United Colors of Monochrome.
Double Dragon 3
Acclaim - 1994
Celui qu'on ne doit pas nommer par Petemul

Extras : Musique - Manuel TXT - Manuel PDF
Attention, a va tre rapide :

Ce jeu pue la dfaite. Il EST la dfaite. La daube ultime que vous cherchiez.

Oui. Gnralement, aprs un chec, on redresse la barre. Fort de l'exprience Castlevania 1 - Castlevania 2, je me suis donc dit que Double Dragon 3 corrigerait les dfauts du 2. Qui tait, je le rappelle, plat et sans saveur. Quel naf je peux faire, parfois... eh oui, hlas, le 2 s'est bien vendu, donc, pourquoi parler d'erreur ? Et donc, que corriger ?



L, franchement, je ne sais pas ce qui s'est pass chez Acclaim. Un pari stupide, un dfi pour le dpart en retraite de Marcel du service compta, un projet sign un soir de cuite gnrale, j'ignore, mais je me demande encore comment ils ont os un truc pareil.



Il est rare que je vous fasse la critique d'un jeu que je n'ai pas fini, et pourtant, ici c'est le cas. Je n'ai pas fini Double Dragon 3. A vrai dire, je n'ai mme pas fini le premier niveau. Vous vous souvenez de Kick Off ? Le jeu de foot impossible matriser parce que le ballon vous chappe systmatiquement ? Eh ben l c'est un peu la mme chose. Un jeu de baston dans lequel vous tes systmatiquement au tapis. Les adversaires vous collent par terre toutes les trois secondes. Vridique. Mme en mulation avec les "saves states", je ne suis pas all bien loin.



Et puis pas de coups spciaux. (Enfin au dbut. Il parat qu'il faut les acheter. Donc oui on commence avec 3 coups de nabot) Et une musique de merde (une bonne me a prvu une option pour la dsactiver, ouf). Et des graphismes laids pleurer. Et... et...



Et voil. Sans remords, je vous livre l'une des critiques les plus courtes de l'histoire de [Nes Pas ?]. Ce jeu est une honte. Une insulte. Il est le Mal. Brlez-le. Fracassez-le coups de marteau en place publique en hurlant des imprcations impies. Si vous le croisez en brocante, aspergez son vendeur d'eau bnite. Il faudrait vraiment tre mad, ou trs con (voire les deux mme !), pour l'acheter. Pour y jouer. Pour en parler.


Bonus : Le meilleur cran du jeu.

Le point de vue de César Ramos :
Commun, et toujours trop cher.