En ligne depuis la nuit des temps (GMT+1).
Chase HQ
Nintendo - 1989
"I'm tellin' y'all it's a sabotage" par Petemul

Extras : Musique - Manuel TXT - Manuel PDF
Il y a des jeux, comme a, qui portent en eux l'essence (ha ha) mme du oldisme. Des jeux qui sont roots mort, qui sentent le ttonnement programmatoire jusqu'au fond du slip.


Joli, non ? Non ?


Chase HQ, GameBoy edition, est de ceux-l. Deux raisons principales cela : il s'agit de l'adaptation d'un clbre jeu d'arcade des annes 80, et c'tait un des premiers jeux Game Boy.

L, potentiellement, on a affaire du lourd. Et on ne va pas tre dus.



Chase HQ, c'est un mlange de Chips, de K2000, de Police Miami, de tout ce que vous voulez du moment que des flics poursuivent en grosse bagnole des grands mchants dans des grosses bagnoles sur fond de grosses villes amricaines.



Une simulation ? Non non. De l'arcade, du temps o a voulait encore dire "je me prends 15 murs avec ma bagnole sans frtiller du moindre quart de poil". Vue arrire, commandes simplistes, forcment on roule sur des grosses voies sens unique avec aucune autre route si ce n'est une bifurcation par niveau.


Choix cornlien. Dois-je suivre les flches ?


Les graphismes, la musique, la fluidit de l'animation (hu hu), tout est magnifiquement rtro. Comme dans tous ces jeux de bagnole de l'poque, la pseudo-3D est pleurer de rire. Mais a n'empche pas l'essentiel : prendre son pied.


Le passage dans le tunnel. Minimum syndical : un par niveau.


Car oui, c'est un jeu d'arcade, un jeu "poum-paf je me fais une petite partie l hop" (j'en rajoute une couche et j'aime a). Ca commence vite, pas de chichis, une intro-clair et zou let's run. On acclre, on va de gauche et de droite, un balance un turbo pour faire joli, c'est simple comme ma cafetire. On conduit en essayant de ne pas se faire avoir par le chrono et au bout d'un moment, on voit la voiture qu'on poursuivait.


Ca y est. Cible en vue. Prparez les pare-chocs.


Et faut lui rentrer dedans jusqu' ce que la jauge de dommages soit pleine, et voil, niveau torch. Plaisant, jouissif, si l'on se persuade que la bouillie de pixels en question est une Ferrari Testarossa ou une Porsche 959. Perso, j'apprcie toujours de me le faire entre deux siestes, 10 minutes montre en main, en passant Sabotage des Beasties Boys en toile de fond.


Let the motherfucker burn !


Ceci dit, la maniabilit est un peu poussive, on a l'impression de voir F1 Race la sauce Castlevania, et en plus c'est court. Cinq niveaux, un seul degr de difficult. Encore un de ces jeux que j'ai fini la premire partie.


You're done like a rat, you vilain !


D'ailleurs, rien que pour bien vous le montrer par une stupfiante mise en abyme, je vais m'arrter l.


The streets ? Elles sont grandes les rues, chez vous...


Avouez que a vous la coupe.
Le point de vue de César Ramos :
Pas si commun que cela, toujours prix drisoire.