aussi norme qu'entre les scnes d'actions des Donkey Kong d'arcade et celles de Super Mario Bros. ! Les dplacements de Link s'effectuent de faon saccade et un peu comme s'il voluait sur un rail; la libert de mouvement que l'on ressentait si bien dans Zelda 1 a compltement disparu. De toute faon, la carte sur laquelle se balade Link ne sert qu' relier les diffrentes scnes d'action. Mais l'espace est tellement vaste que les dplacements pour rejoindre un point particulier en sont carrment chiants car totalement vides d'action ( moins de croiser un ennemi, ce qui vous propulse dans une scne d'action en vue plate-formesque ) et faibles sur le plan graphique.



Car Zelda 2 est vraiment faiblard de ce ct-l. Les dcors manquent singulirement de varit et de charme, sont sous-dtaills et ne se renouvellent pas trop. Je n'irai pas jusqu' dire que ce jeu est trs mdiocre mais il s'avre relativement insuffisant par rapport nos attentes lgitimes de joueurs avides de vivre une aventure aussi fabuleuse que celle que proposait The Legend of Zelda.



Par contre, le jeu en lui-mme, bien que pas forcment trs bien servi par son ct technique, propose une qute trs intressante avec des palais encore plus bordliques que dans le premier pisode. Au dbut, on se dit que sans murs exploser avec les bombes, sans pices plonges dans l'obscurit, tout va marcher sur des roulettes, mais ce n'est absolument pas le cas. Ces palais sont d'abord trs longs et les ennemis qu'il contient sont srieusement balzes. Autant dire que vous avez intrt accumuler de faon srieuse les points pour augmenter votre niveau d'attaque avant de vous y rendre.



Les palais ne sont par contre pas trs nombreux (il y en a 6, au bout desquels vous rcuprerez un cristal qui permettra de supprimer la barrire magntique fermant l'accs l'ultime chteau), mais possdent l'immense avantage de se drouler dans une ambiance exceptionnellement prenante desservie par un thme musical dantesque et plus que mythique. On a carrment affaire un air encore plus prenant que le classique overworld theme , qui bnficiera plus tard d'un excellent remix dans Super Smash Bros. Melee. D'une manire gnrale, la bande son de Zelda 2 est trs soigne, bien que le son NES ne soit pas forcment la panace en matire de son cartouche.



Souvent dcri, Zelda 2 n'en reste pas moins un putain de bon jeu. Il lui manque certes quelques lments trs apprciables (seconde qute avec des nouveaux palais, une carte avec plus d'action et un peu plus de renouvellement dans les lieux traverss), mais c'est surtout sa diffrence norme avec son gnial prdcesseur qui veut cette rputation de jeu moyen que je qualifierais tout simplement d'errone et stupide. On ne dit pas de mal d'un Zelda. Surtout sur 8-bits. Non mais...
Le point de vue de César Ramos :
Extrmement partout, malheureusement avec l'tiquette malencontreuse