Le site qui peut dire Candlejack sans se fai
Firemen (the)
Human Corporation - 1994
Le jeu du feu de Dieu par EcstazY & Sirithang

Extras : Musique - Manuel TXT - Manuel PDF
Ah les pompiers... Si vous tes aussi attir par un corps d'athlte avec un tricot de peau humide au milieu des flammes, un peu dchir laissant voir des muscles huils et saillants, voir la grosse lance, ce jeu est fait pour vous. Il va de soi que je ne suis pas une raviole et ne vous entraine vers les abymes des village people. Mais vous faites bien ce que vous voulez...



The firemen est comme son nom l'indique nos amis bilingue un jeu de pompiers, dvelopp par Human Entertainment (qui a pondu l'innarrable Super Soccer). On y incarnera donc deux pompiers dans Metrotech, l'htel high-tech la mode. Pas de bol il est en feu. Ce sont des choses qui arrivent. Mais encore moins de bol, il y a en sous sol un produit terriblement explosif qui fait qu'en plus de devoir sauver tout le monde, vous deviez sauver le monde. La routine quoi...



On va donc contrler Pete (c'est son prnom, celui donn par ses parents. Je n'ai rien contre eux, si ce n'est une certaine responsabilit peut-tre...), et son assistant, le petit Danny. Pete c'est le mle, le leader clair, celui qui n'a plus de pied depuis qu'il a sauv 800 personnes du haut du World Trade Center, avant de sauter en ULM avant que tout ne tombe. Il a gard sur son visage une vilaine moustache, en signe de rbellion envers le systme. Danny, c'est la raviole du groupe. Le beginner. Celui qui essayait d'teindre les feux de camps de ses week-end scout avec son urine pour la dconnade. Il a concrtis son rve, il est pompier.



On va donc grer Pete. Danny ouvrira les diffrentes portes pour Pete, qui aura les deux mains occupes par sa grosse lance. Cette grosse lance crachera deux sortes de jets. Un tir long, qui tire tout droit en continu, et un court qui se rapproche mollement de la douche hyperactive. Et comme les pompiers sont aussi des gais lurons, on aura dans notre inventaire 3 bombes eau. Quelle poilade!



Parce qu'au final on s'amuse. Ca reste un jeu d'arcade, o l'on s'clate tout va, bien loin d'une ennuyeuse et hypothtique simulation. Le feu va tre pendant quelques temps votre ennemi, au premier degr (Celsius, ah ah trop d'humour). Les flammes que vous devrez combattre interagissent entre elles, comme si elles avaient une existence propre. Le jeu est ainsi rythm, par les luttes trs rgulires contre les blob brlants qui nous hassent.



Et en bon jeu d'arcade, on va en baver. Vous vous cramerez n'en pas douter les poils des fesses plutt frquemment et vos 3 crdits ne sont pas rcuprables. Et aprs c'est le sinistre retour la case dpart, sans toucher la prime de risque... Le btiment tant format costaud, on comptera 2 bonnes heures pour terminer 100% le jeu, ce qui sur cette console est absolument fantastique.



On rencontrera en plus quelques boss, pour rythmer un jeu dj soutenu sur ce plan. On les torche (ah ah trop d'humour puisque je vous le dis ah ha) relativement facilement, disposant tous de la faille qui le fera prir. D'ailleurs, ce jeu est prir. Graphiquement c'est chatoyant. L'ambiance est sympathique, les sprites sont gros mais vitent avec brio le syndrme dit "du gros sprite", savoir le golem impossible bouger. Non, c'est du lourd. Musicalement par contre on est proche du nant, donc on prfrera s'attarder sur l'action, en glissant dans le mange disque ses 33 tours prfrs.



Au final (car oui, il arrive un moment o nos routes se sparent, c'est la vie. Mais sache que je t'ai aim lecteur) ce jeu n'est pas une bombe, un hit en puissance, un Francis Lalanne du jeu. Mais a t'on obligatoirement besoin d'un jeu parfait pour s'amuser ? Non, et heureusement. On apprciera son action permanente et sa difficult, le tout dans un univers sympathique et franchement original. On regrettera cependant la replay value absolument nulle, tout tant script. Mais au contraire de Popeye, il gagne tre connu.

Le point de vue de César Ramos :
Difficilement trouvable, mais pas cher.