Ta NES clignote ? On s'en fout.
Breath of Fire 2
Capcom - 1994
Le souffle chaud (2900 K) de la lgende. par Petemul

Extras : Musique - Manuel TXT - Manuel PDF
"Chri, je rentrerai un peu plus tard, Madame Moulard a besoin d'un coup de main pour retapisser son living. Rchauffe les lasagnes pour les enfants. Pense juste prendre du pain et accomplir ta destine. Je t'aime."



Soit ce genre de mots doux est courant dans votre vie, auquel cas vous saluerez Madame Moulard de ma part, soit il ne l'est pas, et j'en dduis que vous tes une personne normale. Heureusement que les jeux vidos sont l pour nous faire vivre un peu d'motions fortes, sinon, je vous raconte pas le nombre de suicides la COGIP au mois de novembre.



Mais alors que le cadre moyen d'aujourd'hui n'a que des jeux casual de poumon-gauche-training et des lapins lancer contre le mur en guise de "jeu qui pte sa race", le vrai oldies a sous le coude des caissons de ppites dores comme un clip des 2be3, priode cubiste. Le jeu d'aujourd'hui en fait-il partie ?



Tout d'abord, que tous les frustrs capillaires se rjouissent : Breath of Fire II va leur passer du baume sur le coeur. Un magnifique belltre aux cheveux longs, onduls, bleus, va leur servir d'alter-ego pour aller buter du lzard zombie et autres araignes couilles prominentes, au regard torve et la feuille d'impt remplie de faon douteuse. Il est beau, il est fort, il est courageux, et surtout, il a un destin coul dans le bronze. Ryu (non, pas celui auquel vous pensez) n'a rien envier Filip, Adel ou Frank. Et c'est *** VOUS *** qui l'aiderez accomplir sa mission. A la mode RPG de base, comme Capcom sait si bien le faire quand il imite Squaresoft.



C'est beau comme un discours de Michel Rocard. A ma gauche, une enfance brise : une mre morte trop tt, une petite soeur enleve, un pre disparu, les Jeux de 20 heures regarder chaque soir, un village qui oublie jusqu' votre existence. A ma droite un pote, le sympathique Bow, hros charismatique comme pas deux avec sa tte de Saint-Bernard ahuri. Imaginez Belle, de Belle et Sebastien, qui enfilerait le costume d'Errol Flynn dans Robin des bois. Aprs, on va s'tonner de le voir ramer pendant toute l'aventure pour avoir la moindre touche avec une quelconque femelle. T'as pas le look, coco !



Mais sur un malentendu, on ne sait jamais, il faut foncer. En l'occurence a va tre haro sur le porcelet. Oui, froid, je conois que ce n'est pas trs clair. Disons qu'aprs une sympathique introduction jouable laquelle il est humainement impossible de comprendre quoi que ce soit tant a regorge d'allusions, de non-dits, de phrases mystrieuses et de gros yeux jaunes faon "Sauron aprs trois Long Island", on commence directement, sans chichis, avec nos deux potes, Ryu et Bow, employs de base la guilde de rangers locale. Et paf, une jeune fille a perdu son porcelet domestique, oh mon dieu ma petite Suzy, en plus je lui avais achet un joli ruban, quelle histoire. Bow, en bon con, (ou trs mad, voire les deux) va voler au secours de la demoiselle, du porcelet, et c'est parti pour une aventure de dingues.



Je vous rassure, a va s'toffer, surtout que Bow va se mettre dans une merde que mme John MacClaine il aurait les chocottes, et Ryu se retrouve bien vite seul dfendre les intrts de son pote. Si vous m'avez bien suivi, vous remarquerez que pour l'instant, il n'est pas question de sauver le monde.

ET C'EST CA QUI EST BON NOM DE DIEU !!!!



Ryu va agir par intrt PERSONNEL, oui, a vous la coupe hein ? Il va falloir attendre un paquet d'heures de jeu pour tomber dans le blabla classique des japoniaiseries du genre.



Alleluia, merci Seigneur, tu as cout mes prires. C'est donc avec un plaisir sans faille que je dcouvre petit petit ce monde qui n'en finit pas de se dvoiler (prend a dans ta gueule, Zelda III), et mes compagnons de route, plus ou moins svrement burns. Un singe qui fait le con, une grosse brutasse, un homme-plante, un franais tte de grenouille qui manie le fleuret (oooh original, il s'appellerait pas Jean-Luc Picard non plus tant qu'on y est ?), une bonnase de guerrire-chat amoureuse du hros, une autre bonnasse avec des ailes dans le dos et sa robe qui se soulve un peu quand elle lance un sort, et une femme-serpent que l'on sauve de la dpression et de la boisson, culte. C'est bien connu, le serpent est synonyme de vice et de perversion, voire de saucisses-cocktails au soja. Il y a des gens qui ne respectent rien.



Et il y a mme un deuxime effet double action puisque vous pourrez mlanger vos personnages des shamans qu'il vous faudra dbusquer un peu partout, et que de ces combinaisons pourront natre des super-persos avec des pouvoirs de porcs. Ma prfrence allant la mtamorphose de Bow, qui devient pour le coup une espce de dragon de parade chinoise en mtal avec un GROS GUN DANS LE BRAS DROIT MUHAHAHAHA. Il y a des obsessions japonaises qui ont la vie dure.



Les menus sont moches mais on s'y retrouve. A ceci prs que pour des raisons obscures, maladroitement caches sous les excuses foireuses de "lettrage" et "place mmoire", la plupart des objets sont dsigns par une abrviation tordue. On apprendra donc que le HLPbln vous redonne 100 PV, que le RvgKN est un couteau qui meule, pas une seule icne, c'est un peu sport. Perso j'ai mis du temps comprendre que la GTSband avait moins d'importance pour mon hros que le GrowBST et que le STRhdfiuTGH1234 et la FcvP sont avantageusement remplacs par le BDYTYTTUUlkgfSTRAK. Et je brode peine.



En dehors de a on a tout l'attirail classique : gestion de l'quipement, formation en mode combat, objets divers et varis, blablablabla. On alterne entre les modes "dplacements" et "combats" ; les commandes de combat sont classiques, avec juste une fonction "combat automatique" qui, combine avec la fonction "acclrer" d'un mulateur (que celui qui n'a jamais mul un RPG introuvable me jette la premire Vectrex), fait des miracles. Ajoutez quelques sorts de brutasses (oh tiens, si je me transformais en dragon de 18 mtres de haut, tu la sens ma grosse griffe ?) et c'est Nol.



Tout a pour avoir un jeu bien comme il faut. Sans plus. C'est quand mme long, a devient un peu plan-plan sur la fin, heureusement il y a diffrentes fins pour relever le niveau, et techniquement c'est ultra-quelconque. Donc si on accroche bien au dbut, avec ce dbut de scnario trs bien torch, on se laisse porter, d'autant que c'est rigolo de se changer en dragon pour tout pter. Sinon, bon, voil. Ca passe comme un MacDo : rien d'exceptionnel mais a rassure. La preuve c'est que le souffle qui m'animait au dbut de la rdaction de cette critique vient de retomber. Plaf.



Ce jeu reste tout de mme un trs bon RPG, qui vous permet de dcompresser entre deux bombes. Un bon jeu moyen. Et objectivement, s'il n'est que "moyen", c'est uniquement parce qu' ct il y a de vrais chef d'oeuvres. Mais on ne peut pas avoir un Final Fantasy 6 tous les jours, alors donnez sa chance ce bon petit Capcom plus qu'honorable. Si tant est que vous arriviez mettre la main dessus...

Le point de vue de César Ramos :
Relativement rare sur le march europen, donc cher. Dommage.