Le site qui dfend la veuve contre l'orphelin
Lord of the Rings (the)
Interplay - 1994
C'est Tolkien qu'on assassine ! par Petemul

Extras : Musique - Manuel TXT - Manuel PDF
On m'a vu faire beaucoup de choses insolites. On m'a vu, dguis en pouvantail celte, effrayant des marmots dans une colonie de vacances. On m'a vu montrer mes fesses et pire encore face la Mditerrane, ct de jeunes hommes faisant des pompes. On m'a vu m'exploser le pouce et les yeux en jouant 7 heures d'affile Gauntlet II "pour voir s'il y avait une fin". On m'a mme vu dans le Vercors sauter l'lastique, voleur d'amphores au fond des criques.

Mais le pire du pire, la crme des crme, restera quand mme ces longues pages griffonnes d'une main htive, les soirs de pleine lune. Des pages pleines de signes cabalistiques, de lignes l'interprtation glissante, alors que je haletais tel un damn. Je m'entends encore dire "j'y arriverai ! j'y arriverai !". J'en tremble encore.

Vous allez bientt comprendre.



Replongeons-nous dans le contexte. Les premiers magasins d'occasion ouvraient Nantes, en cette fin d'hiver. tait-ce en 1995, 1996, je ne sais plus. 1997, peut-tre mme. J'avais dgott peu de frais un Super Metrod et un Super Probotector. J'tais heureux, j'tais fou. Soudain, au dtour d'un tal, un nom me fait frmir. "Non, non, c'est impossible... je deviens dment... Seigneur, prends piti de mon me..." Et pourtant, elle tait l, cette bote. Elle arborait humblement ses lettres rouge et or sur fond bleu, pellant le nom du roman qui hantait mon imaginaire jour et nuit depuis plusieurs annes. Lord of the Rings... Impossible, incroyable, fou, il y avait donc un jeu qui tait sorti ? Oui mme toi, ami oldies, tu ne le connais pas. Ou si peu. Alors petit retour sur la chose.

Il fut prvu, fut une poque, une adaptation du roman de JRR Tolkien sur NES. En trois jeux, correspondant aux trois livres. Finalement, retards, difficults techniques (!), bref, c'est Interplay qui s'y colle, et qui sort un jeu sur SNES un peu la ramasse, tel point que le jeu n'a eu qu'une diffusion limite en Europe.

Bref. Thoriquement, une grosse licence comme a donnant un jeu inconnu, a aurait d m'alerter. Sauf qu' l'poque, j'tais encore jeune et con. Maintenant j'ai vieilli et je ne me laisserai plus avoir.



J'tais perdu. J'achetais et mes journes suivantes furent dvastes par ce jeu. Et pourtant, il y avait de quoi dcrocher. Mais cette poque, je voulais tout finir. Et croyez-moi, ce fut dur, trs dur. Trs trs dur. D'autant qu'il a des qualits, ce machin.

Oui, les deux du fond, vous m'avez bien entendu, des qualits. Mais les deux du premier me rang me disent "attendez, on ne sait mme pas de quoi il s'agit comme type de jeu". Ce quoi je rpondrais que c'est moi qui cause ici, et que j'aime pas les fayots.

Ceci dit, donc, Lord of the Rings est un jeu d'aventure. Vue la pseudo-verticale, comme un bon Zelda des familles. On contrle son petit perso, on le balade, on a un bouton pour attaquer (et un pour parer - mythique), on a un inventaire, un cran-carte... ah non, pas d'cran carte. Ah tiens. Ah. Aaaaaah. Dj, on sent la tuile arriver, l...



L'histoire, on la connat : Aller amener l'Anneau Unique la fonderie locale. Evidemment, y'a eu des amnagements pour le jeu, genre il faut commencer avec Frodon et Pippin, chopper Sam, explorer, trouver Merry, etc. De ce ct-l, y'a pas grand chose redouter, du moins quand on sait quoi s'attendre avec toutes les adaptations de ce genre. Bien sr, vous aurez un haut-le-coeur quand vous devrez collecter les amulettes magiques pour permettre Elrond de vous donner de l'XP... enfin...

Visuellement, on ne peut pas dire que a soit le naufrage. C'est moche pour de la Super Nes, certes. Joli pour de la NES. Sauf que bon... Les sprites sont peu dtaills, peu colors, et peu nombreux, surtout. Mais, je ne sais pas, il y a quelque chose, un climat, une harmonie dans les tons (!!) qui fait que, bon, finalement on leur pardonne. C'est du pauvre assum, quoi. Et l'cran-titre est superbe, c'est toujours a.



Les sons sont inexistants. Mais musicalement, c'est trs intressant. Trs trs intressant. On retombe un peu dans le syndrome Dragon's Lair sur Game Boy : deux-trois pistes qui se battent en duel, une pour l'intro, une pour le jeu, mais super longues chaque fois. Et belles pleurer. (Enfin, deux d'entre elles).

J'ai trembl sur Castlevania IV. J'ai pleur sur Chrono Trigger. J'ai vibr sur Secret of Mana. Mais sur Lord of the Rings, j'ai simplement cout. cout longuement. Comment dire ? L'ambiance parfaite, un poil mdivale, un poil folklore anglo-saxon, un poil pique... fltes, tambours, violons, une orchestration classique pour un climat compltement Tolkenien. Fou. Aussergewhnlich, mme. Ajout la saveur graphique dont j'ai parl, a donne que globalement, une ambiance trs trs sympa. Et surtout, rare.

Mais patatra. Here comes the maniability, et sa copine, la jouability. Et l, fini, termin, exit les bonnes intentions. C'est un cauchemar sans nom. L'Ombre de Mordor s'tend sur nos consoles, pauvres compagnons.



Les persos sont trs peu maniables. Pas de diagonales, des mouvements lents, pires que Castlevania : l'anticipation des coups d'pe vous demandera une sacre acclimatation. Quant parer, n'y pensez mme pas, c'est le meilleur moyen de vous en prendre plein la figure. Et quand a commence, vu qu'il n'y a pas d'invincibilit partielle, a s'enchane, et la mort vient vite.

Ensuite, sachez que l'on contrle le perso principal et le reste du groupe va et vient librement, y compris en dehors de l'cran. On peut les "rappeler" et - attention mythe - les contrler en appuyant sur un bouton, mais ils font tous le mme mouvement simultanment, dans ce cas. Et votre perso principale ne bouge plus. Oui, vous avez bien compris : on peut donc switcher entre contrler le perso numro 1, contrler le perso numro 2, et contrler tous les autres la fois. C'est beau. Sauf que a sera pas multijoueur, hein, faut pas rver.



Toujours pas clair ? Globalement, en fait, au dbut, on contrle Frodon, et les autres Hobbits suivent. C'est donc un choix Frodon / Le groupe. Puis vient Aragorn, et le choix devient Aragorn / Frodon / Frodon + le groupe. Groupe auxquels vont s'ajouter Gimli et Legolas, ce dernier ayant la particularit de ne rien faire. Oui, son arme est l'arc, et il ne tire pas une flche du jeu. C'tait pas prvu. J'adore. Gandalf viendra faire un tour dans le niveau de la Moria, pour dire coucou. Boromir par contre vous fera un cordial salut Fondcombe, mais ne se bougera pas les fesses, parce que trop de sprites grer, vous comprenez...

A la limite, en tant oldie de mauvaise foi, on pourrait y trouver un intrt. "Ouais a renouvelle le gameplay et tout." Ha ha. Vous voulez tre de mauvaise foi ? Alors dites carrment "ce jeu est un vrai challenge vu la faon dont il est construit". Car c'est encore plus lourd de ce ct-l.



Dans la srie des RPG, il y en a o le chemin est plus ou moins vident. Parfois, c'est un peu le bazar, on doit explorer un minimum pour arriver au bout. Jamais, cependant, je n'ai vu de labyrinthe aussi horrible qu'ici. Les maps sont normes et intraables : les salles font plus de 2 crans de cts, elles se ressemblent toutes, ce qui fait qu'il est mme presque impossible de faire une carte papier ! AAAAAH ! Cauchemar ! Mme la technique du "toujours tourner du mme ct" trouve ses limites. Et a n'attendra pas le dernier niveau : ds le premier donjon, on a le tournis. Les Hauts de Galgals sont une preuve redoutable. Alors la Moria, videmment...

Du coup, c'est chiant. Le mot est lch. Chiant car monotone. Vous comprenez mieux l'intro de cet article, non ? Attendez, ce n'est pas fini. Heureusement, si le jeu est difficile, il y a des sauvegardes.

Ah ben non, mme pas. Des passwords. Et quels passwords ! Quand je vous parlais de signes cabalistiques, j'exagrais peine. Bon, c'est de l'alphabet de base, mais il y en a tellement, des lettres ! 48 ! QUARANTE-HUIT CARACTRES DANS CES MOTS DE PASSE A LA CON ! Six minutes pour en rentrer un ! Et puis, utiles avec a : il doit y avoir 3-4 points de rapparition dans tout le jeu. Le tout truff de bugs qui vous font rapparatre avec les mauvais objets, des personnages qui disparaissent, etc. La grande Classe.



Voil pourquoi j'ai pass des nuits entires faire des cartes dans tous les sens, noter 150 passwords, et perdre ma sant mentale. Le tout pour une immense frustration : le jeu ayant t un bide cosmique, aucune suite n'a t ralise... et vous vous trouvez donc comme un con, avec une fin en suspens dans la Lorien, alors que vous savez pertinemment tout ce qui aurait pu suivre derrire.

"Mme les sages ne peuvent voir toutes les fins", qu'il disait... il avait de l'humour le pre Gandalf... Dommage. L'ambiance est vraiment unique, mais le gameplay ruine tout...



BONUS TRACK : Le Mythe Ultime (MU) du jour

Alors voil, ami oldies. Comme moi, tu n'as pas peur, le challenge, c'est ta raison de vivre. Comme moi tu as pass 35 jours faire ce jeu, optimiser tes caracs mort, prendre tous les objets, et tu arrives, blind d'XP, la fin de la Moria, avec ton groupe au complet, ptant de sant. Tu te pointes devant le Balrog et, comme moi, tu russis avec classe placer tous tes persos de sorte qu'ils touchent ledit Balrog sans eux-mmes se faire toucher. Et tu le meules grand coup d'pes dans la tronche, tandis que Gandalf balance ses boules de feu fond les asticots.

Car oui, c'est possible, il y a des positions compltement l'abri au niveau de ce bordel de pont de Khazad-Dm. Et donc, pan pan pan pan dans ta face, monsieur le Buf Charolais de 15 mtres de haut. Sauf que non, il ne crvera pas. Il ne crvera pas tant que Gandalf ne sera pas fait ratatiner. Bordel ! videmment, on connat l'histoire, mais c'est tellement ridicule de devoir attendre que Gandalf se fasse transformer en charbon actif (et pas tomber, sacrilge !!) alors qu'on blaste tout, que bof, caca, prout, et tout a. Voil, je deviens vulgaire. C'est dit. Le passage le plus terrible du bouquin qui revt des allures de foire aux glitches (je sais pas, ils auraient pu mettre une cinmatique deux balles, au moins, histoire que a soit automatique), c'est frustrant.
Le point de vue de César Ramos :
Relativement peu commun, pas trop cher.