Le site qui console.
Earthworm Jim
Virgin Interactive - 1994
Bouillon de culture par Ham Tyler

Extras : Musique - Manuel TXT - Manuel PDF
et aprs jvai au labo, mais le prof siamois avec un macaque me crie dessus : macat ! macat ! , a sentait le trouble, en plus y a ce bouffon de corbeau qui vient faire la course pendant que je rentre. Jlui mets un coup dpaule et il sprend un astrode. Manquerait plus quil tombe sur la maison de Pete, le chien mutant. Normal, cest un schizophrne. Quoi ? Moi aussi ? Bah nan, cest le jeu qui est comme a. Jvous explique : vous tes sur la page du jeu le plus nimporte quoi de mlang que jai jamais vu, jai nomm Earthworm Jim.



Faut dire que cest David Perry (nan, pas le siamois de Jean-Louis David et de Luke Perry) qui a produit le concept via sa boite : Shiny Entertainment. En effet, alors que lhomme programmait des hits (Cool Spot, Aladdin,), lide de faire un jeu Earthworm Jim trottait depuis pas mal de temps dans sa tte. Le principe tait bas sur loriginalit. Il fallait un truc nouveau, un courant dair dans le march des jeux vido, avec un scnario ridicule et un personnage principal ridicule. Alors un beau jour dans lanne 1993, David Perry tente le tout pour le tout en sortant son uvre : a passe ou a casse.



Et a passe. Earthworm Jim est un jeu vraiment bizarre mais un hit. Le public est entirement conquis par le lombric. Nan, nan, pas le schmilblick, le lombric. Bah ouai, le hros nest autre quun ver de terre. Dailleurs, si je vous raconte lhistoire, je ne serai plus crdible lavenir bon, je me lance quand mme.



En gros, le Professeur Monkey-For-a-Head fabrique un costume indestructible appartenant la Reine des fourmis. Un vaisseau ennemi sempare alors de la Princesse Whats Her Name et du costume, mais PsyCrow (homme de main de la Reine) les pourchasse. Pendant cette course-poursuite, les rebelles laissent tomber la combinaison qui atterrit dans une dcharge publique. Jim, un ver de terre qui passait par l, entre lintrieur de la combinaison. partir de cet instant, il se fait une foule dennemis qui veulent rcuprer le costume.



Si Earthworm Jim tait un film, le scnario trange serait destin aux enfants avec Jim Carrey dans le rle du lombric. Mais paradoxalement, pour un jeu vido, lintrigue est solide, et surtout trs marrante ! Mme les adultes trouvent leur compte ici. Et si a ntait que a mais cest pas fini : les graphismes sont trs soigns, faon dessin anim et cest trs agrable regarder. Lanimation est fluide et les personnages ont tellement de mouvements leur disposition quon ne ressent jamais lennui. Pareil pour les dcors o David a pens, juste titre, quils nous soient utiles chaque instant du jeu. On sent la crativit, la motivation du programmateur qui a voulu rgaler les joueurs, et surtout les respecter (pas comme Time Slip mais a cest une autre histoire). Enfin, le petit plus qui a fait la diffrence avec beaucoup dautres jeux de plates-formes reste la notion de profondeur dans laquelle notre personnage volue. En effet, au lieu davancer linairement de gauche droite ou linverse, les routes sentrecroisent et viennent vers lcran, ou au contraire, disparaissent dans le dcor. Bref : tout est vivant pour le plus grand bonheur des joueurs.



Niveau sonore, cest un genre compltement dcal qui colle bien lambiance hystrique du jeu. Dans le niveau What The Heck ? suppos se drouler en enfer, la chanson terrifiante change compltement de style pour finir en musique dascenseur. Bien sr, les deux plus marrantes resteront pour moi, celles des niveaux Andy Asteroids ? , sorte de bonus stage o on fait une course dans lespace sur fond de musique country, et celle de Who Turned Out The Light ? , le fameux monde cach de level 5 , dont la musique fait rappeler les saloons. Les bruitages sont faciles retenir comme par exemple le groovy quon peut dclencher plusieurs reprises aprs chaque fin de stage, les youpi ! , le rire du Professeur Monkey-For-a-Head, ou le cri de PsyCrow.



Ct gameplay, 3 bouttons : tirer avec son fusil, sauter, et utiliser sa tte comme fouet. Simple mais efficace ! Avec a, on passe le long du jeu compltement submerg et on combine souvent les trois actions possibles. Le fouet cause plus de dommage que le fusil, mais il est moins rapide. Par contre, il est assez maniable et servira vous accrocher aux hameons pour atteindre des endroits cachs, ou inaccessibles.
Dans ce jeu, rien ne se rpte et on est souvent invit participer des jeux plus ou moins dangereux. En effet, Earthworm Jim est bourr de dfis : une course dans un anneau dastrodes, une progression dans les abysses lintrieur dune capsule sous-marine, une bataille pendant un saut llastique, lancer une vache, et jen passe Tous les mondes sont diffrents et doivent tre tudis de manire distincte sous peine de se planter sec.



Au niveau du casting, chaque boss possde un charisme qui sort de lordinaire. A commencer par PsyCrow, votre rival de toujours, la combinaison jaune. Il y a aussi Evil the Cat, le chat diabolique qui prend un malin plaisir vous brler. Ce qui est marrant chez ce dernier, cest quil possde 9 vies et quil va falloir toutes les lui retirer dans un Finish Him la Mortal Kombat. Je pense aussi au petit poisson rouge qui passe sa vie dans un bocal croire quil est le cad du monde Down the tubes et pour qui on se tape tout le niveau. Dautres personnages sont retenir, comme Pete, le chien quil faut protger enfin, quon a intrt protger. Enfin, mme les ennemis basiques restent en mmoire comme les avocats corrompus quon retrouve en enfer, ou les chats gardes du corps du poisson rouge, etc.
Au fait, une petite surprise vous attend Who Turned Out The Light ?



Certains dentre vous se demandent pourquoi je fais une critique de ce jeu via la Super Nes alors que David Perry a toujours eu un faible pour la Megadrive ?
On sait que les jeux quil a programm (notamment Aladdin, malgr les efforts de Capcom sur Super Nes) taient des pures merveilles sur Megadrive, et dgommaient largement les versions Super Nintendo. La raison est que cette fois-ci, la version Super Nes soigne bien plus les graphismes et lunivers sonore par rapport sa concurrente. CEPENDANT, la version Megadrive sen sort trs bien, et il est important de souligner quelle bnficie dun monde en plus o lon parcourt lintestin (et ouai, quand je disais que David Perry prfrait la console noire).

Avec tous ces atouts, Earthworm Jim est devenu un grand classique du jeu vido, et mme une icne.
Toute limagination dune quipe de programmateurs runie en un seul jeu. Dailleurs il y aura deux ans plus tard, un Earthworm Jim 2 (pour le plus grand bonheur des fans) aussi incompris que le 1er. Et mieux vaut ne pas chercher comprendre perso, ce qui ma marqu dans cette suite, cest que jai jamais capt pourquoi dans le niveau o lon progresse entre des villosits intestinales, il y a une fentre o on peut voir la lune.

Le point de vue de César Ramos :
Relativement commun, mais recherch, donc trop cher.