Le site du bien et des gens biens.
Actraiser
Enix - 1992
God burp bless you par Piou

Extras : Musique - Manuel TXT - Manuel PDF
[Acte 00]

Jaurais pu vous faire une prsentation banale de ce jeu, ou essayer dinnover un peu, mais il y a des jeux qui mritent bien mieux dans la vie, et chez nous, [Nespas ?], on ne fait pas dans la demi mesure. Cest pour cela quaujourdhui, je vous parlerai dun jeu bien original, du nom dActraiser. Enfin quand je dis que je vous en parlerai, ce nest pas tout a fait vrai, NOUS en parlerons, car jai comme invit surprise aujourdhui mes cts, le principal protagoniste de ce chef duvre, jai nomm Dieu en personne, pour faciliter la comprhension de ce dialogue, je me nommerais P, et D pour mon invit.

[Acte 01]


Jme dmande si ils le mritaient vraiment, ces feignants


P : Alors tout dabord, bonjour cher Monsieur Dieu, et encore merci davoir accept notre
D : Ouais, cest a, ta gueule et abrge veux tu ? Jai pas que a foutre.
P : Ah heu bon daccord
D : Quoi !? Quelque chose te gne peut tre espce de vomissure de rat crev ?
P : Heu Non mais comment dire
D : Ouais taimes pas comment jcause cest a ? Pas assez noble a ton got pour un dieu ? Bon allez, je passe lponge pour cette fois, mais tas intrt pas traner.

[Acte 02]

P : Alors, monsieur Dieu, pouvez vous nous expliquer brivement dans quelles circonstances vous tes vous retrouv engag en tant que Dieu par le dveloppeur anciennement nomm Enix.
D : Bah cest pas dur, en fait jtais dans une dche monstrueuse, ouais la coke commenait me revenir cher, puis jai entendu dire quon cherchait des gens un peu allums pour servir de modle dans un jeu , ctait grassement pay, et a faisait trois jours que je me nourrissais uniquement de ce que je trouvais dans les poubelles. Le seul problme, cest que je nai pas fait que servir de modleAh les salauds
P : Que voulez vous dire ?
D : Cest pas compliqu non ? Vous croyez rellement que tout ce que vous voyez interprt en pauvres bouts de pixels, cest du thtre ?
P : Mais cest honteux !
D : Je ne te le fais pas dire
P : Enfin bref, pour nous remettre de ces rvlations morbides, nous passerons au cur du jeu, je men voudrais de faire ressortir de mauvais souvenirs
D : Me semble que cest trop tard de toutes faons.

[Acte 03]


Quand jvous disais que les dguisements taient vraiment pas dgueux .


P : Pouvez-vous nous expliquer brivement en quoi consiste votre trs sainte qute dans ce non moins saint jeu monsieur Dieu ?
D : Bof, a reste du banal, ces pquenots de paysans du coin se sont fait assiger la gueule par des millions de dmons puants et suintants la merde plein nez, donc forcment, on a fait appel au dieu bienveillant qui va se faire dfoncer la gueule pour tous ces peignes culs sans couille.
P : Dit comme a cest bien peu engageant.
D : Vous mavez demander brivement non ?
P : Trs juste

[Acte 04]


Vous comprenez mieux POURQUOI jai cd a la tentation non ?


P : A prsent, jaimerais que vous nous parliez des aspects techniques de ce chef duvre, quels moyens taient mis en uvre ? Aviez-vous une certaine libert daction ? Pourquoi ce jeu se dmarque t-il des autres ?
D : Bah je tavouerai quau dbut, jtrouvais a franchement pas emballant, mont fait revtir une armure plutt ridicule, dans laquelle je marchais grand peine, et pas question de changer de direction en plein saut Comme un vieux pote que jai connu dans le milieu, quon appelaient Le golem entre nous, ah ah sacr Simon.
P : a ne parait pas trs palpitant tout a
D : Ta fini de me couper bton merdeux ? Bon o jen tais Ah ouais, bon malgr le fait que javais un dplacement ressemblant un peu celui dun paraplgique, ct baston ctait pas mal : moyen de balancer des sorts bien dvastateurs, petits coups dpe efficaces et tout le bordel.
P : Ah, a parait dj mieux.
D : J tais pas dj dit de la fermer ?
P : OuiSi excusez moiMais je me pose quand mme une question, jusqu' maintenant, a ma lair dtre, excusez moi si je vous parat insultant, un bte jeux de plate forme comme beaucoup de lpoque
D : Putain ! Pour une fois que tu dis un truc perspicaceBon je vais texpliquer ce quil en est de tout a. En gros, aprs avoir battu le mchant monstre de fin de niveau - un pauvre dguisement, de bonne facture mine de rien - ctait mon collgue, lAnge, qui soccupait de grer les terres des bouseux.
P : Un peu a la manire dun Sim City ?
D : HeuOuais, si tu le dis, bref, Clara
P : Heu, excusez moi, Clara ?
D : Ouais, son petit surnomEnfin tu comprends quoiLa chaleur du tournage tout a tout aPuisEnfin a tregarde pas. Donc, Clara se chargeait de soccuper de tous a, tuer les monstres qui se baladaient sur la carte, sceller les sceaux do apparaissaient ces putains de monstres, accder aux requtes des culs terreuxetc etc, et mme si sur la forme, ctait quand mme bien moche, sur le fond a valait le coup.
P : Ah ! Je comprends mieux tout lintrt du jeu finalement, une sorte de mlange Plate forme/Gestion ?
D : Perspicace mon con, mais pas seulementJe sais pas si le mot RPG te dit quelque chose
P : Si, bien sur.
D : Parce qu moi, rien du tout, enfin bref, en fonction de certains trucs, jgagnais des chances dencaisser des coups dans la tronche
P : Des points de vie voulez vous dire ?
D : Ouais srement.
P : Et donc, vous parliez de la beaut de ces phases, quen est il au final ?
D : Bah comme je te lai dit, les phases de gestion comme tu dis, ctait moche, peut tre pas autant que toi, mais quand mme. Par contre, les scnes de plate forme , ctaient mieux, puis lpoque on avait pas tous les moyens techniques que des jeux plus contemporainsOuais, jme rappelle que sur les dcors, les gars avaient mis lpaquet, non rien a reprocher de ce point de vue l.

[Acte 05]


Ouais, forcment, en fin de tournage, on samusait a cramer les figurants avec Clara, on smarrait bien


P : Et question musicalit ?
D : Bah jai beau pas tre fan de la musique pour tarlou... Heu pardon, la musique classique, celle l envoyait grave le pt, un peu prise de tte par moment, mais jamais lourdingue comme a aurait pu ltre. Jme suis mme surpris plus rien branler pendant les scnes de tournage, et seulement couter les autres de lorchestre jouerJusqu' ce que le metteur en scne me balance des pavs dans la gueule pour que je retourne au charbon.
P : Donc, pour conclure, ce tournage de jeu fut une excellente surprise pour vous ?
D : Pas quun peu, mme si je dois admettre que jai bien failli y passer une bonne 50 aines de fois, je crois que le sadisme ctait un des matres mots de notre quipesurtout la fin
P : Difficult ardue donc ?
D : Ouaip !
P : En tout cas, encore merci vous de nous avoir accord quelques prcieuses minutes pour cette interview, des projets davenir ?
D : Bah coute, jai bien eu une suite, mais moins palpitante, Clara sest faite virer parce quil avait refus de passer sous le bureau, salaud de patron, donc du coup je me la suis jou en soloPuis rcemment jai travaill pour un autre boss, pour un jeu ou jetais reprsent que par une maincest frustrant mais on sy fait.
P : En tout cas, bonne continuation vous, en esprant vous revoir prochainement.
D : Jy manquerais pas, allez comme finalement tes sympa, jtinvite boire un coup
P : Oh ! Merci ! Ici Piou, En direct pour [NesPas ?], vous les studios.
Le point de vue de César Ramos :
Moyennement commun, mais pas particulirement cher.