Martine squatte Nes Pas.
XBox : l'émulation sur la boite XXX

What's new billou ? par Benjamin


Bon… Entendons-nous bien, je n’ai pas la prétention de vous présenter tout ce qui se fait en matière d’émulation et de développement amateur sur Xbox mais plutôt de vous donner mes impressions après quelques mois de test. Je ne vais pas non plus vous expliquer comment modifier votre Xbox ou installer des programmes dessus. Vous trouverez facilement plein d’autres sites le faisant. Ceci étant dit, bienvenue dans le coté obscur de la Xbox.



L’émulation sur console a des précédents plus ou moins réussis. Il me semble que l’aventure a commencé sur Playstation avec des émulateurs NES et Master System assez réussis développés au départ grâce à la console debug de Sony : la Net Yaroze. Mais c’est vraiment avec la Dreamcast puis la GP32 que le développement amateur sur console a pris de l’ampleur. Une fois que la console de Sega a été craquée, les développeurs s’y sont intéressés et ont découvert une console basée sur Windows CE par très dure à programmer et relativement puissante. Mais le problème est qu’il faut graver un CD à chaque nouvelle version de l’émulateur. La GP32 se connectant à un port USB et utilisant de la mémoire flash pour le stockage, le développement amateur a très bien démarré d’autant plus que les kits de développement sont distribués gratuitement par Gamepark. A noter que dans le même temps, la scène GBA a aussi accueilli quelques très bons émulateurs et jeux amateurs.



Stockage, puissance et développement aisé sont les trois clés qui intéressent les petits génies du C++. Alors quand la Xbox est sortie, ils ont tous fait un bond : imaginez un PC à très bas prix embarquant tout ce qu’il faut : une version modifiée de DirectX et de Windows 2000, un assez gros disque dur,… Il ne faudra pas longtemps pour que la sécurité de la bécane soit cassée et que les noms de Xport et Lantus deviennent célèbres. La console la plus moche du monde révéla enfin son potentiel. Et j’y ai succombé.



Je suis loin d’avoir testé tout ce qui se fait en matière d’émulation sur cette bécane et pour cause… La liste est tellement grande : NES, SNES, GB/GBC/GBA, Master System, Megadrive, Mega CD, Neo Geo, CPS-1, CPS-2, ScummVM, PC Engine, Amiga, Atari 2600, Mame, DOS,… Tout le monde y passe avec un résultat à chaque fois surprenant. Le comble est quand même l’émulation de la Playstation qui n’a rien à voir avec la timide aventure Bleemcast.



Vous me demanderez : quel est l’intérêt de la Xbox quand on a un PC à coté ? Ce ne serait pas juste un gros trip de geek ? Il y a quand même un peu de cela mais laissez moi vous détaillez les nombreux avantages :



-la facilité : aucun problème d’installation, de drivers, de cartes vidéo ou de son. On met l’ému et les roms (ou les images CD) sur le disque dur avec un simple copier/coller. Puis on a juste à allumer la Xbox, choisir l’ému qu’on veut et on se retrouve sur celui-ci. La liste des jeux apparaît, on choisit celui qu’on veut et c’est parti ! Bien sur, on peut modifier quelques options comme les touches ou le filtre graphique mais c’est du détail.



-le controller : si comme moi, vous avez pesté pendant des années pour trouver un joypad digne de ce nom sur PC ou que vous avez testé Street Fighter 2 au clavier, vous allez bénir la Xbox. Le pad S est une merveille de conception et son nombre élevé de boutons permet de jouer à toutes les consoles sans problème et même d’incorporer sur le pad quelques fonctionnalités très pratique comme la prise de screenshots, la capture de vidéos ou le save/load state. Si le pad S ne vous plait pas, achetez un des nombreux adaptateurs qui vous permettront de brancher vos manettes Dreamcast, PSX, Saturn ou bien un X-Arcade par exemple. Le flingue Xbox marche même avec certains émulateurs ! Idéal pour se faire un petit Wild Gunman. Evidemment, les quatre ports manettes sont reconnus ce qui promet quelques parties endiablées de Super Bomberman.



-la télévision : jouer sur un télé aux émulateurs est un luxe assez ennuyeux à mettre en œuvre. Les sorties vidéo sont rarement de bonne qualité, les câbles sont courts et chers… Alors que là, la Xbox attend sagement sous la télé et vous fait profiter de vos émus favoris sur votre 70 cm avec le même rendu que si vous jouiez avec la console d’origine, le tout évidemment en RGB. Le plus classe étant de passer la console en NTSC pour jouer en 60Hz et bénéficier de la vitesse originelle des jeux !



-la classe : je ne sais pas vous, mais le coté tableur Excel de certains émus sur PC m’a toujours rebuté. Oh bien sur, on peut toujours mettre un frontend mais c’est souvent galère à installer et à configurer. Sur Xbox, la plupart des émus (surtout ceux de Xport) intègre un frontend vraiment magnifique. Prenons par exemple l’émulateur NES : on se retrouve dans une interface aux graphismes de Super Mario Bros 2 avec la musique, Dr Mario est à coté des screenshots qu’on a pris pour chaque jeu et qui sont automatiquement positionnés, le tout se maniant à la manette avec une facilité déconcertante. Si cela ne vous plait pas, certains émus sont skinnables à souhait pour les embellir à votre goût.



-le suivi : la communauté Xbox est très active et vous trouverez sans problème quelqu’un pour vous aider à débuter dans ce monde merveilleux. Les émulateurs connaissent de nombreuses versions et sont de plus en plus optimisés pour en profiter un maximum. Quant à votre Xbox elle-même, n’oubliez jamais que ce n’est qu’un PC et qu’elle se répare très facilement en cas de pépin comme un disque dur qui flanche. De plus, le fait de stocker les jeux sur DD et pas sur CD permet d’épargner la lentille afin de profiter de façon « normale » de la Xbox.



Que dire de plus ? Pas grand chose sinon que tout ceci sert à une chose : le jeu ! On oublie vite qu’on joue sur Xbox et on profite un maximum de la ludothèque infinie disponible. On switche d’un ému à l’autre en quelques boutons à la recherche de la perle oubliée, on passe des heures à se déchaîner aussi bien sur un Silpheed que sur un Pac-Man, à blinder son disque dur de Donpachi et de Panel de Pon, à détruire le pad S sur Track and Field… Certes, cela na vaudra jamais les petits moments de bonheur qu’on connaît avec les vraies consoles comme la marque de la manette NES ancrée dans les paumes ou le bruit du ressort quand on met la cartouche. Mais sans le vouloir, la Xbox contribue à la conservation du patrimoine vidéoludique tout en ayant provoqué un regain d’intérêt pour l’émulation et le rétro gaming en général. En plus, elle permet de jouer à ses consoles préférées comme on devrait toujours le faire : affalé dans un canapé devant la télé avec ses amis sans avoir peur d’érafler la cartouche de Gunstar Heroes qu’on a payé au prix fort.

PS : un intrus s'est glissé parmi ces screenshots. Je tenais juste à rendre hommage à une compagnie pour rappeler une chose : les légendes ne meurent jamais !