Le site qui raconte mal.
Chakan - The Forever Man
Sega - 1991
par Ghost

Extras : Musique - Manuel TXT - Manuel PDF
J'ai rv de ce jeu. A la suite d'un article dans Mega force, je me suis dit "Il me faut ce jeu. Il a l'air terrible!" Certaines mauvaises langues diront que j'tais sous l'emprise de substances illicites, mais non. Un jour, Usine Center, un dimanche (vous comprendrez plus bas l'importance de cette prcision), je le trouve: oh! Joie! Bref...



Tout fbrile dans la voiture, pendant les embouteillages de Villacoublay, sous cette pluie tendre et lourde, de celles qui te clouent sur place sans que tu saches vraiment pourquoi, j'observais mon acquisition. J'ai hte! Tiens, au fait, demain j'ai cours. Fuck! J'aime pas les dimanches.



J'arrive enfin la maison. Elle est en bordel, comme d'habitude. Mais je m'en fous, j'ai ce jeu. Bien, y'a le livret. On va pouvoir jeter un oeil sur l'histoire: "J'tais un soldat la force et aux capacits exceptionnelles. j'tais imbu du mysticisme occulte le plus sombre et commerais avec la mort. J'tais puissant et fier... tellement fier que je pensais que personne ne pourrait jamais se mesurer moi, pas mme la Mort. Lorsque celle-ci me provoqua en duel, j'acceptais tant j'tais arrogant. Je ne craignais pas de perdre mon me. Je ne voyais miroiter que la rcompense, la vie ternelle que mon imagination me peignait comme un joyau resplendissant: c'tait dj le mien. Je me battis coups de sortilges et d'pes... et gagnais. Mais maintenant je subis ma destin, car la Mort tint sa promesse en me jouant un tour abominable. Je dois errer dans l'agonie, hant par la douleur des victimes, jusqu' ce que les monstres de l'obscurit soient tous anantis. Voici ma rcompense!"



"Raaaaah!!! Le scnario est norme! On dirait un putain de film! Youpi!" J'en peux plus, j'enfourne ma cartouche (euh... je parlais du jeu) dans ma fidle MegaDrive, bave devant l'intro bien... glauque, y regarder de plus prs. Terrible, mais glauque. Bref! Je me met en practice, histoire de voir et l, aprs ce putain de sablier (... qui me rappelle que le temps passe, et qu'il commence faire nuit en ce jour de 21 dcembre. Quoi? il n'est que 17h?), je tombe dans le vif du sujet.



Devant une espce de grand mobile (mais non, pas un tlphone, tas d'nazes) qui semble tre l'uvre d'un alchimiste mgalo, j'observe: avec mes faux airs de Sentenza dcompos, arm de deux sabres, je m'attend zigouiller tout va. Je fais un pas pour entamer ma ballade nocturne et nonchalante (je suis un pote) et, l, c'est le drame.



Ma dmarche est vachement saccade. Au point, tout de mme, que le simple fait de me dplacer ne me donne pas envie d'aller plus loin. Essayons de sauter, pour voir. Soit, on a vu pire. Problme: la plate-forme sur laquelle j'ai envie de sauter est trop haute. Je fais fonctionner mes neuronnes et me dit: "je dois pouvoir faire un double saut". Aprs 73 tentatives, je russis, tant bien que mal. Si j'tais juge L'cole des Fans, je mettrais un 4/10 la maniabilit.



J'entre dans un niveau. Sombre. Triste (J'AI PEUR!!) La musique est quasi inexistante. En fait, impossible de dire s'il s'agit d'une musique ou de bruitages de fond. Peu importe, le tout ressemble au viol collectif d'un tableau noir par un gang de craies (merci Claire.) J'abats mes sabres dans le vide, histoire d'anticiper leur maniement qui, j'espre, est plus fluide que le reste. a va, j'ai vu pire. Ah! Enfin un (relativement) bon point: je peux frapper dans 7 directions. Pratique quand il s'agit d'occire ces saloperies d'araignes de la taille d'un phacochre qui slaloment entre mes pieds (J'AIME PAS LES ARAIGNES!!!!)



Rude! J'ai pas fait 10m que j'ai dj perdu la moiti de mes points de vie. Saloperies! Les bestioles sont coriaces (J'AIME TOUJOURS PAS LES ARAIGNES!!!!) Les sauts sont vraiment alatoires et excuter ce putain de double salto relve du dfi (rien voir, hlas! avec Shinobi.) a y est, je crois que j'ai chopp la techenique (non, ce n'est pas une coquille, j'ai bien crit techenique.) Je gambade comme un bouquetin dans les hautes plaines du Tyrol, zigzague entre ces chauve-souris de daube et... Merde! A un poil prs, je foire cette maudite plate-forme et tombe dans l'abme le plus sournois (je suis encore un pote), et ceci dans un cri inhumain qui me glace le sang.



Ma mre entre dans ma chambre. La lumire froide de l'cran de mon tlviseur plonge la pice dans une obscurit de mort (je suis toujours un pote.) Elle allume la lumire et me dcouvre paralys sur le lit, blanc comme un linge, la gorge serre et les mains moites crispes sur la manette. Panique, elle tente de me ramener parmi les vivants en invoquant des incantations mystiques et en sacrifiant un poulet sur la porte de ma chambre. Aprs plusieurs minutes, je reprend des couleurs. Elle me parle mais je n'entend rien. J'observe la fentre, qui semble se dcouper de mon mur et m'appelle irrsistiblement. C'est vrai que j'habite au 7me, moi...

Le point de vue de César Ramos :
Diaboliquement peu commun. Heureusement, c'est ce genre de jeu qui coule une rpublique en moins de deux.