Le site qui pour 200 achte un E.
Megaman X3
Capcom - 1995
Megaman, the XXX parody par Enker

Extras : Musique - Manuel TXT - Manuel PDF
« Bonjour [NESPas ?] et bienvenue pour ce premier salon international de Robotique, technologies et oldisme. Je couvrirai officiellement lévènement pour le site, mais serai aujourdhui accompagné par ROB, le robot de la NES que lon ne présente plus. Bonjour ROB. »

- On se fait un Gyromite ?

« Non merci ROB. Je remercie les organisateurs de mavoir trouvé un tel consultant. Saviez-vous, mon chez ROB, que vous me faisiez saliver dans ma prime enfance ? »

- Rien à foutre.



« Oui, moi aussi je suis heureux dêtre ici à vous. Le gratin de loldisme est réuni aujourdhui, je reconnais volontiers que je ne suis pas peu fier de couvrir lévènement. Au moment même où je vous parle, les vaisseaux de Gradius font un vol dexhibition au-dessus de la foule en délire. Cest beau, cest magnifique, jen pleurerais. »

- Ces petits vaisseaux sont des merveilles de technologie, mais il parait quils ne sont équipés que dun simple Zapper pour les phases de tir.

« Révélation surprenante mon cher ROB, jai hâte de pouvoir entendre plus danecdotes croustillantes de votre part. »

- Tinquiète, je touche un beau chéquos pour dire ces conneries.



« Bien, et pendant que nous naviguons dans les allées du salon, laissez-moi présenter à nos lecteurs le sujet dont il sera question aujourdhui. »

- Nest-ce pas marqué en haut de la page ?

« Casse encore une fois ma mise en scène et je te renvoie dans ton carton. »

- Oooooh oui, mais quel est donc ce sujet prestigieux ?

« Eh bien mon cher ROB, nous sommes ici pour couvrir ce qui aura été la dernière apparition du personnage phare dune série qui ne lest pas moins avant de poser son nid sur des terres que nous nexplorerons pas ici.

Nous parlerons donc aujourdhui de Megaman X3. Mon cher ROB, vous qui, tout comme notre lectorat, nêtes pas une raviole, eh bien vous aurez noté quil sagit là du troisième épisode de la série. »

- Effectivement. Je suis peut-être une antiquité mais je ne suis pas né de la dernière pluie, les secrets du jeu-vidéo nen sont plus pour moi et je peux affirmer que Capcom a encore trouvé le moyen duser sa ficelle jusquà la corde. Ya pas de petits profits.



« Vous y allez fort et sans mettre de gants ! Mais cest bien, jaime cette approche pleine de franchise, surtout quand elle est fondée et largement vérifiable. Il est malheureux de constater que si les suites senchainent et se ressemblent, la qualité suit généralement au détriment des prises de risque, qui demeurent minimes voire quasiment nulles. Chez Capcom et avant lheure, on a découvert les bienfaits (à moins que ce ne soient les méfaits, je ne sais plus trop) du copier-coller vidéo-ludique. Ou comment ressortir encore et toujours le même titre, inlassablement. »

- Pourtant tu as lair de bien aimer ça, pigeon.

« Je reconnais avoir une faiblesse pour la série en effet. Je me répète, mais la qualité suit dun épisode à lautre et chaque nouveau jeu a de quoi convaincre. Cest donc avec un grand plaisir que je me replonge dans la même ambiance, à la recherche dun challenge plus ou moins identique, prêt à en découdre avec de nouveaux adversaires. Sans oublier ce plaisir inavoué quest celui de la découverte des possibilités propres à chaque épisode, comme les armes obtenues en détruisant les boss ! Le souci étant quau bout dun moment, la recette sessouffle et limagination vient à manquer. Cest flagrant.



Cet opus néchappe pas à la règle et a du mal à cacher ses faiblesses. Là où Megaman X premier du nom proposait une nouvelle interprétation du mythe, ce numéro 3 vivote sur ses acquis en essayant tant bien que mal dapporter sa pierre à lédifice. »

- Il est vrai que lon a la désagréable impression de faire un peu de surplace, les tentatives daméliorations ne parviennent pas à convaincre.

« Et pour cause ! Megaman X était une machine de guerre à lui seul, inscrit au panthéon de la Super Nintendo. Le prestigieux ancêtre fait de lombre à ses successeurs, ils font vraiment pâlot, comme ce slip utilisé la veille. Le premier opus de la série avait posé et cimenté les briques de la maison, peint les façades et installé le câble, ses petits frères se contentent de poser une lampe Berger dans le salon et de planter la boite aux lettres. Cest assez frustrant de voir quen tout et pour tout, on a en guise damélioration droit à des niveaux plus longs et quelques éléments de gameplay proposés plus par prétexte que par réelle motivation. »

- Ces propos transpirent la déception refoulée. Il est toujours bon de se confesser et reconnaitre ses erreurs passées.



« Ah mais je ne regrette rien. Le jeu reste bon, il est juste un peu décevant. Rallonger les niveaux nest pas forcément une mauvaise intention, mais le level design sest quelque peu égaré en chemin et ne soutient pas la comparaison. Bilan les niveaux se traversent sans grande motivation, il manque un petit supplément dâme et de grâce qui aurait pu faire la différence. »

- Cest marrant, ma femme ma dit exactement la même chose la nuit dernière !

« A côté de ça des éléments de jeu ont été rajoutés, comme trois gros robots quil sera possible de piloter : encore une marque de fabrique de la série. Or, là où la possibilité de piloter une arme de guerre était auparavant une véritable petite madeleine de Proust, il est désormais nécessaire de collecter des items au travers des différents niveaux puis de trouver la plate-forme à partir de laquelle ils pourront se matérialiser. Cest assez long et fastidieux, une gageure, alors quinitialement cette option était un plaisir fugace et instantané, à la fraiche.



Lintérêt majeur de la chose étant de bénéficier daptitudes spéciales pour chaque robot : un modèle permettra par exemple de naviguer sous leau plus aisément, ce qui permettra par là même datteindre des zones jusque-là inaccessibles. Et on pointe du doigt le point négatif de la chose, car la partie exploration des niveaux en devient laborieuse alors quelle devrait être un des points forts du jeu. Le schéma se résume de la sorte : trouver un item caché qui permettra dobtenir une machine utilisable à partir dun point donné afin daccéder à des zones cachées pour trouver un nouvel item. Mwarf. »

- Cela rallonge pourtant bien la durée de jeu du titre non ? On ne va pas tout offrir sur un plateau à cette feignasse de joueur !



« Soit. Mais là aussi on a plus limpression davoir un brin de remplissage pour occuper le vide, cest assez frustrant. Dautant plus quun upgrade de larmure permettra de visualiser une carte des niveaux et de localiser instantanément tous les items quils recèlent. Dun côté on a des tableaux très vastes et des objets ardus à trouver disséminés un peu partout, de lautre un item complètement cheaté qui détruit tout le postulat initial. Paye ta logique.
Cest mon plus gros grief à lencontre du jeu : avoir trop voulu en faire au risque de se perdre. Pour le reste, les formules restent très classiques avec la barre de vie extensible, les réservoirs dénergie, les updgrades darmure à trouver, on saute, on grimpe aux murs, on dashe comme un fou Bref du petit lait. »



- Et cest tout ce que lon peut dire côté nouveautés ?

« Grosso modo, oui. Le scénario ne restera jamais quun prétexte même si dans le cas présent il sent un peu du pâté en tirant sur les mauvaises ficelles initiées dans les Megaman originaux : apparition dun nouveau méchant qui se révèle finalement être le pantin du véritable boss final récurrent. Quil faudra alors tordre, plier, retourner et le tuer jusquà ce quil soit mort. »

- Jusquà ce que Megaman X4 sorte donc.

« Cest cela ROB, les moments où linventivité vient à manquer. Pour les à-côtés, les boss font le boulot, un brin décevants avec la même remarque que précédemment : ça sent un peu le réchauffé et ça manque un peu dâme pour qui est habitué à la série. Le challenge est néanmoins au rendez-vous et il faudra batailler pour sortir victorieux de ces duels. Les armes obtenues en retour pourront essuyer les mêmes critiques. Capcom continue dutiliser les bonnes vieilles recettes éculées. »

- Ca troue le cul. Enfin, je dis ça alors que je nai pas dorifice rectal. Bite.

« Euh oui mon cher ROB »

- Tits. Ass.

« Et merde, voilà quil a planté. Je crois que je vais finir mon affaire tout seul, technologie et robotique de mes deux ! »

- Pussy. Boobs.



« Jai limpression davoir à peu près tout dit sur ce jeu, mais jai en même temps la désagréable impression de ne pas en avoir fait assez. Cest assez déstabilisant mais particulièrement révélateur de ce titre : un bête copier/coller à peine retravaillé, avec quelques nouveautés bricolées à droite à gauche, du rafistolage pour du neuf. Je ne parlerai pas de la très anecdotique possibilité de diriger un deuxième personnage, car à peine faire plaisir aux fans cela ne sert pas à grand-chose.

Ce Megaman X3 est finalement un jeu correct, sans plus, qui pâtit de la comparaison avec son glorieux aîné. Il remplit son office sans sourciller, soit, mais ne marquera pas les esprits pour autant. La série quitte donc la Super Nintendo sans faste, dans un feu dartifice joli mais un peu fade. On aurait pu espérer mieux.



Je termine le sujet par un petit mot sur la bande-son : elle est bien. Ouaip. Un « bien » laconique et mesuré, Capcom ayant déjà prouvé sa faculté à pondre des morceaux danthologie. Mais pas là. La musique est à limage du jeu, un peu plate. Certaines pistes feront mouche, mais dans lensemble ça a du mal à crever lécran.

Jai toutefois une anecdote rigolote, un petit fun fact qui vous fera briller en société dans les soirées de lambassadeur : la musique du niveau de Neon Tiger sinspire assez librement de la chanson « My Michelle » de Gunsn Roses. Si vous ne connaissez pas, une simple écoute devrait suffire à vous convaincre. Les rumeurs prétendent que léquipe du jeu serait fan de ce groupe, la version occidentale de Megaman X5 tendrait à valider cette hypothèse. Si avec un tel atout dans votre manche, labricot de la comtesse vous échappe, cest que vous aurez merdé quelque part. On a la classe ou ne la pas. »



- ça y est, cest fini ? Cest que je commencerais à memmerder, tiens.

« Ah nous vous retrouvons ce cher ROB, frais et disposé. Ce Gilles de la Tourette est dissipé ? »

- Ouais pignouf ! Et tiens, pendant que tu soliloquais dans ton coin, un gars louche ma donné cette missive pour toi.

« Une lettre ? Un sceau à la cire élégant ? Et cet expéditeur là César Ram le reste est illisible. »

- Cest qui ?

« Chais pas, connais pas. Curieuse lettre. Elle raconte lhistoire peu singulière dun adolescent qui, au Noël de ses treize ans, avait commandé ce jeu par correspondance au travers des pages dun magazine. Il attendait avec fébrilité le 25 décembre et se dirigea vers le sapin dès que possible à la recherche du paquet. »

- Et ?

« Et rien, pas de paquet. Jamais. Quelques jours plus tard son chèque revenait par la Poste sans la moindre explication. »

- Ah cest con ça. Souvenir traumatisant. Si je connaissais ce garçon jirais bien lui hurler des insanités sous sa fenêtre pour lui rappeler sa médiocrité

mais dis-moi, tu trembles en lisant ta lettre et tu es tout es pâle, ça va ?

« Je Hum. Lettre à la con, ça doit être une erreur de destinat je le
Hum...et si on le faisait, ce Gyromite ? »
Le point de vue de César Ramos :
Mieux valait le trouver à sa sortie celui-là, sa côte financière étant depuis exponentielle et indécente.