Retry, Ignore or Cancel ?
Vortex
Argonaut Software - 1994
Je ne vous aime pas et vous tes laid. par Petemul

Extras : Musique - Manuel TXT - Manuel PDF
Le masochisme n'est pas une ide neuve. Moi qui vous parle, imbib de l'ducation judo-chrtienne bon ton que m'ont inculque mes parents, de braves cathos gauchistes, j'ai plus d'une fois pratiqu l'autoflagellation - le plus souvent mentale - en imaginant racheter un pardon aux yeux de la Morale Divine. Les moyens ne manquent pas dans notre monde pourri et technocratique.



Mais les annes passent, et tout devient galvaud, convenu, drisoire. Qui tremble encore la vue d'un martinet, ft-il brandi par Matresse Viviane ? Personne. Qui frmit toujours la vue d'un cilice en acier de Tolde ? Itou. Qui sourcille encore devant un 45 tours de Georges Gutary ? Je me marre.



Fort heureusement, pour l'Homme en qute de rdemption, le monde du vidoludisme offre toujours quelques expriences de l'extrme. Souvenez-vous des Double Dragon 3. De Shaq-Fu. Souvenez-vous du Virtual Boy, encore utilis Guantanamo aux heures glorieuses. Oui, nos consoles chries savaient aussi manier le bit l o a fait mal.

Vortex est un voyage au fond de la douleur.



Ce jeu va vous faire souffrir. Non, c'est inexact, je pche par omission. Ce jeu va vous dmembrer avec un couteau en plastique, enfoncer vos morceaux dans l'anus de vos parents, et leur uriner dessus pendant qu'il les forcera vous passer entirement dans une rape parmesan. L, on s'approche de la vrit.



Faisons un grand saut en arrire. En cette anne 1994, la 3D sur console est comme ma cousine : une terre encore vierge et inconnue. Les machines balbutient dans le domaine, et le moindre polygne fait frtiller la meute de joueurs encore mus par la tornade Starwing. Sur la Super Nintendo, reine des sprites et de l'-plat, le processeur FX ajout certaines cartouches permet de repousser les limites de l'extrme et ouvre de fantastiques perspectives. Le monde est beau et plein de promesses.



Vortex s'annonce. On nous prdit une sorte de "Starwing ++++" . Plus fou, plus puissant, plus noooorme. Les screens trouvs dans la presse confirment cette impression, la machine s'emballe, nous voulons savoir. D'autant que le concept a l'air dment : on aurait une espce de shooter 3D sans plus la contrainte du rail, donc une libert totale. Orgie ! Et on piloterait non pas un vaisseau mais un Mecha. Pques ! Nol ! Et enfin, ce Mecha peut se transformer : 4 formes diffrentes, rien de moins, tout moment : jet, triporteur blind ( peu prs), tortue (ou presque, un truc lent et indestructible). Oh oui, repasse-moi du boudin blanc !!!!



Le dbut fait plutt plaisir. Une intro qui nous expose la situation (accessoire et grotesque, comme tout bon scnario), le son est plutt impressionnant, quelques polygnes dans les coins et... un mode d'entranement. Bon. Le bon testeur, fougueux ses heures, mais consciencieux dix-sept, commence donc par un peu d'chauffement, d'autant que je n'avais pas rcupr le manuel.



Bien m'en a pris. Mon Dieu. J'ai cru ne jamais REUSSIR ce niveau. Oui, vous avez bien lu, le niveau d'entranement vous colle dj un direct dans les gencives. Il faut dire qu'il y a du travail, jugez plutt : vous devez grer les 4 transformations de votre bcane, et tout son armement, son allure, et mine de rien, le pad de la Super Nintendo n'a pas trop de boutons, loin de l mme.



Prenons la forme de base, le Mecha, par exemple. La croix permet d'avancer, de reculer, de tourner. Bon. A droite, un bouton pour sauter, un pour se retourner, un pour l'arme du bras gauche, un pour l'arme du bras droit. Dj, l, a demande un petit temps. Enfin, la gachette droite + le bouton d'une arme permet de changer l'arme assigne audit bouton, et la gachette gauche + un des boutons X Y A B permet de changer de forme. Houl. Et videmment, chaque forme a des petites subtilits retenir... autant dire que, comme la mre de certains par ici, Vortex demande une pratique rgulire pour bien matriser.



D'autant que la difficult n'est pas vraiment progressive. Ds le premier niveau on en bave des ronds de chapeau. Un viol sec. Ca canarde de partout, les vagues se succdent la chane, au secours, le tout avec quasiment aucune recharge d'nergie. Et le niveau 2 je n'en parle mme pas : celui qui n'a pas compris qu'il faudra laborieusement switcher en permanence entre toutes les formes pour optimiser et survivre n'ira pas loin.



Alors pourquoi pas. Des jeux pres, ardus, on en a tous connus. Du temps des consoles 8-bits, on tait pas particulirement l pour rigoler. Au bout d'une heure ou deux, on commence avoir les rflexes et ne plus changer de roquettes quand on voulait se mtamorphoser en urgence en forme dfensive. Mais le problme, c'est que l'intendance ne suit gure...



Oh, ct son, c'est plutt bon, trs bon mme ! De belles musiques bien orchestres, les instruments sont assez bluffants, de l'lectro qui envoie bien le bois, pas de souci. Graphiquement, c'est du Starwing : polygones tous les tages, arrirres-plans jolis, bon, bof, rien de choquant. Mais en revanche, le drame, c'est le frame rate...



On arrive l dans un syndrme "Golem" : l'ensemble se trane salement. Le Super FX n'est pas encore au top et a se sent : on joue la plupart du temps en diaporama. Et c'est trs, trs, trs nervant. Surtout que votre robot a une inertie, voulue, qui va s'ajouter l'ensemble et donner l'impression de jouer dans la glu ou pire, sur CPC. Et rien de plus nervant donc que de se faire canarder en se tranant la bite pour changer d'arme, de forme, ou bien en tentant de faire un rush dsespr, que sais-je encore. Rejouez Castlevania Adventure sur Game Boy, et vous comprendrez : Vortex, c'est la mme chose, en 3D.



Vortex est donc un jeu frustrant. Les missions consistant en gros nettoyer une zone en rcuprant des babioles au passage, et chaque mort vous faisant tout recommencer au dbut du niveau, on a souvent juste envie de tout balancer lorsqu'on crve en ayant but connement sur un rocher pointu sous le feu de l'ennemi. Vortex vous nerve, Vortex vous prend la gorge, Vortex ne cdera qu'au prix de longs et douloureux efforts. A vous de juger du prix payer pour le salut de vos mes, mais avec lui, vous pourrez effacer de sacres ardoises.

Le point de vue de César Ramos :
Commun et mal aim. Donc pas cher.