Le site qui a trouv les cits d'or.
Castlevania X - Vampire's Kiss
Konami - 1995
Roumains au rabais par Petemul

Extras : Musique - Manuel TXT - Manuel PDF
Castlevania X - Vampire's kiss pose un cas de conscience au chroniqueur oldie qui se respecte. Ce jeu a en effet deux niveaux de perception : le niveau "je ne connais rien au jeu vido, je suis une vierge pure et lascive et j'attends le grand frisson" et le niveau "j'ai fait toutes les guerres mondiales avec un couteau fabriqu partir d'un vieux boulon et je connais l'univers comme la poitrine d'Irina le Rossignol de Saint Nazaire". En gros le niveau ignorant, et le niveau savant. Or que sais-je de toi qui me lit, inconnu(e) ? Ai-je besoin de te bourrer le mou avec des considrations intgristes ? Mais si tu ne cherchais pas cette puret, cet intgrisme, cette intgrit ditoriale devrais-je dire, serais-tu ici ? Srement pas. Alors coute-moi bien.



Admettons, tout d'abord, que Castlevania X a beaucoup de choses pour plaire. Un pedigree de lgende ; l'poque de sa sortie, la srie Castlevania a dj atteint son statut de srie phare du jeu vido, multi-plateformes, au succs sans cesse renouvel. Et le volet prcdent est une pure bombe laquelle je joue encore rgulirement.



Ce second Castlevania sur la console du Bien tait donc prometteur, je l'attendais en frtillant - et il s'est fait attendre le bougre. J'ai vid mes conomies, j'ai bloqu mon aprs-midi, je suis prt. J'allume la console et paf, en route avec qui ? Richter Belmont, cette fois-ci. Soit. En l'an XXXX, Dracula fait encore parler de lui, il terrorise tout le monde, oh ben quelle surprise, et cette fois en plus il enlve deux demoiselles qu'il va falloir sauver en plus de tatanner le Vicomte. Je n'en attendais pas moins. Je m'apprte donc parcourir, en 2D, un chteau plein de monstres froces et de piges sadiques, en sautant et fouettant tour de bras, avec quelques armes secondaires pour faire joli.



J'y vais, et ds les crans-titre, premire constatation : le virage pris par la direction artistique. Look manga trs affirm. Bon j'ai rien contre la base, mais aprs le look trs sale du numro IV, a me faisait dj bien bizarre. Oui parce que l'ambiance gothique je prfre a avec des teintes de gris qu'avec du bleu ptant, enfin chacun son truc.



Je sais que Konami peut me donner du rve au dtour d'un chandelier, que de l'abstrait peut jaillir le beau, alors je persvre. Et au prix de la cartouche de toute faon, hein, j'avais pas les moyens d'tre snob. (Je rappelle qu' cette poque on ne pouvait pas pirater les jeux, jeux qui valaient parfois un dixime de smic. Le prix d'une passe complte, aussi, si vous voulez d'autres arguments, d'o l'expression "se prostituer pour se payer cette cartouche".) Confiant comme je le serais la premire coute d'un disque des Rolling Stones, je dmarre la partie prt en dcoudre avec zombies, squelettes et toute la faune habituelle.



Ahem.

Alors on va pudiquement commencer par l'aspect "si je n'y connais rien, qu'est-ce que je vois ?". Et l je vois un joli jeu. Trs. Oui, parce que malgr ce qu'on peut penser des couleurs, il faut avouer que c'est un peu de la tuerie graphique. Des beaux sprites, du pixel bien plac, on comprend ce qu'on voit, des effets de folie, il y a des dcors jolis comme tout. Ok.
Les musiques sont bien, rythmes, sympa, avec une orchestration trs riche et impressionnante, les capacits de la console sont bien exploites, certes.
Le hros avance, saute, frappe, en rpondant bien au pad. Bien.
Le jeu est trs dur, challenging diraient nos amis outre-manche, court, mais avec des routes - et donc des fins - alternatives. Intressant.



Vu comme a a a l'air bien hein ? On a l un jeu qui est bon, objectivement, trs bon mme, techniquement au poil, maniable, retors comme il faut, avec mme un intrt tre rejou. Sur le papier a dchire tout.



Oui mais non. Je vous la rejoue, avec un peu plus de recul.



Premier niveau. Graphiquement j'ai dj dit, a me surprend, mais bon c'est pas le pire, finalement c'est comme une nouvelle coupe de cheveux, on s'y habitue trs vite et c'est au fond trs bien. On a un bel effet d'incendie, on avance dans une jolie ville ne flamme, youpi. C'est mme, en fait, beau pleurer. Par contre dj mes tympans souffrent, parce qu'on sort de la musique moite du IV pour tomber dans le pop-rock vaguement lorgnant du ct du metal et du gothique, virage artistique qui va se confirmer avec l'ge, sauf que l a ne va pas du tout, mon brave monsieur, je ne suis pas un Kvin qui bave devant les groupes de cosplay japonais, je veux de la bande-son de jeu vido de barbare qui tape des chauve-souris. Enfin c'est pas le pire, la musique du niveau 1 passe bien par rapport au reste.



Mais l o je pleure, je hurle, c'est sur la maniabilit.



Oui j'ai dit plus haut qu'elle tait bonne. Elle serait trs bonne pour Castlevania 1 sur NES, ou pour tout autre jeu qui ne serait pas SORTI APRES LE IV !!!!!! Parce que dans le IV, souvenez-vous, Simon Belmont avait miraculeusement guri de sa paraplgie ; il sautait, avanait accroupi, et il AVAIT UN FOUET QU'IL POUVAIT FAIRE TOURNER DANS TOUS LES SENS et rien que a justifiait l'achat du jeu. Le meilleur point de gameplay du IV, eh ben figurez-vous qu'ils l'ont enlev, on retourne un jeu l'ancienne, je frappe devant et puis c'est tout. SCANDALE ! Et vu que visiblement le pad de la Super Nintendo n'a pas assez de boutons, il faut appuyer sur attaque + haut pour lancer la clbre arme secondaire. On crot rver !



Et je vous avoue sur le coup a m'a vraiment fait mal. 500 balles pour A ! Un pitoyable ersatz de ce que fut l'pisode prcdent ! Alors que dans le mme temps, Exile III cotait 25$ ! Ah l'escroquerie ! Et le coup de grce fut le moment o, dans les niveaux suivants, j'entendis les thmes de la srie remixs leur sauce rock de merde. Oui, je dis merde, ce jeu, vous et la censure. C'est rythm avec les pieds, orchestr en mode m'as-tu-vu, c'est gerbant



Je continue, parce qu'il faudrait tre mad, ou trs con (les deux mme) pour en rester l. Les dfauts ne s'attnuent pas, ils sont mme rejoints de deux autres : des dcors jolis au dbut mais finalement rptitifs (pourtant, j'aime l'art squentiel) et un level-design chier. Je sue grosses gouttes. De panique, et aussi parce que le tout est servi par une difficult absolument dmente. Certains ennemis ont une allonge de folie, et les concepteurs ont abus de l'effet "phase de plate-forme tendue avec des trucs qui vous font tomber de partout". A la longue, on se rend compte que Richter Belmont est presque atteint d'un lger syndrme de golemmite, dont son anctre Simon avait fini par se dbarrasser, qui est fort heureusement (oui, alleluia, des choses bonnes prendre ! ) compense par la possibilit de sauter depuis les escaliers, un salto arrire, un coup spcial avec l'arme secondaire et une option moonwalk. Niveau combat final c'est clair : Dracula est une pute vrole qui vous en fera chier comme un Russe. Oui, Nes Pas est aussi le site des obdiences sexuelles de l'extrme.



Une autre chose vient illuminer tout ceci. Une toile dans un ciel rouge sang. Une lueur d'espoir, annonciatrice d'une rvolution pour la suite de la srie. Comme dit plus haut, il y a des chemins et fins multiples. Oui, il y a de vrais stages cachs (et pas une pauvre salle abstraite comme dans le IV), et deux objectifs remplir : tuer Dracula, certes, mais aussi sauver DEUX damoiselles, en stress, en tresses et en dtresse. Et bien videmment les trouver ncessite un talent d'acrobate du pad, un solide sixime sens de l'exploration, ou plus sobrement l'poque l'aide du 36 15 Joypad Plus Pro Tip. Oui, hein, je vous merde, j'avais personne pour m'aider sur ce coup-l.



Mais c'est peu, c'est bien peu. Et c'est pas comme si on avait vu a dans Castlevania III. Et surtout la supercherie ne s'arrte pas l, en route vers la deuxime dimension de l'amertume. Car ma douleur s'est vcue en deux temps, et ce deuxime temps nous envoie quelques annes plus tard lorsque je pus combler mes lacunes de culture vidoludique sur internet.



Dracula X Rondo of Blood. Sur PC Engine. 1993. Oui, 1993, deux ans avant 1995.

Le voil, le deuxime temps.



Ce jeu vous est inconnu ? Il est temps de rveiller votre conscience. C'est, ni plus ni moins, qu'un jeu sorti sur un support CD-Rom, qui n'est autre que LE BON JEU dont Vampire's Kiss est, la lumire de cette dcouverte, une adaptation sidralement dcevante. La version PC Engine est belle, varie, longue, on peut jouer avec d'autres personnages, elle fait votre vaisselle, comble les vierges humides et promne le chien. Elle a gagn un statut de jeu culte pour un tas de bonnes raisons sur lesquelles la version Super Nintendo s'assoit avec une arrogance merdeuse et puante, pensant que nous serions assez idiots pour gober la supercherie. En l'occurrence a a march avec moi. Je hais ces types. Ce jeu aurait d tre Castlevania 5, aurait pu tre tellement de choses, aurait pu tre norme, ils en ont fait juste tranquillement un jeu ppre, sans prise de risque, sans innovation.



Alors aprs vous de voir. Pour le ct collector, pour le challenge, pour ses qualits objectives, ce jeu a un intrt. Il est comme bien d'autres : trs bon en soi, dcevant ct de ses pairs. Y jouer en tant prvenu vous fera sans doute moins mal qu' moi ; moi je ne leur pardonnerai que difficilement de m'avoir fait vivre a froid, sec, par derrire. (Et ce n'est pas sans rapport avec le fait que je me suis dbarrass un jour de ce jeu, ignorant alors que le oldisme permettrait, quelques annes plus tard, de se payer une voiture de sport, avec quelques titres bien choisis...) Konami nous avait habitu aller de l'avant, pas faire machine arrire, ft-ce avec une belle carrosserie.





Fais chier.
Le point de vue de César Ramos :
Un jeu rare avec marqu Castlevania dessus. Je vous fais un dessin ?