Le site derrire Pepsi.
Road Rash
Electronic Arts - 1991
Touche pas mon gros cube par Ghost

Extras : Musique - Manuel TXT - Manuel PDF
Ce soir, je me faisais chier. a fait dj un bon bout de temps que je n'avais pas fait de critique, et je commenais trouver le temps long (et mon public ador aussi.) Seulement, malgr ma ludothque assez bien fournie, je ne trouvais pas de jeu suffisamment aguicheur pour qu'il vaille la peine d'tre critiqu (enfin, qu'il vaille la peine d'tre critiqu par MOI, c'est--dire de bnficier d'une critique de qualit, sans colorant ni conservateur, qui fera la joie des petits et des grands. Bref, une critique pour toute la famille.) Enfin, si, il y en avait un qui me tentait bien depuis quelques temps: Road Rash.



Road Rash fait partie de ces jeux Electronic Arts qui, en leur temps, dfaut d'tre rvolutionnaires techniquement, avaient le mrite d'tre parmi les plus originaux sur la console ftiche de SEGA. Parce que niveau concepts ultimes, EA tenait la drage haute. D'ailleurs, quand on voit ce qu'ils font sur les consoles rcentes, a me fait toujours un petit pincement au cur de rejouer un jeu EA "d'poque". Franchement, ces mecs avaient tout compris au monde des jeux vidos, et sortaient des petites perles intervalles rguliers ( part Shaq-Fu, mais bon, a, c'est une autre histoire...)



Une fois n'est pas coutume, le concept de Road Rash est terriblement banal et, pourtant, diablement rvolutionnaire (avec tout ce que a comporte de relatif dans le cas prsent.) Comme quoi les ides les plus connes ne sont pas ncessairement les plus flagrantes mais sont coup sr les plus distrayantes quand il s'agit de prendre du bon temps sur des jeux vidos. La preuve: Road Rash est un jeu de moto o on peut savater ses adversaires. Point barre. C'est aussi con en vrai que a en a l'air sur le papier, et pourtant...



... bah et pourtant rien. Pourquoi faire compliqu quand on peut faire simple? Et l, c'est on ne peut plus simple: on choisi sa course, son nom, on lance le jeu (et on a mme droit un petit conseil inutile de la part d'un autre coureur ou d'un flic) , un bouton pour acclrer, un pour freiner et le dernier pour foutre un gnon. Aprs, en fonction de son classement, on gagne une certaine somme qui sera rinjecte dans une moto plus rapide. Et basta!



Comme d'habitude chez EA, le jeu ne brille pas pas son interface, somme toute assez... banale. La seule vritable option disponible est la possibilit de couper les musiques, pour ceux qui auraient envie de n'entendre que le "doux" bruit de leur moteur pendant la course (enfin, faut pas non plus s'attendre une merveille de bruitages, un ralisme confondant permettant coup sr, pour une oreille avertie, de reconnatre le modle de moto rien qu'en coutant la tendre mlodie de son acclrateur...)



Certaines mauvaises langues pourront s'imaginer que c'est pour viter d'entendre les horribles musiques du jeu... Et ben mme pas! Musicalement parlant, Road Rash s'en sort plutt bien. Les diffrents thmes sont entranants, plutt bien orchestrs et suffisamment rythms pour donner au jeu des lans trs "sries tl avec des gros engins qui vont vite" (particulirement un, qui me fait presque penser certains accents du gnrique de K-2000.)



Les diffrents circuits sont typiquement Oldies: les chanes de montagnes, les forts verdoyantes, les fronts de mer, tous ces paysages interminables et inaccessibles qui dfilent dans les virages le long de routes dsesprment vides. Enfin, pas tout fait: on a droit aux ternels panneaux, arbres et autres pancartes qui nous font tomber comme une merde si on a le malheur de foncer dedans. Une fois terre, et souvent aprs une multitude de tonneaux, on est bon pour revenir sa moto en courant afin de rattraper son retard. Parfois, galement, il faudra viter les voitures (dans les deux sens) et les vaches qui se dorent la pilule le long de la dpartementale (normal.)



Pour ce qui est de la maniabilit, pas de quoi fouetter un chat. La moto de base se manie relativement bien et, comme dans n'importe quel jeu de courses de l'poque, on a absolument pas l'impression de tourner dans les virages tant la moto parait statique. Mais qu'importe, on va dire qu'elle "tourne" plutt bien. Ensuite, quand vous gagnerez en puissance, a sera une autre paire de manches pour slalomer dans les virages sans se prendre une bagnole et sans chasser dans l'herbe au moindre coup sur la caboche. Parlons-en d'ailleurs: un bouton seulement, la direction du coup tant fonction du ct o se trouve votre adversaire (logique.)



Pendant le jeu, d'ailleurs, vous aurez la possibilit de chopper des armes (matraque, barre mine, chane etc...) vos opposants. Question de timing: il vous faudra taper pile-poil au mme moment que lui pour esprer lui prendre l'arme des mains. Une fois quip de la sorte, autant dire que l'limination (provisoire) de vos adversaires deviendra nettement plus aise, alors profitez-en pour radiquer tous ceux qui tenteront de vous piquer votre place au classement. Accessoirement, vous devrez galement faire en sorte d'viter les flics qui ne se priveront pas de vous coller une amende si vous venez vous viander prs d'eux, et qui vous ralentiront parfois quand il s'agira de doubler une voiture ou un peloton d'ennemis.



Enfin, pour ce qui est du mode 2 joueurs, rien de bien folichon signaler vu qu'on alterne les courses btement. Dommage car le concept aurait parfaitement coll une joute brutale en split-screen avec un pote, m'enfin... Sinon, pas grand chose d'autre dire. Les graphismes sont honorables, bien pixeliss, les couleurs ptent bien et l'animation ne souffre pas de lacunes trop alarmantes. C'est fluide, c'est rapide, donc c'est efficace.



Bref, Road Rash mrite le terme de Classique dans la ludothque varie de la Megadrive. C'est loin d'tre le jeu du sicle, mais il tient la distance de par sa ralisation honnte, parfaitement la hauteur de son concept. On voit bien que les concepteurs du jeu n'ont pas voulu pter plus haut que leur cul: pas de surenchre inutile, pas d'encombrement graphique, pas d'options dispensables etc... Road Rash tient la route sans trop en faire et, mme s'il est quand mme extrmement linaire (toutes les courses se ressemblent et la difficult n'est pas rellement palpable) , il fait partie de ces jeux divertissants qui ne cassent pas des briques mais auxquels on se plait rejouer quand on a un aprs-midi de libre.
Le point de vue de César Ramos :
Gros classique, relativement peu commun, mais prix moyen.