Le site que Bubba astique et que Mario brosse
Demon's Crest
Capcom - 1994
par Petemul

Extras : Musique - Manuel TXT - Manuel PDF
Demon's Crest est un bon jeu. Oui dj dmarrer comme a froid, ce n'est pas courant. Mais j'en avais assez de critiquer des merdes ou des hits, j'ai voulu viser au milieu. Et donc nous avons l un bon jeu. Pourquoi ? O ? Comment ?



Eh bien d'abord, vu de loin : Demon's Crest est bon jeu mais pas un jeu sympa. Oui parce que Demon's Crest c'est avant tout une ambiance, et on ne peut pas dire que l'ambiance soit la gaudriole dans le coin. Dj, le hros est une gargouille, et a, a refroidit. Enfin vous peut-tre ; curieusement moi je suis chaud comme la braise quand on me propose un dmon qui crache du feu, ha ha, je m'esclaffe. D'autant que les gargouilles et moi c'est une histoire d'amour, une histoire qui a commenc avec mes longues promenades avec le paternel dans les glises et cathdrales gothiques de Bretagne et de Vende, encore que a n'a rien voir, l il faudrait plutt parler de mes heures passes sur Gargoyle's Quest, le grand-petit frre de notre jeu d'aujourd'hui, et des heures passes jouer avec ma famille Hero Quest, magnifique jeu de plateau dans lequel le monstre "gargouille" faisait office d'pouvantail. Je sais, c'est un peu dcousu mais je suis sr que vous me comprenez, ou alors faites un effort.



Mais pour le commun des mortels, une gargouille, ce n'est gure primesautier, voire sinistre, tout comme ce jeu donc. Demon's Crest est le troisime volet de la srie des Gargoyle's Quest et a se sent. Ce n'est clairement pas un jeu pour les ravioles. C'est un jeu pour les mles, les vrais, obscurs et tnbreux, le genre de jeu qu'on balance la gueule de la petite Lison, en disant "oui, Mario c'est pour les gamins, tu vois, moi je dois faire une partie de Demon's Crest, c'est sombre et terrible, tu comprends... " pour faire son kk. On laisse alors la petite Lison partir ses occupations, ses chatons et son indiffrence, avec sa robe lgre et ses seins dj plus que naissant sous la frache rose de l'adolescence rayonnante. Et on joue seul, se croyant superbe, terriblement mystrieux et beau. Oui, avant d'tre un vieux con, le oldie a t jeune.



Une gargouille. Moi j'aime. Je suis diffrent, je sais, elles me le disent toutes... Oui, les hros avec des yeux en bille de loto, tout sourire, ou bien beaux et muscls comme David Hasselhof, j'en ai parfois ma claque. J'ai envie d'autre chose, d'un vent nouveau, de fracheur, bref, d'une bonne grosse gargouille hideuse, qui pue des pieds aux fayots de lzard aux fayots. Qui puent. Envie laquelle Demon's Crest apporte une rponse plus que satisfaisante.



Et ce jeu tant, comme je l'ai dit, le Gargoyle's Quest de la Super Nintendo, je vois vos pupilles frtiller devant le potentiel norme, tant ce jeu n'a clairement pas le droit de nous dcevoir : il nous faut donc en vrac une maniabilit sans faille, une ambiance de folie, un jeu long et difficile, et s'il faisait le caf en plus, finalement, on ne serait pas surpris. Eh bien quelque chose me dit que vous n'allez quasiment pas tre dus.



Pourtant, j'en ai connu des dceptions, oh oui, et je ne parle ni de la petite Lison, ni de cette brune Polonaise bien des annes plus tard, ni de ce pnalty rat par Reynald Pedros. Je parle plutt de trucs comme Double Dragon II sur Game Boy, de Castlevania III GB, d'Actraiser 2... Je parle de ces dceptions frappes du sceau "Georges Lucas est dans la cuisine et il va russir rater un gratin qu'il suffisait de rchauffer". Tout a parce qu'il a voulu rajouter des biscottes de soja et une verrine de pure d'aubergines/brocoli, vous savez, ces trucs super hypes qu'on nous vend comme tant des rvlations culinaires, alors qu'un bon vieux coup de gruyre, 15 minutes au four et hop.



Alors abrgeons notre attente. J'ai hurl un tonitruant "rendez-vous en ENFEEEEER", et enfourn la cartouche. Et, la premire fois, a m'a fait bizarre, jugez plutt : sortant de Super Mario World, et autres Tiny Toons Adventure (pour chopper les autres midinettes, videmment - pas les tnbreuses, mais les poufiasses sucres), c'est assez curieux de se retrouver face une intro qui vous fait vite comprendre que le suicide est quelque chose finalement d'assez banal, que la couleur et les rires sont compltement superflus, et que manger le coeur de votre chien serait peut-tre une bonne ide. Un petit "humain, toi qui entre ici abandonne tout espoir" n'aurait pas dpareill, je dois dire. Teinte rouge, ambiance sang frais la lueur des torches, musique "viens donc l que je suinte du pus dans tes tympans", et une ombre au regard froid et au sourire carnassier. Je sens qu'on va s'en payer une bonne tranche.



La suite des motions est du mme tonneau. Vos yeux et vos oreilles vont tre largement flatts dans le sens du poil, mais des poils morts. Pas la moindre teinte un peu flashy, oubliez vos rves de peluches roses et vertes qui se frittent sur un bon rock frntique ou des thmes jazzy. Non ici c'est sombre, sale, moite, on joue dans la cour des Super Castlevania IV et autres Shadowrun. Les musiques sont lentes, oppressantes, plaintives, cet orgue vous collera un bourdon du tonnerre.



Si vous ne vous tes pas encore offerts Satan en violant votre soeur, vous allez pouvoir vous lancer dans l'histoire, avec un grand P, comme prtexte. Notre hros, le sympathique Firebrand, a chopp des pierres de pouvoir (les "Crests" du titre) mais au prix de gros efforts, et forcment, tel le tennisman qui arrache Rafael Nadal un misrable set au prix d'efforts surhumains et de la perte de 15 kgs chaque jambe, il suffit d'un pet de mouche pour que l'organisme craque. L en l'occurence le pet de mouche est plutt un gros coup en tratre d'un salaud congnital du nom de Phalanx qui vous blaste par derrire. Lorsque la gargouille, lasse d'un long voyage, dans les brouillards du soir retourne ses roseaux, l'infme tratre sus-cit - rouge lui aussi au demeurant - la choppe en fourbe et bam ! Tout est recommencer. Et voil-t-y pas qu'on dmarre dans une espce de prison-arne devoir dfendre sa peau. Et on va s'vader. Et on va partir rechercher les six sceaux aussi sec (sic) pour finalement dfier le grand mchant dans un combat pique. On a des standards, quand mme.



Je vous le donne en mille : il va falloir buter tout le monde et rcuprer vos pierres, que bien videmment Phalanx aura pris le soin de dissminer, pour une raison qui m'chappe encore, aux quatre coins du royaume, chacune sous la garde d'un vilain pas beau. Encore que la notion de vilain pas beau soit toute relative, tant Firebrand lui/elle-mme - je n'ai jamais su son sexe, et quelque part ce genre de dviances n'est pas dans ma liste actuellement donc je m'en cogne fabuleusement -, tant Firebrand donc est dj relativement moche, puant, patibulaire, et m par une motivation qui n'a rien d'altruiste. En gros, il s'agit d'tre la gargouille la plus puissante du monde parce que merde, au Pays des Goules, les canons de la morale chrtienne, on s'asseoit un peu dessus.



On va donc se fader une srie de niveau en 2D, de bonne grosse plate-forme mtine d'action, mi-chemin entre Megaman X et Castlevania, pour tataner tout le monde. Les niveaux sont accessibles via une modeste carte en Mode7 qui ne rvolutionne pas le gameplay mais qui est sympa comme tout, enfin l'poque sur Snes on commenait dj s'y habituer, pas de quoi sauter au plafond. Au nom de l'humour on y plane comme un dbile pendant quelques secondes et puis, se rendant compte que 'est totalement sans intrt, on va au turbin. Dans tous les niveaux on va avoir plein de monstres gluants et difformes, on va collecter du pognon, on va fritter des boss cadavriques, on va trouver des sorties alternatives avec des boss alternatifs, sur fond de basse continue - ha ha - et au final on rcupre, avec l'avidit d'un zombie en phase terminale, plein de trucs. Des sorts, des talismans qui boostent les caractristiques, et surtout, surtout, les diffrents Sceaux (Crests) et tirs.



Alors les tirs dj c'est rigolo parce que a permet des petites subtilits, genre pour passer tel mur il faut le pter avec le "ptage de mur buster", pour fritter les gros boss on prend le "Gros Bill buster", pour recouvrir les piquants sur les murs d'une gele gluante et inoffensive on a le "Glaire Rose et Bleue qu'on dirait une varice Buster" etc. Sympa, vu qu'on peut refaire les niveaux, on peut obtenir aprs coup un truc qui permet d'aller dans une salle secrte des niveaux prcdents, c'est ce ct-l qui sent un peu le Megaman X et c'est pas plus mal. Et puis alors avec les Sceaux c'est carrment l'orgie, puisqu'on peut se transformer en gargouille lmentaire. Je vous le donne en deux mille (oui, champagne) : la Gargouille de la Terre est un gros boeuf - c'est une image, jeune sot - qui saute comme Simon Belmont, celle de l'Air peut s'envoler loiiiiin dans les cieux et believer qu'elle peut touch the sky, celle de l'Eau va dans... l'eau, und so weiter, weiter, until the end. Evidemment la fin vous pouvez vous transformer dans la joie, le Kyrie Eleison et l'allgresse, en Mga Gargouille, le genre qui saute 6 mtres la perche sans perche, vous arrache un bras juste en soufflant dessus par les narines, et qui bat Nadal Roland-Garros sans raquette, et le tout avec une boule de feu qui ferait sauter d'un coup tous les boucliers de l'Enterprise.



Et a tombe plutt bien parce que figurez-vous que les boss ne sont pas proprement parler des danseuses de biguine. Il faudrait tre Mad, ou trs con (les deux mmes !) pour se prsenter face eux dans la configuration de gargouille de base avec son jet de feu faon briquet bic jetable. Autant dfier Dark Vador avec un pistolet bouchon. Les niveaux sont d'une difficult abordable, mais les boss, ah a oui, a va chier des queues de pelles. D'ailleurs c'est bien simple, si vous vous dbrouillez bien, entre deux chants grgoriens particulirement poilants pour vous dtendre, vous arriverez au Boss final, si vous vous dbrouillez super bien, vous dbloquerez le Super Boss final, qui vous prendra dj sa bonne dizaine de minutes ; et admettons que vous soyiez particulirement en verve ce jour -l et que vous avez tout torch, tout trouv, tout fait de la main gauche - vous aurez droit de fritter le Ultimate Bamba Heartshock Over-BFG9000 Boss final, qui jouit d'une rputation de "un des pires boss de tous les temps" auprs duquel vos pires cauchemards ressembleront un week-end en famille Lacanau. Le genre de boss que mme avec 50 cheat codes vous avez du mal battre, si si. Les voies du Saigneur vont tre sacrment difficiles pntrer.




Un combat pre et velu, mais qui sanctionnera dignement un jeu la maniabilit irrprochable (a plane, a s'accroche aux murs, a tire, a casse certains objets du dcors, au poil, chez Capcom ils connaissent visiblement leur boulot) et dont l'ambiance est parfaite, avec un environnement musical glauque souhait, et un visuel bien sombre et qui colle aux dents.



Mais. Mais ? Mais. Mais c'est court, et comprenez que moi, a me drange, j'ai une rputation tenir voyez-vous. Oui, malgr le challenge, malgr la phase d'exploration fond des niveaux pour tout rcuprer le moindre bonus dans chaque recoin, c'est vraiment triqu. On perd le caractre de grande fresque pique des autres pisodes pour tomber plutt dans la razzia sur un petit pays avec 5 - 6 lieux remarquables. C'est un peu le problme de voir tout le terrain dans la carte en Mode7 ds le dbut : on perd l'effet de progression, la dcouverte du monde, qui fait le charme des jeux d'aventure. De quoi rester sur sa faim, avoir un arrire-got d'inachev, et c'est dommage parce qu'en dehors de a, on tenait le hit du sicle.



Demon's Crest ne restera donc au final qu'un fort bon jeu, lger, primesautier, printanier, au charme fou. Ce qui en soi n'est pas si mal. La petite Lison peut aller se rhabiller, je n'changerai pas ses seins dors contre mon pentagramme de sang.



Mais elle a des boutons d'acn, aussi.
Le point de vue de César Ramos :
Pas si courant, prix souvent lev.