Le site o Silvio Berlusconi est l'homme des socialistes.
Dragon Ball - Le secret du dragon
Bandai - 1986
7 boules. Il en a de la chance... par Hebus San

Extras : Musique - Manuel TXT - Manuel PDF
Dragon Ball

**Gros soupir**

Quel manga aura autant contribu lessor de la culture japonaise en France ? Seul Saint Seiya peut rivaliser sans rougir. Luvre dAkira Toriyama est lun des piliers du manga pour adolescent et certainement lun des plus gros cartons de ce mdia hors Japon. Cest donc tout naturellement quun portage sur NES voit le jour en 1986. Et, chose incroyable pour lpoque, notre petit pays, alors march balbutiant du jeu vido, va avoir droit sa traduction officielle.



Banda, qui a bien senti le coup, va proposer le jeu en franais. Oui, vous avez bien lu. Cest la premire fois dans lhistoire de Nintendo quun titre va tre traduit dans la langue de Molire. Enfin mieux vaut dire a tout bas pour viter que jean-baptiste ne se retourne dans sa tombe. Parce quautant tre clair demble, cest du Molire rong dAlzheimer dont il est question. Les screenshots sont l pour clairer mes propos. Ah oui, cest dun laideur peu commune qui nest pas sans rappeler le style de nos jeunes amis qui frquentent le forum chaque jour un peu plus nombreux

**Gros soupir**



Quoi quil en soit, leffort a t fait (vraisemblablement dans un but bassement mercantile, mais quimporte) et il faudra donc vous cogner des kilomtres de dialogues totalement insipides et le plus souvent incomprhensibles. Et cest donc parti pour une sance de presse le bouton A jusqu la ttanie pour acclrer un peu les choses. Sauf si vous avez la bonne ide de titiller le bouton select normalement inutile qui zappera intgralement la squence littraire(oui, jai dcouvert cette fonctionnalit lors du test et par l mme que javais perdu dinnombrables minutes de ma vie faire dfiler cette bouillie logorrhique snif).



Graphiquement nous sommes sur NES. Si les sprites sen tirent particulirement bien (les personnages de la srie sont parfaitement identifiables), il en va tout autrement des couleurs. Rarement on aura vu une telle dbauche de mauvais got. Cest chier de partout, ennemis comme dcors. Une vritable insulte larc-en-ciel. Heureusement que les personnages principaux sont assez finement dtaills pour viter la Berezina visuelle. Pour ce qui est des ennemis, ne cherchez pas les reconnatre, ils sont moches et purement invents pour loccasion.



Menfin lensemble reste cohrent, et comme le plaisir de faire mumuse avec Sangoku est immense on passe bien volontiers sur la crampe spasmodique qui vous treint la rtine toutes les 5 minutes.



Parlons-en de ce diable de Sangoku. Hros immortel sil en est, vous aurez linsigne honneur de le guider tout au long des niveaux dans un but hautement original : trouver les boules de cristal.

**Ooooooh** de lassistance mduse.



Merci. Vos possibilits daction seront toutefois assez limites. Haut, bas, droite, gauche, saut et frappe. Le minimum syndical des annes 80 en quelque sorte.

Le minimum ? En fait pas vraiment puisquen grattant bien on saperoit que le jeu possde deux niveaux daction. Pas de quoi torturer un nouveau n non plus, mais a pimente un peu la sauce. Vous parcourrez la campagne en vue du dessus de (faon Zelda sur SNES) en lattant a et l quelques ennemis, mais vous rentrerez de temps autres dans diverses constructions et maints passages secrets qui basculeront alors laffichage faon bonne grosse plateforme qui tche, le must du bon got de 1986. Vos possibilits daction resteront toutefois strictement identiques, ce qui limite fortement lintrt du changement de point de vue, menfin



Et le son dans tout a ? Moui. Mouiii mais non. La musique de lintro reprend le thme principal de lanim juste assez lgamment pour quil soit reconnu (cest dire sans trop se fouler) mais en ce qui concerne le reste (musiques en jeu, bruitages), on reste loin du philharmonique de Berlin, et ce toutes proportions gardes pour lpoque. La NES est capable de faire bien mieux que a, on le sait tous. Sans tre horripilantes, les mlodies vous gonfleront au bout dun moment (dautant plus que la difficult est assez releve). Idem pour les bruitages qui semblent tre un assortiment sonore des plus belles onomatopes visuelles rencontres dans les comics.

Mention tout juste passable pour vos oreilles donc.



L o le jeu se rvle finalement le plus intressant cest dans le challenge quil offre au joueur. La difficult y est omniprsente, et le fait que votre barre de vie diminue avec le temps (vous avez FAIM ! Comme dans le manga) ne contribue pas la facilitation de votre tche. Rajoutez a que les moyens de regagner de lnergie brillent par leur raret, et vous obtenez un bon jeu bien cors typique de la fin des annes 80. Seuls les joueurs possdant une bonne dose dabngation en viendront bout. Surtout quil ny a pas de password. Nan. Faudra tout vous taper dune traite. Typique eighties ai-je dis. Heureusement les continues infinis vous assisteront dans votre tche.



Au final nous sommes devant un produit quilibr qui compense ses lacunes graphiques et musicales par une jouabilit trs honnte, un respect de luvre vident, un souci de traduction louable et une difficult digne dun jeu vido qui se respecte. Ce quil est.



Par contre vous me ferez le plaisir de le dgotter ailleurs que sur les sites crapuleux denchres qui surfent sur la vague, que dis-je la vague, sur le tsunami mercantile engendr par le phnomne Dragon Ball. Vous tes prvenus.
Le point de vue de César Ramos :
Trs franchement commun, des prix allant du simple au centuple...