Maintenant en Technicolor.
Megadrive : Switcher sa Megadrive 2

La Chanson du Hérisson, de 7 à 77 ans par WFH
De l'existence du switch

Le switch est une opération bénigne qui consiste à modifier sa console préférée afin de la rendre multizone. A vous le 60 Hz, les jeux en import, les femmes, la richesse et la célébrité ! De plus, il est prouvé que jouer en 60 Hz augmente la taille du sexe, fait revenir l’être aimé sous sept jours, aide à comprendre le secret ancestral du riz gluant et éloigne les mauvais esprits.

Une question taraude souvent le jeune Padawan de l’import. Le switchage est-il une technique qui fonctionne avec toutes les consoles ? Le Jedi répliquera qu’hélas non, cette technique fonctionne sur la Master System, la Megadrive et la SNES, et peut être d’autres consoles moins connues. Sur les consoles récentes, la zone n’est plus codée par des pattes de puces, mais directement par les BIOS des consoles. Par conséquent, seul le modding, qui consiste à ajouter une puce à la console, peut venir à bout de ce problème.

De l’utilité du switch

Revenons à notre mouton. Noir. Racé. Le switch de Megadrive se fait en deux étapes et sert à deux choses. Tout d’abord, un premier switch servira à changer la fréquence de la console, c'est-à-dire 50 Hz ou 60 Hz. Le second servira à changer la langue, à savoir Anglais ou Japonais. Nous pouvons ainsi obtenir les trois zones majeures :

50 Hz + Anglais = Europe

60 Hz + Anglais = USA

60 Hz + Japonais = Japon


Il faut savoir que si les consoles étaient ainsi adaptées à chaque territoire, il n’en fut pas de même des jeux pendant bien longtemps. En effet, jusqu’à 1993 environ, les jeux étaient multizones. Ce qui fait que votre bon vieux Sonic européen bootera sans problème en 60 Hz. Certaines cartouches vont même plus loin, et à l’instar des cartouches Neo Geo intègrent les trois versions du jeu. Ainsi Streets of Rage, booté en euro, sera en 50 Hz, en US en 60 Hz et en Jap s’appellera Bare Knuckle et aura ses textes en japonais. De plus, les consoles de cette génération, en 50 Hz, présentent le défaut d’avoir une image complètement écrasée, faisant perdre près du quart de l’écran. En 60 Hz, pouf, l’image est en plein écran.



Apres 1993 en revanche, la majorité des jeux sera optimisée et zonée pour chaque région. Et là, toute l’utilité du switch rejaillit : la console, rendue universelle, pourra lancer indifféremment les jeux dans leur zone d’origine.

« Mais c’est génial docteur ! » t’exclames-tu déjà. Oui, je sais que je suis génial, maintenant cours m’acheter du papier toilette, je n’en ai plus et mon ventre me signale l’imminence d’un évènement majeur.

Du matériel utilisé

Pour réaliser cette petite modification, tu auras besoin d’un tournevis cruciforme fin, d’un fer à souder le plus fin et le moins puissant possible (le mien est un 15W) afin de ne rien cramer, de fil électrique fin, de fil d’étain fin, et évidemment de deux switches afin de réaliser les branchements.

Il est également utile, et cela vaut pour tous les travaux sur de l’électronique, d’avoir un testeur de continuité afin de détecter les courts circuits. En fabriquer un est très facile. Prends trois fils, une pile standard et une ampoule de lampe torche. Soude le tout comme sur le schéma ci-dessous :



Lorsque deux circuits doivent être isolés comme ce que nous voulons faire ci-après, il suffit d’utiliser ce testeur. Si l’ampoule reste éteinte malgré tous vos efforts, c’est réussi, les deux circuits sont bien isolés. En revanche, si l’ampoule s’allume, il y a un court circuit. Continue à bien isoler les deux parties.

De l’application du switch

Concrètement, ce sont deux pins d’une puce, le 315-xxxx (chez moi le 315-5660, à ne pas confondre avec le 3615-ELENA, mais c’est une autre histoire) qui se chargent de coder la région de la console : le pin 46 et le pin 107.

Pin 46
Etat 0 (0V) : 50 Hz
Etat 1 (5V) : 60 Hz

Pin 107
Etat 0 (0V) : Japonais
Etat 1 (5V) : Anglais


Une précision concernant les câblage : Le composant 315-truc est en entrées pull-up, ce qui signifie que si aucun potentiel n’arrive à une patte, alors le composant considèrera que l’entrée est sur le 1 logique (5V). Par conséquent nous n’aurons qu’à câbler le 0 logique, et nous laisserons une patte à l’air pour le 1 logique.

Voici la photo d’une carte mère de Megadrive 2. J’ai surligné les pins 46 et 107 ainsi que les circuits correspondants. Sont indiqués avec force effets les points que nous utiliserons pour souder les fils (Merci à Tam pour ces magnifiques photos, vu que dans mon enthousiasme j’ai oublié d’en faire).





Du démontage de la Megadrive 2, ou Etape Prime

Dévisse les quatre vis du dessous de la console. Soulève le couvercle en tirant fermement mais précautionneusement au niveau de bouton Power qui est clipé au composant soudé à la carte mère. Dévisse la flopée de vis qui maintiennent le bouclier en place, puis dévisse les deux vis du slot à cartouches. Tu as libéré avec joie et bonne humeur la carte mère de ta console. Eh oui, à poil on est toujours moins impressionnant. Mais méfie-toi, jeune apprenti, car même à poil, un dragon reste dangereux ! A part le Dragon 32, qui reste assez inoffensif, mais passons.

De l’isolation des circuits, ou Etape Seconde

Pour isoler le pin 46 (rouge), il y a un point repéré sur la photo ci-dessous qui relie ce circuit à du 0. Coupe ce bout de piste en grattant avec un cutter.



Fait amusant : si tu laisses ta MD dans cet état, elle sera devenue une Genesis, la MD américaine. Fais-toi un Sonic dans cet état pour la peine, ça va te rebooster d’un coup comme pas permis. Bordel de foutre, on comprend enfin pourquoi Sonic est coiffé en arrière. D’ailleurs repeigne toi, ça ne te va pas du tout. Ou alors teins toi en bleu et mets du gel, mais ne t’égare pas.

Pour isoler le pin 107 (bleu), tu auras besoin de retourner la carte mère et de gratter comme indiqué au dessus.



De la soudure, ou Etape Tierce et Antépénultième

Soude trois fils aux points indiqués au dessus. Relie les fils 46 et 107 à la patte du milieu de chaque switch, et le 0V à une des pattes d’un switch. Dérive le à une patte de l’autre switch.



Voici une photo de la carte mère une fois soudée dans tous les sens :



Des finitions, ou Etape Quarte et Pénultième

Le meilleur endroit pour loger les switches est le côté gauche de la console, c'est-à-dire celui opposé au slot d’extension. Perce, lime, taille et ponce la coque de ta console afin d’y loger le type de switch que tu auras choisi, puis visse ou colle les switches. Le top du top en matière de hype ultra tendance hot Summer beach moumoute edition, c’est d’utiliser des lettres à transfert genre Letraset ou Mecanorma pour labelliser les switches.



De l’utilisation des jeux d’Extrême Orient, ou Etape Quinte et Dernière (Dite Mouvement Final : Par Delà les Etoiles)

Tu as enfin reçu ton Phantasy Star 3 japonais payé au prix fort sur Ebay malgré nos dossiers sur les RPG en japonais et sur la survie en milieu enchéristique hostile (file les relire avant de continuer, sacripant !) et là, malgré tous tes efforts, tu n’arrives pas à faire rentrer la cartouche dans ta console. C’est normal, car SEGA a été aussi fourbe que Nintendo sur ce coup là. Les cartouches japonaises n’ont pas les formes arrondies avec les petits angles caractéristiques des consoles européennes et américaines. Il te suffira donc de limer le slot aux dimensions voulues, après évidemment avoir dévissé le cache poussière.



Merci à Segakore pour son tutorial sympathique, et sa non moins sympathique correspondance amicale !