Le site qui a pu acheter la rue de la Paix.
Violinist of Hameln (the)
Enix - 1995
Pirouli, piroula. par Petemul

Extras : Musique - Manuel TXT - Manuel PDF
Ma chre Marcelline,



Nantes est grise comme un jour sans pluie lorsque tu n'es pas l. Loin de tes gestes feutrs et de ton sourire carmin, mon coeur se dssche comme une muqueuse nasale en plein dsert des Tartares. Toi, ma mie, mon alpha et mon omga-3, tu tais mes cts comme le beurre sur la crpe : douce et fondante, chaude et grasse. Maintenant, tout me parat si morne et vain...



Je jette des regards effrays autour de moi : quelle immensit, quelle tristesse ! Je vois des objets qui nous sont familiers. Ce roman que tu lisais en passant distraitement la main dans tes cheveux, cette toile de Titien que tu aimais contempler en coutant La Mer de Debussy, cette paire de menottes dlicatement pose ct du tlphone... Il y a dans l'air un parfum d'illusions sches et de regrets.



T'en souviens-tu, de ces soires folles et ivres, suivre des yeux les bateaux sur l'Erdre paresseuse ? T'en souviens-tu, de ces clats de rires la terrasse du caf "Der Bier Garten, Arbeit macht Frei" ? T'en souviens-tu enfin, de ce doux matin d'automne, quand nous nous enfournmes goulment, et sans fausse pudeur, cette cartouche dans le slot ?



Oui, souviens-toi Marcelline. Alors que les oiseaux s'taient tus au-dehors, le printemps s'brouait prmaturment dans la tlvision et nos sous-vtements. Pastel, vert pomme, rose escalope de veau, et Casse-Noisette de Tchakovsky reproduit avec une fidlit troublante, plus troublante encore que ta voix suave et indcente murmurant mon nom : l'ouverture - au sens musical - de ce jeu tait dj un tourbillon de sensations sucres.



La musique... en dehors de ton amour, je ne connais rien de plus beau. Et ce jeu lui tait ddi corps et me ( la musique, pas ton amour, crtine) tout comme j'y tais moi-mme dvou ( ton amour, pas la musique, espce de gourdasse cervele). La musique... qui ne pouvait se trouver un autre hros, un autre troubadour, que cet homme, ce garon fougueux, ce grand blond tnbreux : Hamel. Oui. Lui. Comme dans "Le Joueur de flte de Hamelin", mais avec un violon, parce que les fltes, tu comprends, c'est un peu trop... oooh ne me regarde pas comme cela, tu m'as comprise, je le vois la rougeur de tes joues charnues...



Il tait blond, il tait beau, il sentait bon la fable chaude. Serait-il un peu comme moi, au fond, ce violoniste habit par une blessure qui fait de lui un tre "diffrent" ? Mais pour tre comme moi, il lui faudrait une compagne ta mesure, oh, Marcelline, ma muse, ma buse, ma Syracuse. J'ai encore en mmoire ton soupir d'aise quand tu dcouvris celle qui pouvais te faire office d'alter-ego : Flute, ses grands yeux et son chapeau. Et, comme toi, ses pouvoirs mystrieux...



Orgie de tons chaleureux, chiptune frais et de bon got, un crin pour notre amour tel que l'on en fait plus : nous continumes. L'histoire ? Un prtexte. A-t-on besoin d'une vraie raison pour s'aimer, toi et moi ? Alors pourquoi faudrait-il une raison pour sauver le monde ? L'histoire, tout comme notre passion, nous dit juste d'avancer. Avanons, main dans la main et zigounette dans le pilou-pilou, et faisons avancer Hamel et Flute, main dans la main et violon dans la penderie ambulante. Je vois que tu as saisi l'allusion, ou si tu ne l'as pas fait, cette lettre t'en livrera la cl plus loin.



Marcelline, on raconte que j'ai vaincu ton coeur avec mes srnades. Quelle joie nous avons eu quand nous avons vu qu'Hamel faisait de mme ! Il terrasse ses ennemis grands coups de concertos. Virevoltant de droite et de gauche, de plate-formes en plate-formes, il envoie ses notes sur ses ennemis et les rduits l'tant de flan aux pruneaux. Tout comme l'tait ton me aprs mes chansons, n'est-ce pas fou, n'est-ce pas grand ? Et tout comme tu me colles au derrire en qute d'un mot doux, Flute colle au cul d'Hamel comme une patelle son rocher. Comme toi, elle le suivrait partout, jusqu'au bout du monde, jusque dans les pics mortels et les gouffres sans fond. Flute est l'image de notre union : invincible, invulnrable, immortelle.



C'est elle qui sauvera Hamel du ptrin. Ne m'abandonne pas. Sauve-moi, comme elle le sauvera. Flute et toi, Marcelline, avez deux choses en commun : une fidlit sans faille (elle reviendra toujours, malgr son intelligente Indpendance Assiste par Ordinateur) et une collection de fringues absolument dlirante. Oh bien sr, je prfre tes porte-jarretelles ses costumes d'autruche ou de palet de curling. Mais force est de constater que, dans un cas comme dans l'autre, ils sont fort propos pour aider le mle dominant.



La simple vision de ta robe fleurs m'allge de tous mes tracas. Pour Hamel, il en va de mme avec le dguisement de poisson - entre autres - de Flute : il l'allge au point de pouvoir s'lever dans les airs. Je vois l'tincelle de la comprhension clairer ton visage : Flute se dguise, Flute se pare, et Hamel en profite. Oui car finalement, l encore, c'est comme toi et moi, l'image du mle dominant n'tait pas qu'une image. Hamel utilise Flute ses fins personnelles et je sais que a te plat, hein ? Redis-le, sale catin, hein, oh, oui, comme a encore aaaaah. Hamel prend sans vergogne Flute, la balance contre les murs, lui grimpe dessus, la fait s'habiller et se dshabiller, et je te sens moite rien qu' lire tout cela. Et grce cette juste rpartition des rles, l'homme peut atteindre son but, peut atteindre le bout, franchir les obstacles, les nigmes, et vaincre le Mal. Misogynie part.



Mais c'est a qui est beau. Cette alliance mutine, maligne, complice, dlice, et quasi voluptueuse tant le cadre est cossu. Seule notre chambrette, Marcelline, aux murs constells d'toiles que nos souvenirs y accrochent chaque seconde, peut rivaliser avec les dcors de ce jeu somptueux ; et aucune musique n'a coul si doucement telle du miel dans nos oreilles, part mes pomes en ton nom murmurs dans la nuit. Sauf que mes pomes sont de moi tandis que dans ce jeu, les musiques sont 50% pompes sur des standards du classique, alors le mrite, pfuiiit, ne me prends pas pour un jambon, ma truie.



Je lve les yeux de ma lettre, je regarde autour de moi, je cligne des yeux. Les larmes, la nostalgie... de toi, de ce jeu... tout comme lorsque nous teignmes la console aprs notre premire partie de "The Violinist of Hameln" et, comme lorsqu'on a trop fix le soleil, on voit sur toute chose ensuite un rond vermeil, sur tout, quand j'ai quitt les feux dont il m'inonde, mon regard bloui pose des taches blondes. Comme notre amour, ce jeu fut trop court, comme notre idylle, il fut trop intense, comme tes draps, je m'y replonge chaque fois avec dlices.



Et, comme toi, il cote beaucoup trop cher.
Le point de vue de César Ramos :
Purement japonais et compltement introuvable prix dcent, mme pour un Yakuza qui a 25 ans de mtier.