NES Pas, le site qui regroupe tous les supporters mongasques. Les trois.
Persian Gulf Inferno
Innervision - 1989
Live in Leucate, YAMARDIII ! par Benjamin

Extras : Musique - Manuel TXT - Manuel PDF
Leucate est le lieu rv pour finir des jeux : plein de gens motivs pour nous encourager, de l'alcool pour tenir et une contrainte temporelle importante qui oblige se presser le citron. Au fil des ditions, on a fini Rampage, Top Gear, Bubble Bobble, River City Ransom, Terminator 2... Cette anne j'avais ramen mon fidle Amiga et Gabber avait pris un stock de jeux notamment un qu'il souhaitait absolument nous montrer : The Persian Gulf Inferno. Voici pour toi NES PAS, le reportage photo et le test Live In Leucate ! Le jeu dmarre. Un message sobre nous explique que des terroristes ont pris le contrle d'une plateforme ptrolire et menacent de la faire pter avec une bombe atomique. C'est beau comme du Steven Seagal. Soudain, l'ombre d'un terroriste tenant une kalashnikov sur fond rouge apparat et retentit ce cri de guerre :

YA NARDINE !!




Histoire d'en faire profiter toute l'assemble, on relance deux ou trois fois le jeu et chaque fois a provoque le fou rire gnral. Le cri de guerre de Leucate 2007 est n. Puis un message nous apprend qu'on fait partie des forces spciales et que l'hlico qui devait nous amener sur la plateforme s'est cras. Heureusement, on s'en est sorti. On se retrouve en bas de la plateforme avec sa bite et un flingue. Si je dis on, c'est parce que nous tions deux dans cette galre : Pika et moi-mme. Le jeu se prsente comme un mlange de Rolling Thunder et de Metroid. C'est un gun'n run classique vu de ct o on doit flinguer des mchants, trouver des cls pour ouvrir des portes, librer des otages et dsamorcer une bombe. Le jeu est assez joli et bien anim mme si le personnage met dix plombes se retourner. Par contre on peut faire de chouettes roulades. On peut utiliser les ascenseur et ouvrir les portes pour rcuprer otages et munitions. On monte quelques escaliers quand une arme de terroristes enturbanns arrive et gueule

YA NARDINE !! YA NARDINE !! ALLAH OUAKBAR !!



En nous tirant dessus. On rplique avec notre petit flingue et on les dgomme la chane dans de splendides gerbes de sang. Tous les combats se droulent de la mme faon : on arrive une endroit, des tonnes de terroristes dbarquent de nulle part en hurlant et on les mitraille. On perd rapidement des points de vie et on finit par crever. Pire : le jeu est immense et on n'a que 25 minutes pour le finir d'une traite (sans sauvegarde) ce qui signifie le recommencer de nombreuses fois sans crever pour le connatre par cur et foncer d'un point l'autre. Avec Pika, on prend deux sages dcisions. La premire est d'activer les trainers pour avoir vie illimite, balles illimites et temps infini. La deuxime est de raliser les plans complets du jeu. On joue tour de rle : un la manette et l'autre avec papier/crayon pour faire les plans en direct.



Ca s'est rvl bien plus complexe que prvu vu la taille du jeu. En plus c'est un ddale de couloirs, de murs, d'escaliers et d'ascenseurs o tout se ressemble. Mme en ayant les plans, je doute qu'on puisse le finir en 25 minutes. Pendant un temps tout va : les portes s'enchanent, on trouve les cls, on flingue du nardine la pelle, on libre quelques otages... Ah les otages. Un grand moment. Imaginez des mecs enferms par des terroristes. Quand vous les trouvez, ils savent prcisment o sont leurs potes : "prenez les escaliers et descendez de quatre tages puis allez gauche. Vous trouverez un ascenseur. Montez d'un tage et nos amis seront dans le coin". Certains passages sont surralistes : sur un toit, une trentaine de nardines nous foncent dessus la file indienne en crevant les uns aprs les autres. On passe bien une minute sans lcher le bouton de tir pendant que rsonnent les YA NARDINE !!



Mais ce qui devait arriver arriva : on se retrouve bloqu. On tourne en rond, on n'avance pas, il n'y a plus de nardines buter... bref, a pue la dfaite. En plus la solution tait devant nos yeux : on avait un shotgun et des charges explosives qu'on ne savait pas utiliser, faute d'avoir le manuel. Gabber n'est jamais all trs loin. Comme il le dit lui-mme : "je lanais le jeu, je tuais quelques nardines et j'teignais l'Amiga." Dpits, nous avons teint l'Amiga pour aller faire un volley.



Le lendemain, l'Amiga tait l, nous narguant. Pour l'honneur, on devait finir le jeu ! On le relance et on essaye tous les boutons du clavier. Miracle : on russit slectionner le shotgun ce qui relance l'intrt : c'est encore plus jouissif de flinguer du nardine au shotgun. Deuxime miracle : on arrive utiliser les charges explosives pour faire sauter les portes. Bon on a saut avec la porte la premire fois mais on avait tous les lments en main. L tout s'est enchan : On a libr tous les otages, trouv la-fille-qui-ne-sert--rien-mais-il-en-faut-bien-une, le professeur machin qui sait o se trouve la bombe et comment la dsamorcer et enfin la bombe elle-mme ! On a la pince en main pour couper le fil, il y en a deux mais heureusement on sait lequel est le jeu. Fin du jeu ! Explosion de joie Leucate rcompense par une cinmatique magnifique compose de quatre crans fixes moches. Mais c'tait beau.





Pour la lgende, voici les plans :





Et parce que NES Pas c'est d'abord du rve : yanardine pour toi en mp3. Si si !
Le point de vue de César Ramos :
Comme tous jeux amiga : peu cher, prsent en lots...