Champion d'aerobite en 1987.
Super Pinball
KAZe - 1994
Vraiment flippant par Mario86

Extras : Musique - Manuel TXT - Manuel PDF
Par dfinition, le flipper est l'une des reprsentations les plus universelles du monde de larcade. Partant de ce principe, le dveloppement dun jeu de flipper sur une console de salon semble couler de source, mme si ladaptation de ce genre de jeu darcade sur console est loin dtre une nouveaut (on se souvient notamment de Pinball sur NES, pour ne citer que lui). Dsireux de procurer les joies du flipper aux fans de Nintendo sur la console de salon la plus volue ce jour, KAZe se lance dans un projet trs peu innovant, dont le titre reflte lui seul le manque doriginalit: Super Pinball.



Cest simple, sur SNES, quand on veut sortir un jeu sur un thme assez ordinaire, on lui donne une appellation gnrique prcde du terme Super (Super Soccer, Super Tennis, Super Star Wars). En toute logique, nous avons donc affaire Super Pinball. Un jeu qui sannonce dune banalit affligeante. vrai dire, on serait tent den rester l et de confirmer cette premire impression, mais pntrer dans lunivers douteux et trs pauvre de ce jeu nous permet de raliser combien il est unique. Unique parce que rarement un soft a t aussi mauvais.



Tout dabord, le premier choc phnomnal que nous offre Super Pinball, au-del de son cran titre sombre et annonciateur du pire, cest son menu principal. On a peine franchi le titre quoutre les deux modes de jeu proposs, un norme EXIT bouffe la moiti de lcran ou presque. Donc, videmment, on aura tous cliqu dessus, parce quun EXIT alors quon na mme pas dmarr la partie, vous avouerez que cest terriblement aguicheur. Les petits malins on se retrouve bien entendu sur lcran titre. Eh oui. Nous voil plongs dans lesprit combien vicieux de ces programmeurs qui ont anticip la capacit incroyable du joueur oprer un incessant aller-retour cran titre / menu, par le biais de cet EXIT gargantuesque qui, grce au mystre instantan qui la entour, fait partie intgrante du charme de Super Pinball. Un gros panneau qui, nous nen douterons pas, a provoqu, provoque toujours et continuera de provoquer la curiosit et lagacement de joueurs qui auront limpression quon se fout de leur gueule. Ou alors, sils se contentent de peu, passeront dix minutes sextirper du fou rire infernal quaura gnr cette chausse-trappe perverse et tentatrice. Vous laurez devin, je parle par exprience



Passons maintenant au second attrait de ce soft malicieux: le jeu en lui-mme. Bah oui. On a pas allum la console pour appuyer sur EXIT avec un sourire denfant autiste dballant un cadeau de Nol (et oser sen amuser, en plus!). Si on sest risqu opter pour ce jeu de flipper, cest pour se faire un flipper. Ce qui, jen conviens, nous EXIT beaucoup plus. Donc, il y a deux modes de jeu OK, a cest la seconde bonne blague des mecs de KAZe. On aurait pu esprer quelque chose se rapprochant dun time trial, avec un chrono au terme duquel on retiendrait les meilleurs scores (qui seraient sauvegards sur la cartouche), ou un mode deux joueurs impliquant un esprit de comptition de tous les instants, mais bien entendu, il est vident quon aura affaire deux modes quasiment similaires, sans aucune innovation, chiants mourir (et je nai pas encore parl de lambiance, trs sinistre). En gros, du flipper pur et dur, avec un premier mode sans limite de temps, avec trois billes, bref quelque chose de terne, tristounet, sans gnie, sans aucune audace. Ctait bien la peine de nous faire esprer aprs le coup de gnie du panneau EXIT. Salauds.



Si lon ose lancer le mode Competition, linterface du choix des tableaux jette un froid. On se doutait quil ny en aurait pas 50, mais de l en avoir trois, cest quand mme trs limit. Et le pire, cest que le novice croira navement que Super Pinball rcompensera sa tnacit grce de nouveaux tableaux dbloquer. Haha, le con. Hum.



Les tableaux proposs alternent des thmes palpitants: Jolly Joker (notez ce jeu de mots de gnie!), bas sur une espce dtre hybride entre Michael Jackson et un clown, coiff dun chapeau la Pipomantis (sil ne sagit pas l dune ddicace cache au mercenaire de la daube...) ; Blackbeard and the Ironmen , qui prsente un pirate avec deux de ses sbires en fond (dsol pour ceux qui sattendaient un clin dil Black Sabbath) ; et enfin, Wizard, probablement le pire des trois, car pompeux et injouable du fait dune surcharge de graphismes le rendant compltement inutilisable. Vous laurez compris, il ny a donc que trois tableaux (dont un absolument injouable), ce qui rend le second mode (Conquest) trs ennuyeux vu quil sagit de passer dun niveau lautre ds quon atteint la barre des 60 millions de points. Chose qui se fait peut-tre plus vite que ce chiffre faramineux ne le laisse croire, mais qui prendra un bout de temps car malheureusement, Super Pinball, en plus dtre franchement mdiocre, est difficile. Cest peut-tre pour a que le sous-titre (pompeux) de ce mode Conquest est NOBODY CAN BEAT ME ; ce genre de phrase la con qui forge la lgende.



Cela dit, je dfie quiconque de profiter suffisamment de la difficult tellement ce jeu risque de dcourager le moindre joueur normalement constitu. Mme ceux qui auront tripp 10 minutes sur laller-retour menu/titlescreen coups dEXIT lcheront laffaire tellement lambiance est consternante. Quoique non, le mot ne convient pas, on va plutt dire que latmosphre de Super Pinball est flippante. Ce qui parat normal pour un jeu de flipper si lon tient vraiment faire une blague pourrie, mais ne lest en fait pas du tout



En effet, cest peut-tre bien sur le plan sonore que Super Pinball craint le plus. En-dehors de thmes musicaux la fois sans rythme, sinistres, pas entranants pour un sou, le jeu se distingue par les effets de voix pathtique qui sont proposs. Quelques phrases, prononces sur un ton lugubre, surviennent au dbut et la fin de chaque partie, avec une mention spciale pour le HA HA HA HA lamentable enregistr en mono qui vient agresser nos tympans une fois la balle tombe entre les deux flippers... enfin voil, si vous refusez de jouer en virant le son, vous finirez soit traumatis tellement cest glauque, soit vous reprendrez un fou rire n de lexprience dEXIT et qui naurait pas encore t compltement t son terme...



Que pourrais-je ajouter ? Il reste un ultime dtail sur lequel jestime quil est capital de sattarder: cette ignoble barre noire et rouge de merde, qui ferait se pisser dessus une Virtual Boy, et qui intervient tellement souvent au cours du jeu, bouffant un quart de lcran, et gnrant une panique terrible chez le joueur qui prouvera la peur infernale de ne pas retrouver sa bille dans ce merdier, mme si dans la plupart des cas, cette espce dimmense panneau annonce des bonus plutt agrables rcuprer. Rien que limmonde SKILL SHOT au moment de lancer la bille dans le flipper, suivi dune trange frise de ttes de mort dun got extrmement discutable, annonce la couleur et je ne parle pas du tilt, prcd dun TOO MUCH ENGLISH! compltement inexplicable, et tellement naze quil naura pas atteint la renomme des lgendaires A winner is you ou autres All your base are belong to us .



Tout a probablement parce que Super Pinball nest pas assez mauvais pour tre mythique. En effet, bien que compltement rat, et partageant le joueur entre la lassitude profonde et lamusement dbile aggrav, ce jeu narrive pas au niveau dun ShaqFu ou dun Ultraman, peut-tre parce que niveau gameplay, il nest pas si mauvais que a, et probablement parce que cette sinistre cartouche na pas fait lobjet dune reconnaissance absolue en tant que daube, et cest bien dommage. Cest dailleurs pour ceci quil tait juste de lui rendre hommage et de la placer au panthon de la merde.
Le point de vue de César Ramos :
Moyennement commun, mais pas particulirement cher.