Le site des ges farouches.
Ninja Gaiden III : The Ancient Ship of Doom
Tecmo - 1991
Le retour de la suite par Spoz

Extras : Musique - Manuel TXT - Manuel PDF
Les trésors cachés, cest un truc que nous apprécions grandement, nous Nespasiens. Il y a ceux quon nous demande de chercher dans les jeux vidéo, mais aussi ceux quon découvre dans la vraie vie, parfois au détour dune brocante ou au fond dun carton qui traîne depuis des années dans un grenier. Bon OK oubliez les brocantes, on a désormais plus de chance dy trouver une boîte de sachets de Tang datant des années 80 que du oldie de nos jours. Il nempêche que les trésors cachés existent vraiment et quon a parfois la chance den découvrir. Et là je viens vous parler dune cartouche pirate pour NES présente dans un lot quelconque acheté sur le net Une chinoiserie Une ignominie à la base. Sauf que celle-ci est différente. Elle na pas 1200 jeux comme les autres, mais seulement une grosse dizaine. Et pour une fois ce sont des jeux triés sur le volet, des jeux que K3vIn aurait affublés dun gros « RARE » sur eBay et qui ne sont parfois pas sortis en Europe. Dans cette liste se trouve un énigmatique Ninja Dragon III qui ne me disait rien. Et pour cause, il sagit en fait de Ninja Gaiden III: The Ancient Ship of Doom. Il est là mon trésor caché.



Jimagine quil nest pas vraiment nécessaire de vous présenter la série des Ninja Gaiden ? Ces jeux où on incarne un ninja équipé de son sabre et de shurikens (et autres armes secondaires) qui doit inlassablement découper ses trop nombreux ennemis en tranches dans des niveaux action/plate-forme dont la difficulté a largement contribué à en faire la réputation. La trilogie sortie sur NES nous montre à quel point nous avons été de pauvres laissés-pour-compte pour la distribution des jeux de cette licence. Jugez plutôt :
- 1988 : sortie de Ninja Gaiden au Japon
- 1989 : sortie de Ninja Gaiden en Amérique du Nord
- 1990 : sortie de Ninja Gaiden II au Japon et en Amérique du Nord
- 1991 : sortie de Shadow Warriors (Ninja Gaiden) en Europe et de Ninja Gaiden III au Japon et en Amérique du Nord
- 1992 : sortie de Shadow Warriors II (Ninja Gaiden II) uniquement dans quelques pays dEurope (la France ny aura pas droit)
- 2022 : On attend toujours la sortie de Shadow Warriors III en Europe



En voyant ça, vous comprendrez ma joie en découvrant Ninja Gaiden III par hasard sur cette cartouche pirate. Dabord parce que jen ignorais lexistence, mais aussi et surtout parce que les deux premiers jeux de la licence laissent penser que ce troisième volet devrait aussi être de qualiter. Si vous avez besoin de vous rafraîchir la mémoire, les critiques de Shadow Warriors et Shadow Warriors II sont disponibles en ces lieux.



Comme on pouvait sy attendre, Ninja Gaiden III va commencer avec une belle cinématique. Et quelle cinématique ! Souvenez-vous Shadow Warriors, le ninja Ryu perd son père Ken (ça ne sinvente pas !), le venge et rencontre sa dulcinée Irène (je fais court). Shadow Warriors II, Irène est enlevée et baladée de château en château avant dêtre sauvée par Ryu (je refais court et je parodie un poil). Ninja Gaiden III commence par une scène où Ryu tue Irène. Ouais, carrément. Le joueur pris dincrédulité appuie sur Start pour essayer de comprendre ce qui sest passé. Cest imparable, bravo aux scénaristes. Laventure commence.



Dès les premières secondes, on ne peut sempêcher de remarquer quelques différences avec les deux premiers jeux de la série. Dabord le sprite de Ryu a été retravaillé, il est plus détaillé et mieux animé. Ensuite, en bon ninja quil est, Ryu peut enfin saccrocher sous certaines plates-formes avant de se hisser dessus. Il a toujours pu saccrocher aux murs mais y restait trop souvent collé dès quil fallait en bouger rapidement. Il y a du mieux à ce niveau-là, et pouvoir se suspendre sous les plates-formes a permis aux développeurs de jouer avec le gameplay et de nous proposer quelques niveaux plus acrobatiques. On remarque aussi que les boules contenant les armes, leurs recharges et les items pour augmenter la taille du stock darmes secondaires sont « transparentes ». Du coup on voit ce quelles contiennent et on a plus besoin de trancher celles qui ne nous intéressent pas. Dernière différence notable : Ryu pousse désormais un petit cri lorsquil donne un coup de sabre. Rassurez-vous, cest beaucoup plus discret quune Monica Seles en rut frappant une balle de tennis, on sy habitue très vite.



Tout ça a lair plutôt sympa et rafraîchissant, mais on nest pas là pour sextasier devant telle ou telle nouveauté. Non, on est dans une suite de Shadow Warriors et il va bien falloir aller trancher de lennemi à longueur de niveaux. Soyez rassurés, il ny a pas de gros changement sur le principe. On est toujours dans un jeu avec des chapitres jonchés dennemis quil faudra inlassablement tuer au sabre ou à coup darmes secondaires avant doccire un boss pour découvrir la suite de lhistoire en cinématiques. Toute la question est de savoir si ce Ninja Gaiden III va se différencier suffisamment de ses prédécesseurs ou sil va sentir le réchauffé, voire le cramé.



Et bien sachez que Ninja Gaiden III vaut largement le coup dêtre essayé (et adopté). Jirais même plus loin : à linstar des trilogies Super Mario Bros et Castlevania sur NES, le troisième volet clôture la série en apothéose. Et tant pis si certains trouveront que jy vais un peu fort. Alors OK, dans les deux autres trilogies citées, il y avait de grandes différences de gameplay entre les épisodes, ce qui nest pas le cas ici. Mais à aucun moment je ne me suis senti blasé, ce qui, vu le fait que les trois jeux sont très similaires, est tout de même un bel exploit. Si Shadow Warriors II était une belle amélioration de Shadow Warriors, Ninja Gaiden III va encore plus loin. Je lai déjà dit, le sprite de Ryu a été amélioré, mais tout le bestiaire a aussi été renouvelé. Il ne sagit pas un simple lifting mais dun bestiaire inédit. Les nouveaux décors sont très différents dune séquence à lautre, les graphismes sont plus fins, plus agréables, la maniabilité a évolué dans le bon sens, elle est moins punitive quavant, notamment lors des sauts puisquon nest plus éjecté en arrière quand on se fait toucher dans les airs.



Et pour couronner le tout : on respire enfin ! On est beaucoup moins oppressé par la difficulté. Il y a plusieurs raisons à cela. Dabord il y a un nouvel item qui allonge la portée du katana de Ryu. Ca aide énormément à certains endroits et je trouve ça bien plus pratique que les ombres qui pouvaient aider Ryu dans Shadow Warriors II. Elles permettaient peut-être de battre des boss plus facilement mais elles rendaient laction parfois confuse et jen nétais pas super fan. Ensuite fini le respawn, une fois un ennemi tué on peut revenir en arrière sans quil revienne indéfiniment. Dune manière générale, on sent bien que le jeu se veut plus abordable. Les boss sont moins difficiles aussi, certains ont un pattern tellement simple quil ne faut pas bien longtemps avant de comprendre comment les aborder. Non seulement on avance plus facilement que dans les deux premiers volets, mais le jeu a désormais des mots de passe qui permettent de recommencer au dernier monde où on sétait arrêté. Ca aide énormément et ça donne envie de refaire une petite partie plus souvent. Le jeu renoue tout de même un peu avec ses travers sadiques au dernier monde, surtout dans les niveaux 7-2 et 7-3, mais on peut revenir sy frotter quand on veut avec le mot de passe qui va bien. Ah et je croyais quun bug me faisait tourner en boucle au boss du monde 6 à cause dune subtilité qui mavais échappée, je pense que cest pas un hasard non plus.



Au moment de faire le bilan de la trilogie Ninja Gaiden / Shadow Warriors sur NES, je dois bien avouer que je suis tombé sous le charme de ce troisième volet. Si je ne peux que conseiller de jouer aux trois jeux dans lordre pour voir lévolution de la saga, cest le dernier opus qui aura mes faveurs si certains ne veulent en essayer quun. Et ce en dépit de laffect que jai pour le premier Shadow Warriors, cest dire. Les améliorations ont été dans le bon sens, et au jeu de la difficulté cest Ninja Gaiden III qui reste largement le plus abordable, suivi de Shadow Warriors II qui laisse la palme du jeu le plus difficile à

« What the »



HERE COMES A NEW CHALLENGER !!



Nous nen avons pas encore fini Jai encore un chapitre à ajouter, il y a un nouveau boss final. Mon trésor, ma chinoiserie, cette cartouche pirate trouvée par hasard contenait la version japonaise de Ninja Gaiden III. Et moi le japonais jy comprends pas grand-chose, donc une fois cette version JAP terminée, jai fait la version US pour pouvoir comprendre le scénario de ce Ninja Gaiden III. Et là je me suis pris une torgnole magistrale. Pour vous expliquer pourquoi, [NES PAS ?] a mis la main sur des enregistrements dune réunion de travail de léquipe américaine chargée de préparer la sortie du jeu chez lOncle Sam :

- Hé chef, on a enfin reçu la béta de Ninja Gaiden III !
- Alors ça donne quoi ? Cest bien ?
- Ah ça oui, cest même très bien, mais il y a quand même un énorme problème
- Cest quoi ce problème ?
- Les Japonais ont voulu un jeu moins difficile pour en faire un argument de vente auprès de ceux qui nont jamais pu finir les deux premiers jeux.
- Et cest vraiment moins difficile ? On les connaît les Japonais quand ils disent que cest facile. Des fois ça lest pas vraiment
- Ah non mais là ils ont pas menti. On avance assez vite et y a quelques boss en mousse
- Genre un joueur assez habitué peut finir ça en 2-3 jours ?
- Oui
- Ah mais ils font chier hein, à oublier que nos vidéothèques ont le droit de louer des consoles et des jeux alors que cest interdit chez eux. Du coup ça va vite se savoir que Ninja Gaiden III se termine en un week-end, les joueurs vont juste le louer et on aura des ventes calamiteuses. Allez hop, on fait comme avec Bayou Billy et on augmente la difficulté.
- OK chef. Du coup on fait quoi concrètement ?
- Déjà la base : on rajoute des ennemis et tant pis pour les clignotements.
- OK
- Deuxième truc de base : les ennemis et les boss font plus mal.
- OK
- Ensuite on remplace les bonnes armes mises dans les passages plus corsés par de simples munitions.
- OK
- Supprimez-moi aussi quelques recharges dénergie, surtout celle du dernier niveau qui permet darriver aux boss avec une barre dénergie pas mal remplie.
- Oh la vache, là vous êtes pas tendre
- Vous avez encore rien vu. Quand on perd une vie, on recommence au début du niveau et non pas au début de la section où on est mort. Et quand on utilise un continue, on recommence au début du monde et non pas au début du niveau où on a perdu sa dernière vie.
- Donc on va encore plus loin que lénorme coup de pute du monde 6 du premier Ninja Gaiden et on applique ça à tous les mondes de Ninja Gaiden III sans exception ?
- Cest exactement ça. Ah et vous supprimez ces mots de passe aussi, faut pas déconner.
- Oui ça on sen serait douté OK, on se met au travail.
- Attendez, encore un petit truc. On va aller au bout des choses : vous me supprimez les continues illimités et vous nen mettez que allez à la louche Cinq ! Oui ça me semble pas mal ça 5 continues.



Ou comment saccager un jeu qui était très bien dans sa forme originale. Je ne sais pas quelle mouche a piqué ces Américains, mais cest du grand nimporte quoi. Cinq pauvres continues, en plus des autres vacheries, pour terminer un Ninja Gaiden Pour donner un ordre didée : jai passé les deux premiers mondes sans perdre de vie dans la version japonaise alors que jai utilisé les 5 continues de la version américaine sans réussir à atteindre le boss du deuxième monde. Cette version US nous fait vivre un véritable enfer. Peut-être intéressera-t-elle les férus de difficulté qui nont pas été assez frustrés par Shadow Warriors I & II, mais moi je sais que cest la version japonaise de Ninja Gaiden III que je ressortirai le jour où jaurai envie de trancher des ennemis au katana sans tourner chèvre.



A bon entendeur...
Le point de vue de César Ramos :
Le prix de la version JAP pique déjà très fort donc la version US est réservée aux plus grosses bourses. #grosbaiseur