Le site qui regarde Canal + avec une passoire.
Gargoyle's Quest
Capcom - 1990
Great balls of fire par Petemul

Extras : Musique - Manuel TXT - Manuel PDF
Afftez vos griffes, lustrez vos ailes, et faites chauffer les boules de feu : amis oldies, nous nous attaquons aujourd'hui un pur mythe de chez Mythe & Co. du Game Boy. Un vrai. Un tatou. Gargoyle's Quest, c'est du grand art qui en a fait baver plus d'un.


Ca ne se voit pas, mais notre hros est nerv. Rouge de colre, mme.


Lorsque le Game Boy est sorti, l'un de ses principaux attraits, par rapport ses concurrents, tait sa ludothque allchante. Gargoyle's Quest, sorti en 1990 et sign par Capcom, faisait partie de cette srie de titres allchants qui ont surement fait basculer les indcis dans le camp de Nintendo.

L'histoire est simple, bien qu'assez inattendue : vous jouez une Gargouille, sorte de monstre mi-chemin entre le Balrog Nain et le Vampire Reptilien. Un truc qui vole, enfin qui se maintient en l'air, et qui crache du feu, et que les joueurs de Hero Quest vnrent genoux. Cette gargouille, rpondant au doux nom de Firebrand, est une sorte de gros warrior du Gentil Royaume des Goules (!!???), dirig par le mignon roi Darkoan (qu'on pourrait traduire en franais par, je ne sais pas, Tnbror par exemple). Un jour, des petites canailles venues d'on-ne-sait o ont tap tout le monde. Oh les vilains. Alors videmment, faut leur flanquer une rouste.


Le mode "carte"


Il s'agit l d'un jeu que l'on pourrait qualifier de "plateforme bourrin aventure". En gros, a mlange deux vues : vue de profil, et vue arienne.


Le mode "aga taper partout"


Le mode principal, de profil, est celui o vous blastez tout. On saute, on se maintient en l'air pendant un temps limit (forcment ridiculement court au dbut, illimit la fin - orgie !!!), on s'accroche aux murs (et on y reste accroch sans limite de temps cette fois), et on crache du feu partout. Notamment sur les gros boss. Ce monde concerne les donjons, des points de passage particuliers du pays, et des squences de combat alatoires comme dans Breath of Fire ou les Final Fantasy. A ceci prs que a ne se rgle pas au tour par tour, mais en temps rel. A la dure.


Ne vous y fiez pas : celui de droite va crever en moins de deux.


Les passages en mode "carte" permettent de passer d'un donjon l'autre, en se baladant dans le joli pays des goules plein d'arbres morts et de montagnes rocailleuses. Avec de temps en temps un fleuve de feu, pour faire encore plus chou. On peut mme explorer des villes et parler des gens : notamment, les "donneurs de mots de passe" pour pouvoir reprendre sa partie plus tard, les "vendeurs de vies supplmentaires", et les "Grand Vizirs locaux", qui le cas chant nous rcompenseront de nos exploits avec des gros pouvoirs qui torchent (sauter plus haut, plus longtemps, cracher une boule de feu de 3m de diamtre...). De temps autre, des petites squences de combat alatoires viennent mettre un peu de piquant dans cette vie bien range, et permettent surtout de ramasser de la thune. C'est pas trs trs compliqu, en fait, voire mme ultra linaire.


Mes respects, Monsieur le Baron.


Dans ce mode "carte", l'interface est assez sommaire, on a juste un menu avec 4 choix :

1) "je veux causer ce type"

2) "je veux utiliser un objet de mon inventaire, n'importe lequel, y'a srement un truc faire ici"

3) "c'est quoi mes stats"

4) "y'aurait pas un trsor sur le spot o je me trouve".


Un menu rustique, mais efficace.


Evidemment, tout ceci est en anglais, mais je vous rassure, j'ai russi le finir sans rien comprendre, j'tais pas encore bilingue l'poque. Pourtant, il y a du texte, et l'anglophone averti y trouvera son compte de background.

Mais la vraie question, c'est : est-ce que c'est beau, bon, du gros gavage ??? La rponse est : oui ! Ce jeu est norme, culte ! Dj, il est long. Certes, il n'est pas trs trs dur, une fois qu'on a le coup de main pour exploiter au mieux les facults de Firebrand. Il y a juste deux ou trois passages un peu dlicats. Mais bon, c'est quand mme plus facile que Demon's Crest sur SNes. La maniabilit est sans faille : Firebrand plane, s'accroche, crache du feu en parfaite osmose avec le joueur.


Batman battu sur son terrain.


Techniquement, a ne s'arrte pas l. Des musiques trs soignes (aaah le stress des rencontres alatoires !! presque aussi bien que Metrod II !!), des sons pas trop laids (avec un magnifique effet de stro sur votre boule de feu : quand elle tape un mur droite de l'cran, le son vient de la droite, et vice-versa... tout con, mais l'poque c'tait la classe). Les graphismes sont plus que corrects, dtaills, bien anims, avec juste des contours d'ennemis parfois grossiers et de gros cacas de scintillements dans les moments un peu trop chargs. Les Boss sont bien chiads. (Et quels noms ! Zundo Druer, Bellzemos, Zakkudruzzer, Rushifell, King Breager...)


Tour de magie : face un boss, le premier rle disparat par intermittence. Belle allgorie du monde du spectacle.



Le boss final, qui, normalement, a quatre bras.


Donc, rien que la carrosserie, dj, impressionne. Et ensuite il y a l'histoire, bien foutue, et le gameplay : l'alternance des squences d'aventure et d'action permet d'viter toute lassitude ; on peut souffler dans la campagne entre deux donjons un peu tendus. Les donjons sont varis, dpaysants ; les boss ont de belles sales gueules. Le simple ct "plate-forme" prend de l'ampleur en s'inscrivant dans un dcor cohrent. Et quel pied de voir sa petite gargouille voluer, pour finir en crachant des gros missiles de feu et en sautant d'un bond les 3/4 de l'cran ! Sans compter la gestion des tirs spciaux : certains ptent certains blocs, d'autres gnrent des plate-formes temporaires sur les zones blessantes, etc.


Vous tes plutt boule de feu mineure...


Au final, quasiment que des loges. Ce jeu est une des grosses bombes de la ludothque Game Boy. Il m'avait littralement scotch des jours durant, ce fut une sacre motion l'poque, et je suis ravi de voir que ceux qui le dcouvrent aujourd'hui sont du mme avis. Un bon jeu d'action o a pte de partout, et o il faut grer quand mme les dplacements et les capacits de son perso, a assure ! Evidemment, c'est linaire, mais faut pas pousser non plus. C'est beau, joyeusement macabre, prenant, et en plus a a ce petit ct root dans le lettrage et les menus propre sduire le pur oldie. Vous n'en serez pas du. Capcom a frapp trs fort, et a rcidiv sur SNES. Les adaptations sur NES, elles, sont un peu plus dcevantes.


... ou Feu de L'Ombre ?


**** Le petit + Culte ****

Ha ha ha pauvres fous, vous pensiez que je vous laisserais partir comme a, sans vous livrer un petit MU vous mettre sous la dent ? Attendez un peu... bon alors regardez les version NES et SNES. La couleur du hros. Bien rouge qui tache. Bon. Maintenant lisez tous les textes de la version GameBoy : au bout d'un moment, on s'adresse bien vous comme tant le "Red Blaze". Soit. Maintenant, prenez votre cartouche. Il est de quel couleur, le monstre vert dessus, hmmm ?

Aaah ha sacrs illustrateurs, va...
Le point de vue de César Ramos :
Grosse distribution. Relativement peu onreux...