Le site qui fait semblant de fouiller dans son portefeuille quand un mendiant passe.
A Boy and His Blob
Imagineering - 1991
Les blobs attaquent la plage par Petemul

Extras : Musique - Manuel TXT - Manuel PDF
Ca faisait longtemps que je n'avais pas pondu de critique pour [Nes Pas ?] et a commenait me travailler. Oui, les annes passent, et la plume s'effrite. Tant de projets avorts dans mes cartons, qui me rappellent sans cesse ma dcrpitude... la flamme ne m'animait plus. J'tais fini, au bout du rouleau, tel le vieux briscard fatigu dans les western, qui regarde avec compassion sa vie d'exploits, de headshots et de femmes faciles.

Et puis, un soir que je rexpliquais mes thories sur la vie, l'univers et le reste une vieille amie, nomme Solitude, l'ide sotte et grenue me vint de ranger un peu mieux mes 24 jeux Game Boy qui commenaient un peu se rpandre sur l'tagre. Et alors que je les manipulais d'une main lasse, dsintresse, mes yeux tombrent sur l'un d'eux.

Mon sang ne fit qu'un tour.



Un chteau au sommet d'un piton rocheux dfie du regard le joueur potentiel en se dcoupant firement dans un ciel marine. Au dessus de lui, quelques lettres, qui forment quelques mots, qui forment un titre.

The Rescue of the Princess Blobette - car c'est lui - venait de me replanter un couteau, nomm "nostalgie", dans le ventricule gauche. Que j'ai fragile, depuis qu'une brune de l'Est l'a bris, mais c'est une autre histoire. Et c'est dsormais mon sang que je rpands sur cette page tout l'heure vierge, pour vous, pour moi, pour ma folie.



Je m'en rappelle comme si c'tait hier. Ou mme avant hier, car je ne recule devant rien. J'avais mon Game Boy depuis peu. Je n'avais l'poque qu'un seul jeu, qu'un jeune loup - Jrme, si tu nous lis... - qu'un jeune loup, tombeur de filles, m'avait chang contre trois de ses jeux lui. Tout a pour faire son grand cur charitable devant Gwenalle. Mais comme j'tais dj geek, je ne lui en ai pas voulu et ai donc accept d'changer, le temps des vacances, mon Fortress of Fear contre Dragon's Lair (vite permut avec un Double Dragon, mais a aussi c'est une autre histoire), Gargoyle's Quest et Rescue of the Princess Blobette. La boucle est maintenant boucle, vous voyez o je veux en venir. Je me dois de faire la critique de tous ces jeux, TOUS.



Ce jeu, qui est au passage une reprise du concept du jeu NES A Boy and His Blob : Trouble on Blobolonia (1989), ce jeu mrite votre attention et la mienne. Car il est ... diffrent. Oui, trs diffrent. Je ne connaissais rien au monde du jeu vido. Je n'avais pas le manuel. J'arrivais donc en terrain compltement vierge. Allumez votre cran et suivez pas pas le chemin que j'ai dfrich pour vous il y a de cela bien des hivers, bien des douleurs...



Un cran-titre nous accueille, et dj, un constat s'impose : nous sommes bel et bien en 1991. Pas de doute. Pas d'intro, un gros cran avec que du texte, qui alterne avec l'quipe de conception compose de cinq membres. Le oldie que nous sommes fleure dj le mythe.

Mais un dtail nous gne. Enfin, a dpend. Soit vous connaissez le jeu NES et alors pas de problme. Soit vous ne connaissez pas et vous tes rests sur l'image de l'tiquette du jeu, et l... qu'est-ce que c'est que ce dlire-fumette ? Un gros "A boy and his BLOB" bariol (en niveaux de gris, mais tout de mme), une musique du plus bel effet "When the Schtroumpfs meet Indiana Jones"... Je m'en souviens, mon sang ne fit qu'un tour. Allez, Start, la curiosit est trop forte.



Crvidjiou. Ou rogntudj. Ou mme crfieu, c'est Nol. What the hell is this ? A l'poque, j'avais beau sortir de Fortress of Fear, tout de mme, a fouette l'iris. C'est graphiquement, hum, nous dirons pudiquement "sommaire". Ceci dit, il faudrait tre mad (ou trs con, ou les deux mmes ! ) pour nier l'vidence : visiblement, on est dans un chteau, ok. Sommaire mais interprtable pour l'oeil avis.

Et qu'est-ce que... qu'est-ce donc que ce... cette... ce machin ? Je vois bien ce qui semble tre un personnage vaguement humain, mais ct de lui, un bidule, tout sourire, sautille gaiement sur place. Une sorte de croisement entre un barbapapa et une boule de Mozarella. "A boy and his BLOB" : l'avertissement tait pourtant clair, il ressurgit comme une vidence dans mes penses. Donc a c'est le blob. Ah. Aaaaah.

La sueur qui perle mon front ne me fait pas perdre pour autant mon sang-froid. (Sang qui n'a fait qu'un tour, souvenez-vous). Essayons les boutons. Gauche, droite, ok, le personnage bouge, le blob, non. Bas : rien. Haut : rien. J'essaie un bouton : le personnage porte la main sa bouche et siffle. Je... ok, faisons celui qui n'a rien vu, tout est normal. Deuxime bouton, il va bien sauter, non ? Non ? Non ! Il lance un truc. Ah, une pastille. Le blob l'avale. Le blob se transforme en chelle.

...



Je ralise en un quart de seconde (le temps pour mon sang-froid de faire un tour), que sous l'cran de jeu, il y avait des choses crites, et que de "2 Licorice" on est pass "1 Licorice". Par un savant jeu de dductions, j'tablis comme une certitude que donner 1 Licorice au Blob le transforme en chelle. Notons qu' l'poque je ne pipais mot en anglais et que je ne me doutais pas que licorice voulait dire rglisse. Ce qui n'a pas vraiment d'intrt en soi.

Quelques pataugages et tours de sang plus tard, j'ai en main le principe du jeu. C'est clair, c'est diaphane. Vous dirigez le garon. Vous ne pouvez que : le faire aller de gauche et droite, le faire siffler, ou donner un bonbon. Avec "select" vous slectionnez des bonbons que vous avez en poche. A chaque bonbon correspond une transformation du blob. Siffler vous permet de dtransformer le blob. Et vous de jouer pour parcourir le chteau en long, en large et en travers, dcouvrir ses recoins, ses trsors, et ses piges. C'est limpide, c'est vident, c'est beau comme l'antique.



Pour faire quoi ? Pour librer la princesse. La Princesse Blobette, copine de notre ahuri en mastic. Voui, c'est beau l'amour. A vous donc de faire preuve d'imagination, d'audace, et d'initiative. Une grille vous barre le passage ? Votre sang ne fait qu'un tour, et vous transformez, coup de bonbon la pomme, votre blob en crick pour trifouiller la serrure au-dessus de votre tte. Un trou vous empche de passer ? Votre blob fera un magnifique pont, pour peu que vous lui filiez une fraise. Imagination, j'ai dit.

Et endurance.



Je ne vous cache pas en effet que a sera long. Enfin long pour un jeu de l'poque, c'est dire un jeu qui se recommence chaque fois du dbut. Il faudra plusieurs tours de sang pour en voir le bout. Peut-tre aussi qu'il vous faudra couper le son : la musique devient lassante au bout de 47 secondes, soit une boucle. Graphiquement, on ne pourra rien pour vous : le sentiment de nant absolu ne vous quittera pas plus que ce froid glac qui m'treint depuis tant d'annes. Tant d'annes en compagnie d'une autre vieille amie, Amertume... une longue histoire, l encore.



A l'heure o j'cris ces lignes, une question me vient. A l'poque, j'tais jeune, j'tais plein de vie, je ne connaissais ni les drogues, ni l'alcool, ni l'treinte bienfaisante de Lulu la Nantaise. Comment alors ai-je pu tenir jusqu'au bout ? O ai-je trouv la force ? Peut-tre que ce sont ces mimiques trop choupi de ce blob qui m'ont permis de tenir. Cet air du quand vous lancez un bonbon ct de lui sans qu'il puisse le rattrapper. Ces airs dbiles qu'il conserve dans ses transformations. Ces petites musiques et sons rigolos quand il reprend sa forme. Cette faon de se dandiner sur son cul pour vous rejoindre, au risque de vous pousser dans le vide, ou sous une machine fatale (oui, car vous ne pouvez pas vous tenir la mme place que lui. Ah ha. Subtil.). Peut-tre mme sont-ce ces nigmes la con, venues de l'espace : lui donner un bonbon la banane pour en faire une cl molette. Ah ben oui... on vous avait pas dit qu'en anglais, cl molette se dit "Monkey Wrench" ? Monkey > Banane. C'est idiot. C'est gnial. Ce qui est gnial c'est que je viens de faire le rapprochement uniquement la seconde, l, maintenant, en crivant ces lignes, plus de 15 ans aprs. J'en ai une boule dans la gorge.



Je passe sur le reste : des trsors chercher, ou pas. Ca ne change rien. Des bugs et des trucs qui vous permettent de finir le jeu en deux minutes au lieu d'y passer quatre heures. Des tronches de crtin quand votre "boy" est pendu dans le vide et court comme un damn pour retourner sur le mur qu'il vient de quitter. Un bonbon qui ne sert que dans une seule situation, laquelle vous fait perdre toutes vos vies d'un coup.

Et une fin encore plus naze que celle de Dragon's Lair et Dr. Franken runies. Ce qui n'est pas rien.



Je ne sais pas si je dois vous conseiller ce jeu. Je ne sais plus... tout se mlange dans ma tte. Mon corps gt dans mon sang, l'odeur de mort envahit la pice, ma pense se brouille... , folie, , nostalgie, mal qui ronge les hommes...

Je n'aurai finalement qu'une dernire parole : oui, essayez-le. Car ce jeu, finalement, est porteur d'un esprit, d'un souffle qu'on ne rencontre plus. Des types qui ont port jusqu'au bout leur concept, leur gameplay unique, leur ralisation artisanale. Un jeu qui, avec un level-design plus soign, aurait pu tre une bombe. Il ne sera finalement qu'une curiosit. Mais je sais que vous tes curieux. Comme je le fus... en ces temps lointains... bien avant que vous ne croisiez ma route... et que je redevienne cet homme triste et seul... oui, parfois, je me sens seul, si seul depuis que vous tes partie, Natalia...

Le point de vue de César Ramos :
Relativement peu commun, mais peu cher.