"Ah putain, c'est gnial !" - Patrick Sbastien
Deflektor
Vortex Software - 1987
Miroir miroir par EcstazY

Extras : Musique - Manuel TXT - Manuel PDF
Quand on est jeune on est fou. Et quand on est fou on ne sintresse pas la ludothque de sa machine de lpoque, savoir lAmstrad dans mon cas. Combien de temps jai pass avec mes trois arthritiques jeux, oublis vaguement par des amis flous, dans des endroits dsormais dtruits Je ne le sais. Et puis lAmstrad ctait aussi la grosse poque de la copie sans limite, avec des disquettes dont on ne connaissait qu peine le contenu, qui cachaient des trsors. Ou des merdes. Et bien cest typiquement ce genre de disquettes qui ma fait dcouvrir Deflektor. Rien que le nom mintriguait. Le K dans un nom a toujours frapp mon inconscient, me rappelant ces noms dacteurs pornos des mauvais boulards allemands. Ou alors de vilains super-hros nuls, habills comme des catcheurs. A lpoque jai donc lanc ce jeu lourd en images dans mon cerveau malade.



Ds lcran titre on se rappelle que lAmstrad dispose de trois modes daffichage, dont le mode 0 ici utilis, en 4 couleurs, mais trs fin. Trs beau. On est dj dedans. On comprend vite fait que lon va faire des Dflections. Amusant, cest trangement le nom du jeu. Puis les diffrents choix. Notons immdiatement la possibilit de redfinir les touches de jeu, chose extrmement rare lpoque. Maintenant tout est trop simple A lpoque il fallait galrer des heures pour trouver la config utilise par le dveloppeur, qui marchait surement merveille sur son clavier qwerty mais pas du tout sur notre azerty nous Combien de jeu nous navons pu terminer, nous les enfants bnis par les dieux des 80s, cause dune vilaine configuration de touches ? Je bisque, jenrage rien que dy repenser.



Et paf laction brute, qui sent ce fin trait de musc post entrainement intensif de lutte grco romaine. On se retrouve face ma foi un trs fin plateau de jeu, o lon dcle grce nos intelligences pr-tchernobyliennes que lon dirige au joystick une case qui va faire tourner des miroirs, et quil va falloir diriger un laser vers une porte, grands coups de rflexions. Wow, annonc comme a, le pitch de ce jeu offre du rve non ? Non, je le concde aisment. Et pourtant, cest follement excitant.



On va donc faire tourner des miroirs dans un temps imparti pour que le faisceau arrive bon port. Il va de soi que les niveaux sont faits de telle manire quon va en baver des ronds de chapeaux. Sil suffisait de tourner 3 miroirs On va donc avoir des obstacles. Des miroirs qui tournent tout seul, des ennemis infranchissables, des miroirs retournant le flux la source, provoquant une surchauffe endiguer durgence sous peine de mort, des trous de tlportation du faisceau Tout cela noffre til pas du rve ? Non toujours pas ? Que vous tes pnibles.



On va donc enchaner 99 niveaux de casse tte sympathique. Pas de musique, pas de fioriture, pas dobjet contendant, pas de bras pas de chocolat, pas tibulaire mais presque. Ce jeu est simplement un chouette casse tte, et point barre, et cest dj norme. On prend un malin plaisir tourner ses miroirs, on stresse mort quand le faisceau fait un retour, avec ce SHHHHH seul bruitage du jeu, qui vous indique que vous allez bientt mourir si vous ne faites rien, le tout dans un environnement color et relativement fin. Oui, je vous rappelle que lon est en 1987.



Deflektor est donc un bon jeu la cool. Ce nest pas le jeu du sicle qui vous rveillera en pleine nuit avec des caresses, mais ce nest pas non plus ltron qui pourrira la soire de votre vie en laissant une uvre dart abstraite au fond de la cuvette, juste avant que la fille de votre cur y aille. Cest lami sympa quon va voir de temps en temps et avec qui on se surprend chaque fois raconter sa vie, mme aprs 2 ans sans se parler, parce que bon, il ny a pas besoin. Et cest aussi a lamiti.

Le point de vue de César Ramos :
Relativement rare neuf, mais en copie un grand classique...