Le site qui sait pourquoi Robespierre Bite.
Shadowrun
Dataeast - 1993
Cyberpunk m'tait conte par Petemul

Extras : Musique - Manuel TXT - Manuel PDF
Quand on parle de jeu d'aventure sur Snes, on pense principalement Zelda ou aux jeux de Square. Et 99% du temps nous nous trouvons donc dans des jeux l'ambiance vaguement heroc fantasy, dans une vue de haut. Je passe volontairement sous silence l'chec d'Equinox avec sa vue 3D isomtrique qui aura caus des ulcres plus d'un d'entre nous, moi le premier. (Une des rares fois o j'ai failli dcocher un coup de pied ma Snes, soit dit en passant. Ceci dit il faudrait tre mad, ou trs con, voire les deux, pour en arriver rellement une telle extrmit.)



Et l, pouf, Shadowrun. Je connaissais l'univers en question puisque j'avais fait mes griffes dans le jeu de rle du mme nom, donc en le voyant je me suis dit "banco". Et j'ai vu les screens et j'ai pens Syndicate, donc je me suis dit "super banco". Nous voici donc avec un jeu qui avait tout pour me plaire. C'est parti pour du bonheur en tranches fines et en 3D isomtrique avec pointeur gr au pad.



Oui, je sais, j'ai lch la fin de la dernire phrase de faon un peu abrupte, pour voir vos ractions. 3D isomtrique, tout de suite, vous me dites "Equinox", que je citais plus haut ; et automatiquement vous vous dites "ce jeu pue la dfaite, a va tre incontrlable." Et par ailleurs, "pointeur gr au pad", a sonne un peu comme "street fighter II jou au joystick", on a beau dire, a ne met pas en confiance. Sauf que l si vous y rflchissez, l'association est lumineuse. Qu'est-ce qui fait chier dans la 3D iso, hein ? La vise. Et quoi de mieux pour pallier cela qu'un viseur gr la croix directionnelle ? Et pouf, la stratgie de l'chec, par une magnifique allgorie mathmatique (un nombre ngatif multipliant un nombre ngatif donne un rsultat positif, oui oui), se transmute en stratgie gagnante.



Mais n'allons pas trop vite. Commenons donc par resituer le cyberpunk pour nos lecteurs les plus jeunes. Le cyberpunk, amis oldies, c'est un courant de SF qui sent bon les annes 80-90. Pile-poil l'ge bni de la guerre Sega-Nintendo, l'poque qui nous fait tous vibrer ici. Rien qu' voquer le cyberpunk je revois dj les pubs Sega, Harrison Ford dans Blade Runner, Robocop qui enlve son casque et Syndicate sur le Mac de mon pote du lyce. Du gris, du sale, de la ferraille, des cbles tordus et des lance-roquettes greffs sur des bras dans des mgalopoles huileuses et pluvieuses, aux rues tellement encaisses entre les gratte-ciels qu'on a oubli le soleil depuis longtemps. Je revois ces hros blass, bouffant sans conviction un mlange Nem-Kebab dans une pochette de papier gras, ceintrs dans leur imper dlav, cachant peine un gros flingue pendant au holster sangl contre le coeur. Oui, quand j'tais petit, je voulais devenir Samoura des Rues, je voulais mler ma sueur celle des cits futuristes et planter mes crocs dans la faune rouille des bas-fonds. Aujourd'hui, je suis fonctionnaire de l'Etat Franais... autant vous dire que ma machine rve en a pris un sale coup. Paratrait mme que le Pre Nol est une lgende et que Sega bosse pour Nintendo. O simple things, where have you gone...



Donc, du cyberpunk. Ici pas de princesse sauver, pas d'pe aller tirer d'une racine d'un baobab, non, ici il va falloir casser la gueule des mchants ct desquels les meilleurs vilains de chez Final Fantasy font office de ballerines. Dans ces villes-l, quand on est du ct obscur, on n'est pas un gnie du mal, on est juste un gnie du crime. Ca veut dire notamment qu'on ne cherche pas (vainement) avoir de la gueule en promenant son katana contre ses cheveux argents de 3 mtres de long, mais juste avoiner la gueule de ses rivaux, qu'importe les pustules et les bourrelets. Quand au hros, Jake, (oui, toi aussi joue "ce nom sent le clich"), il essaie juste dans un premier temps de survivre, en recollant les bouts de sa mmoire, ne serait-ce que pour comprendre pourquoi il se fait descendre dans la scne d'ouverture. Et comment il s'en sort miraculeusement.



Par contre pour sa petite copine on repassera, elle le largue comme une grosse salope ds le dbut, et merde la censure. De toute faon elle sentait des pieds. Plus intressant sera, finalement, la relation avec ce chien bizarre qui vous suit et qui vous parle. Et s'il ne faisait que parler, dj, a serait suffisant pour aller consulter un psychanalyste de garde pas trop cher, mais en plus il parle d'esprits, de destin, de mission. Ah. Oui. Parce que ce que je ne vous ai pas dit, c'est que la particularit de Shadowrun, c'est d'assaisonner le cyberpunk d'un poil de magie.



Ce qui fait que nous allons trouver, au milieu de nos braves hres humains mcaniss de partout, des elfes, des orcs, des vampires, des cratures magiques, des sorciers plus ou moins shamaniques. Aaaah... l tout de suite on fait moins le malin. Surtout quand vous vous ferez coincer entre un orc toutes mitrailleuses dehors d'un ct, et un sorcier des rues qui essaie de vous emplafonner coups de boules de feu. Ou qu'une ple copie du Joker de Batman version "L'Exorciste est de retour" vous enverra toute la racaille de la ville aux fesses, grand coup de boules de feu. Et l, votre pauvre 357 Magnum vous semble bien drisoire... cruelle ralit de la vie...



Et s'il n'y avait que la ralit ! Mais le monde virtuel est l aussi. Oui, Matrix n'a rien invent, scoop. Dj avant Neo, des hros se promenaient sur des rseaux de communication, avec vrais combats et tout. Alors l je vous prviens, c'est sommaire. N'empche qu'en infiltrant les rseaux informatique, vous arez droit des squences spcifiques, certes sobres, mais on s'en tape. Retenez que les dgts que vous subirez ne seront pas virtuels, eux, alors allez-y avec circonspection si vous voulez avoir tout le pognon sur le compte secret de M. Bidule, ou ce foutu code pour couper le broyeur du niveau 3-2-6-3-8-2-7.



Je vous prviens : Jake, et vous-mme, allez en baver des ronds de chapeau pour dcouvrir le fin mot de l'histoire. Mme si la maniabilit est tout fait correcte (la 3D iso est finalement donc trs agrable et se promener dans les menus austres, en fait, se fera sans peine), mme si les dplacements et la vise viennent facilement, mme avec les armes, les allis, les niveaux que vous gagnerez, les magies, les objets, vous allez prendre cher. Et si l'on peut gagner de l'exprience, celle-ci vient vraiment parcimonieusement. Un peu trop.



Ce n'est pas inhumain, mais le ct labyrinthique de certains niveaux, certaines parties de la ville, et le foisonnement d'ennemis, vous mettront en face d'un challenge tout fait apprciable. Vous serez peut-tre un peu perdus parfois, malgr les nombreux dialogues qui essaient de vous filer des tuyaux, mais aprs tout, vous avez t lev la dure, tes venus bout des Zelda NES et de Battle of Olympus, alors rien ne vous est impossible.



Je suis pass un peu vite sur le gameplay, j'y reviens. Basiquement, avec votre croix vous vous dplacez sur la grille. Un bouton pour accder au menu, des boutons pour examiner les objets, passer en mode curseur (un pointeur apparat, dirig sans trop de lourdeur par la croix, joie), voire en mode viseur : oui vous visez " la souris" sans pouvoir vous dplacer. C'est un coup de main prendre, mais de fait, au milieu d'un change de tirs, a ne vous servira pas grand-chose de chercher viter les balles, le but est plutt de trouer l'adversaire le plus vite possible. Donc on se concentre sur a cible et on encaisse en attendant. Et finalement c'est aussi bien, car rappelez-vous, nous somme en isomtrique et essayer de viser juste est vou l'chec si on n'a pas un joli pointeur de souris. Encore une fois, repensez ces boss dans Equinox, que vous ne touchiez que parce qu'ils avaient la courtoisie de faire un demi-cran de large. Et comme la Super Nintendo n'a qu'une seule croix, autant qu'elle serve viser, et pour les dplacements on repassera. Oui, dsol, pour avoir deux croix, il faudra attendre le Virtual Boy, moi aussi quelque part a m'pate.



Evidemment, vous pouvez parler aux gens, ce qui ouvre un cran de dialogue (oui, chose rare, les dialogues n'ont pas lieu dans la fentre de vos dplacements comme dans le reste des jeux) et on parle avec des choix multiples, c'est rigolo ce ct aventure textuelle l'ancienne. Ca donne un ct CPC compltement chouette. Enfin, vu de loin. Sinon, en vrac, vous grez votre quipement, vos objets, votre pognon, de faon trs classique. Des personnages secondaires pourront se joindre vous moyennant finances, ils vous suivront servilement et ne prendront aucune initiative, sinon d'envoyer la pure de tout leur arsenal en cas de baston sur le premier ennemi venu. Et le truc bien c'est que vous pourrez vous servir de leurs pouvoirs. Genre la grosse mage qui a de la magie de soin niveau 20, l, mme si elle n'est pas siliconne, on l'AIME.



Et tout a sans trop tre lass par l'environnement graphique et sonore. Ce n'est pas tomber, mais a tient la route. Palette cohrente, dcors un poil rptitifs mais aprs tout, c'est la monotonie de la ville dans toute sa splendeur, idem pour la musique qui manque un peu de varit mais dont la "couleur" est fort sympathique dans le paysage de la SNes. Un ou deux thmes pourront vous rester dans l'oreille une fois la console teinte (en mme temps, en l'coutant en boucle pendant trois heures...)



Le tout se savoure donc comme un petit RPG orient castagne bien dos, un peu retors et trs dpaysant. Le seul gros reproche que je lui ferais serait son ct "triqu", parce que mine de rien, on a quelques quartiers explorer, quelques "donjons", mais le monde manque un peu d'espace et d'envergure. Certes nous sommes oppresss par la mgapole, oui, j'en conviens, mais justement, on pouvait esprer un peu plus de rues qu' Parign-l'Evque.



Cela n'en fait peut-tre pas le jeu du sicle, mais un bon titre, bien plus recommandable que certains sous-produits d'un Square ou Enix des mauvais jours. Et franchement, sortir des elfes au brushing fluo et des cristaux rcuprer avant que l'arbre de vie se fasse cramer par le double malfique de votre pre (lequel a sauv le monde il y a 100 ans, rappelez-vous), a fait un bien fou.
Le point de vue de César Ramos :
Classique, pas si courant, mais pas cher.