Le site qui ne passera pas l'an 2000.
Indiana Jones and the Last Crusade
Tiertex Design Studio - 1988
Chrie, je te laise, a va fouetter par Ti Jen-Tsie

Extras : Musique - Manuel TXT - Manuel PDF
Quand jtais jeune, je navais pas grand-chose pour moccuper. Je viens du trou du cul du monde : un bled louest de Perpignan, autant dire un dsert vido ludique et culturel, surpeupl coup de parisiens-bourgeois et dallemands en tong/chaussettes lt, et vide te toute forme de vie intelligente en hiver. Un endroit charmant, donc.



Donc je me faisais chier. Svre. Alors je piquais les films en VHS de ma grande sur : Star Wars et Indiana Jones en tte (jeu prfr avoir un grand frre et pourvoir lui barboter ses film de gymnastique horizontale sudoise, mais on ne choisit pas sa famille). Jai us ces cassettes jusqu les rendre presque transparentes. Indi est mon dieu, mon hros, et, dans mon esprit de gamin, la croix de Coronado et le Graal existent, ce sera mon job, plus tard, de les trouver. En attendant, je mentraine avec mon fouet fabriqu en attachant ensemble 3 lacets de vieilles groles de mon pre et mon chapeau mou qui en fait est en paille parce que je nai rien trouv dautre. Mais je men fous, je suis heureux comme un pape.

De temps en temps je descends la capitale (Perpignan, 50.000 mes) avec ma famille pour ctoyer la civilisation, et ventuellement me faire acheter un ou deux jeux pour ma brave Master System. Direction donc le Mammouth de Claira (encore une Mtropole). En vitrine, sous clef: Indiana Jones and the Last Crusade pour Master System.



Et l, le jeune apprenti archologue que je suis se dit : Oh seigneur ! (ou plutt la putain de ta mre la tata Francis (oui, jtais dj mal lev cette poque)) un jeu avec Indi ! Jeveujeveujeveu et part sur le champ casser lourdement les couilles son petit papa-chri-damour-tu-veux-pas-macheter-un-jeu-sil-te-plait ? Aprs environs 5 minutes de rsistance paternelle, car je sais tre extrmement brise-burnes quand il le faut, je repars du magasin avec ma boiboite sous le bras. Heu-reux !

Une fois rentr la maison, je prends mon fouet en tissus, mon chapeau en paille, je dchire sauvagement lemballage du jeu (on est un aventurier o on ne lest pas, merde) et jenfourne la cartouche dans la console. cran de dmarrage qui sent bon la nostalgie : le logo Lucasfilm et la musique de la Lgende en chiptunes. Joie et bonheur. Appuyons donc sur start. Et cest parti pour un grand moment de bonheur.



Sauf que non. Mais alors vraiment non. Dsol de vous faire dbander dun coup, froid comme a (les filles qui me lisent et donc nont pas le petit matriel ncessaire laction suscite sont pries dinsrer ici non pas leur doigt mais la mtaphore de leur choix), mais ce jeu a bris mes rves et dtruit mon enfance, je me venge sur vous. Oui, je suis une raclure, mais jaime bien.

Et oui les jeunes, en ce temps l, on navait pas encore la presse spcialise (du moins pas dans les bleds perdus comme le mien), et encore moins internet pour aller prendre des infos sur un jeu quon voyait en rayon. Il fallait soit trouver un gentil vendeur qui fasse tester, soit acheter au pif. L ce fut le cas



Mais revenons au jeu. Pass la petite intro du niveau (musiquette crispochiante, score et nombre de vies restantes) on entre dans le vif du sujet. Au premier coup dil, cest plutt joli, couleurs choupies, sprite de grande taille. Niveau musique, cest plutt pas mal, vu quun grand silence nous suivra tout au long du jeu, la musique nest pas envahissante. Juste les bong-bong tut-tut des bruitages, pas fameux mais pas horribles non plus.

Avancer, sauter, coup de poing, et cest tout. Pas de fouet. HRSIE ! Indi sans fouet cest comme un gouter sans Tang ni Nutella., comme Michael sans Jackson, comme un test de [NES-Pas?] sans vanne lourdingue : cest inconcevable. Et pourtant si. Le fouet se ramasse dans ce jeu comme nimporte quel bonus, et est limit 5 utilisations. Cest donc un fouet en mousse biodgradable courte dure de vie. Jaurais encore prfr mes vieux lacets pourraves, au moins ils duraient



Au niveau des objectifs du niveau, brosse toi poulette : rien, tu te dmerde deviner ou il faut aller. Genre dans la mine, pour trouver la croix de Coronado. Si tu na pas vu le film, dans le cul lulu. La fin des niveaux nest matrialise par rien, mais simplement au dtour dun couloir, on termine le niveau. Temps et nergie sont convertis en point. Ctout.

Du temps, en gnral, il nen reste pas des masses, puisque ces putains de niveaux sont chronomtres. Mais attention, pas chronomtrs dans le sens jamliore mon temps , mais plus dans le sens compteur 0 = mort humiliante . Et le temps file vite. Surtout quand on voit quelle vitesse se trainent Indiana Jones et son manche balais rectal. Certains niveaux dont le premier sont des labyrinthes, autant dire quils sont infranchissables sans les connaitre par cur.



La difficult est donc norme. Mais pas dans un genre dfi personnel ( ah la pute famlique de boss. Viens par l que je te fasse payer ton cul ! ) plutt dans le genre manette qui valdingue par crise de nerfs. Dailleurs je vais abrger, jai toujours un pad dsincruster de mon plafond. Toucher le plafond en sautant blesse. Tomber de trop haut blesse. Entrer en contact avec un ennemi tue sur le coup. Se faire toucher en vol entraine une chute directe vers loubli.
Jouer ce jeu rend fou.

Le contrle du personnage est franchement peu prcis, et vraiment peu ractif. Exemple typique, on ne peut pas se baisser tant quon na pas fini un pas complet. Ce qui donne des situations risibles : on avance, le scrolling dvoile un ennemi, il nous tire dessus. Bon bah je me baisse et a passe au dessus. Sauf que non. On se baisse la fin du pas, donc on contemple dsespr la vision dIndi allant sempaler gaillardement sur la bastos, le sourire aux lvres et la bouche en cur. Idem dans le cas ou on voudrait frapper en plein saut. Non. Pas le droit.



Notez galement quIndi se traine la bite faire frmir : cest lent, trs lent. On limpression quon a pos un pauvre vieux sur un dambulateur, un balais dans le fondement pour quil se tienne droit et roule ma poule. De toute faon cest un jeu licence, donc on peut faire de la merde.

En gnral, il y a une petite animation quand on est touch, animation pendant laquelle on ne peut plus bouger (cest trs classique jusque l). Sauf que pendant ce temps, Indi nest pas intouchable comme dans la plupart des jeux de bonne famille. Et que le temps dimmobilit est peu prs celui quil faut lennemi qui vient de nous loger une bastos dans la carcasse pour finir de venir au contact, provoquant donc un dcs immdiat.



Dans le mme esprit, le jeu est bourr de pige vicieux, du genre si je suis pas dj tomb dedans, je ne peux pas savoir quil est l . Un exemple pour bien fixer les choses : un moment du niveau un, il y a deux plateformes adjacentes, lune un peu en hauteur par rapport lautre, genre a : --_. (NDLR : cet exemple de ascii art vous est offert par NES Pas le site du bien) Si on marche de celle du haut vers celle du bas, gamelle, on passe entre les deux et cest la mort.

Les sauts sont millimtrs : trop long : mort. Trop court : mort. Et on ne peut pas modifier sa trajectoire en vol, donc il faut un double dcimtre pour savoir o on va atterrir. Ce jeu est sadique, ce jeu rend fou. Excusez-moi, il faut que je sorte dans la rue tuer quelquun.



Le jeu reprend dans les grandes lignes la trame du film : les mines de Coronado, le train avec le cirque, les catacombes le tout en 6 niveaux, et une difficult en dents de scie. Bizarrement, le niveau un est extrmement difficile, alors que le second tiens de la balade de sant (bon, daccord, de trs mauvaise sant, mais on reste dans cet esprit l), et le niveau 3 est infme. Certains semblent infinissables, dautres sont plis en 3 minutes a manque dquilibre, tout a

Les niveaux de plateforme sont hard mais faisables alors que les niveaux de farfouillage sont durs en pleurer de rage. Mention spciale pour le sixime et dernier niveau qui tente de faire de la fausse 3D isomtrique, parfait pour se planter dans les sauts. Dj que sans a, ce ntait pas gagn Le tout pour se farcir un des crans de fin les plus indigents de sa catgorie. Attention, amis qui a les yeux fragiles, la prochaine phrase va spoiler sec. Lcran de fin se compose donc de la mme image que le dbut du niveau avec juste the end en plus. Suivi dun top score et cest tout.



Pour rsumer, Indiana Jones and the Last Crusade est selon moi une bouse infme. Mme une fosse purin remplie de cadavres putrides se sentirait sale en y touchant. Moi-mme je ne le conserve que parce que cest un cadeau. Mais un cadeau que je garde soigneusement cach la cave, cot des restes de la premire victime innocente que jai occise cause de ce jeu. Cest typiquement le jeu quon sort de son caveau une seule fois, quon fini par masochisme pur et dur, et quon remet en terre pour ne plus jamais y retoucher.
Le point de vue de César Ramos :
Commun, et donn, mme avec la licence de rve.