Le site qui sait pourquoi Mickey Mousse.
Ottifants (The)
SEGA - 1993
Dj l'cole, on m'appelait l'homme-tapir... par Ghost

Extras : Musique - Manuel TXT - Manuel PDF
Bon sang! En voil un bon jeu! Injustement mconnu, "The Ottifants" est une petite perle dveloppe par SEGA, l'un de ces rares jeux aboutis qui ne sont pas que de pauvres refontes de version MegaDrive et Master System. Mais encore...



Le scnario donne le ton et montre bien que le jeu est vraiment destin un public jeune: vous tes Bruno, un bb Ottifant (ne me demandez pas ce que c'est. A premire vue, on dirait un croisement entre un lphant, un tapir et Plastic Bertrand...), qui part la recherche de son pre, le croyant kidnapp car n'tant toujours pas revenu du bureau. Dans son priple, le jeune Bruno devra traverser des endroits hostiles tel que la jungle, le bureau, la maison, le chantier, la cave etc...



Ds le dbut, on sent que le jeu va tre sympa. Dj, petit plus non-ngligeable, le choix de la langue parmi 5. Ensuite, la difficult (Apprentis, Facile, Normal, Difficile) rajoute de l'intrt un jeu qui aurait p sembler trop simple et vite lassant. Les options sont bien prsentes, comme le choix du nombre de vies, un sound test, une attribution des touches... Enfin, un systme de mots de passe permet de ne pas se retaper tout le jeu chaque fois (mme si celui-ci n'est pas trs dur, c'est plus sympa). A noter: le mode "Apprentis" qui vous permet de vous familiariser avec l'ambiance des trois premier niveaux.



Graphiquement, "The Ottifants" est super-joli. Les sprites sont fins et colors et le jeu reste vachement lisible, mme sur l'cran de qualit douteuse de la console. De plus, chose suffisamment rare dans un jeu sur console portable, Bruno se rvle vachement expressif: il sourit, carquille les yeux, les plisse lorsqu'il aspire fort quelque chose avec sa trompe etc... C'est vraiment sympa et donne une "humanit" extraordinaire ce petit personnage, qui se rvle alors beaucoup plus "rel" qu'un Sonic ultra format. En bref, un coup de matre en matire d'identification au perso, qui aurait d sduire les plus jeunes.



L'animation est sans faille et Bruno ragis au doigt et l'il avec une aisance et une souplesse tonnante. Les mouvements sont bien dcomposs et l'ensemble est extrmement fluide. Seul petit point ngatif, mais de tout faon inhrent la majorit des jeux sur Game Gear, cette fcheuse impression que l'cran n'arrive pas suivre cette fluidit dans le sauts, c'est--dire que le cadrage de la scne est saccad de manire assez nerveuse, comme s'il n'tait pas centr sur le personnage mais plutt sur ce qui l'entoure. Enfin bon, rien de bien mchant non plus...



Par contre, on n'chappe pas quelques effacement de sprites, surtout au niveau des ennemis, cause de la barre d'item (en haut de l'cran), ce qui est assez gnant et tratre lorsque l'on saute sur un plateforme et que celle-ci est dj occupe par une bestiole. Aussi, autant jouer la scurit en dplaant le cadrage vers le haut (petit plus trs pratique qu'on ne retrouve hlas! pas dans tous les jeux de plate-formes).



Les ennemis sont relativement varis et leur patterns sont vraiment basiques et sensiblement identiques: aller/retour, rebond, rvolution... Mme les boss ne sont pas super dur anticiper mais ils sont suffisamment bien tudis pour ncessiter un timing bien prcis et une tactique spcifique. Aussi, prenez votre temps pour bien observer le comportement du bestiau et de ses attaques.




Pour sortir vivant de sa longue et dangereuse traverse, Bruno est dot de divers capacits, comme celle de cracher des bonbons sur les ennemis pour se dbarrasser d'eux. La trajectoire des projectiles tant "lobes", vous pouvez orienter votre tir lgrement en hauteur de manire ce que ceux-ci aillent un peu plus loin, ainsi que en avant pour une trajectoire plus rectiligne. Bruno pourra galement sauter sur certains ennemis pour les tuer, mais cette capacit ne sert pas beaucoup.



L'autre capacit de Bruno est de pouvoir se servir de sa trompe pour aspirer des objets distance, comme des blocs dont il se servira comme projectile ou comme marche pour atteindre des endroits plus difficiles d'accs. Il pourra galement attirer les plate-formes ou des charriots pour se dplacer. Sa force d'aspiration lui permet d'attirer des objets vachement loigns, ce qui est vraiment pratique dans certains passages.

Le jeu tant relativement simple, les programmeurs ont ajout une petite difficult pour avoir la vrai fin et ainsi inciter le joueur explorer compltement le jeu: vous devez rassembler toutes les feuilles volantes chappes de l'attach-case de votre papa. Celles-ci se trouvent gnralement proximit de la fin de chaque sous-tapes de chaque niveau. Mais celles-ci tant justement volantes, il vous faudra suffisamment d'adresse pour les attraper avant qu'elles ne disparaissent de l'cran, et un bon sens de l'observation pour les reprer (une feuille vue de profil sur un cran de Game Gear, c'est discret, croyez-moi).



Musicalement, pas de problme non plus, part que le thme est toujours le mme dans tous les niveaux. Mais, au moins, celui-ci a le mrite d'tre bien compos et vraiment agrable couter, tel point qu'on le croirait sorti d'un gnrique de dessin anim. Les bruitages sont varis (avec tout ce que a compte de relatif) et rythment le jeu de manire vraiment plaisante, sans laisser la place aux temps-morts.

Durant son parcours, Bruno ramassera des friandises. Il en a besoin d'un certain nombre pour finir le niveau et obtient un bonus s'il russi toutes les attraper. Il trouvera aussi des sucettes de couleurs diffrentes qui lui donneront des aptitudes spciales et provisoires selon la combinaison de couleurs, comme sauter plus haut, bloquer le temps (et donc les ennemis), devenir invincible ou encore se transformer en SuperFant (le trip ultime!).



Pour conclure, on peut dire que "The Ottifants" est un jeu extrmement complet et rellement abouti, qui sduira n'importe qui, les jeunes comme les vieux, tant il est agrable jouer. La difficult est savamment dose pour vous procurer de longues heures de jeu, et la dure de vie est impressionnante. Une valeur sre qui vous fera triper, vous replongeant en enfance avec un petit sourire aux lvres.
Le point de vue de César Ramos :
Malheureusement peu commun, le monde est laid parfois...