Ceci Nespas une pipe.
Castlevania 1 - Adventure
Konami - 1991
Bullet time avant l'heure par Petemul

Extras : Musique - Manuel TXT - Manuel PDF
"Christopher Belmont a bien des souis. Le mchant Dracula s'est encore enferm dans son chteau. Il faut aller lui donner des coups de fouets dans la figure, puisqu'il a l'air d'aimer a." Si avec a on ne vous vend pas du rve, je ne sais plus quoi inventer.

Castlevania n'est pas n sur GameBoy, mais y a t port, avec tout le savoir faire de Konami. Ho ho, un peu d'humour, comme c'est frais. Nous voil donc face un mythe : Castlevania. Rien que ce nom fait frmir tout joueur, oldies ou non, qui se respecte. Castlevania, a veut dire "avalanche de jeux / de scnarios / de graphismes / de musiques vous scotcher par terre depuis prs de 20 ans". Ca veut dire morts-vivants, goules, chauves-souris, chteaux hants. Ca veut dire fouet et chanes, voire cuir et moustache. a veut dire hros tnbreux, oscillant entre le barbare huil faon Schwarzenegger et le belltre romantico-gothique la Lautramont. Avec des guerrires fortes en tte et en poitrine pour rtablir les quotas. a veut dire "vivants, vous qui entrez ici, abandonnez tout espoir". a veut dire dossier de Hebus San, donc orgie littraire, et Nashounet (membre minent du forum NDLR) poil, donc orgie tout court.


Allez on y va, j'ai pas que a faire, j'ai mes enfants fouetter la maison.


Mais revenons sur Terre. Ici, nous avons le numro 1 sur Game Boy. Il y en aura 3 sur ce support, avant de passer aux versions Advance qui sont trs diffrentes. Donc arrtons-nous sur ce qui va tre les bases d'une petite srie qui a beaucoup fait parler dans les cours de rcr.

Pour faire dans les gnralits que tout le monde connat, Castlevania est un jeu en 2D de profil, mlangeant plate-forme et pourrissage de gueule des mchants. Le personnage (ici, Christopher Belmont) doit explorer 4 niveaux d'un chteau obscur, sanctionns chacun par un boss, en donnant des coups de fouets dans tout ce qui bouge, y compris dans les bougies pour rcuprer des bonus. Le tout en un temps [rarement trop] limit. Et il amusant de constater, finalement, qu'une fois de plus, cette truffe de Dracula a laiss, comme un con, un passage jusqu' chez lui avec plein de bonus sur le chemin.


Quoi de plus naturel qu'une bougie tenant en l'air en pleine fort ?


L'avantage de ce jeu, l'poque de sa sortie (c'est dire les peu prs premiers temps du Game Boy) tait d'offrir, sur ladite console, un jeu "noir", un peu agressif et inquitant, limite stressant. Ce qui changeait, disons-le, des aventures de la tomate Kwirk et de Super Mario. Non pas que Castlevania ft le seul du genre, mais il contribuait la diversit ambiante, et c'tait dj pas mal. De plus, il apportait avec lui son aura de succs hrite de la NES. Pas de surprise donc si ce jeu a bien march, dans le fond. Et pourtant. Et pourtant ! Dieu que a aurait pu tre mieux.


Sympa l'ambiance ! On se fait une belote ?


Techniquement, a vaut quoi ? Pour l'poque, a se tient. Les graphismes sont assez ingaux selon les passages, le hros ne ressemble rien, mais il y a de jolies choses dans les coins. Ca reste tout de mme assez grossier pour la plupart des sprites. Pas de quoi se relever la nuit, pour hurler de bonheur comme pour hurler de dsespoir. Les dcors du 3me niveau sont inexistants, par exemple.


"Plnitude Amnsique du niveau 3"



C'est fou comme un trou vous habille un intrieur rustique.


La bande-son est dj plus intressante. Les sons en eux-mmes n'ont rien de remarquable. La musique, en revanche, a toujours t le point fort des Castlevania : ici, elle est rythme, un poil inquitante, stressante, comme il faut. Presque au poil, enfin sans crier au gnie non plus. Si la musique du niveau 1 me colle encore des frissons par exemple, il faut reconnatre que les boucles mlodiques sont tout de mme trs courtes.

Par contre, niveau Gameplay, c'est le carnage. L'apocalypse. La grosse catastrophe.

Sur Nes, c'tait dj rude. Simon Belmont est connu de tous les joueurs comme tant un personnage assez coton manoeuvrer, aux sauts demandant une certaine pratique. Christopher fait pire. Rendons hommage aux concepteurs du jeu : ils ont parfaitement restitu de manire raliste l'inconvnient de se trimballer une armure de 90 kilos.
Je vous rappelle que le principe est bien de "sauter / frapper". Or on saute peine. Lentement. Enfin on se dtend lentement, aprs, le saut est court et on retombe avec brutalit. Le coup de fouet, lui, sort tout droit de Matrix, on dirait du bullet-time si les monstres n'allaient pas toujours la mme vitesse, eux. Donc c'est affreux. Les squences de plate-forme deviennent hasardeuses, et l'approche des vilains se vit toujours dans la panique. Avec cette effet de "alleeeeez vaaas-yyyy dooonnnne tooon coouuup de fouueeeet saaaale abruuutiiii" bien connu sous nos chaumires.


Frappe... frappe !!!


En plus, votre fouet a 3 niveaux de force : 1) court et merdique 2) long et puissant 3) et en plus il crache du feu. Et figurez-vous qu' chaque coup dans la face, vous descendez d'un niveau de fouet. Donc imaginons-nous en plein passage ardu, assez charg en bbtes, et imaginons de sucrot que vous commenciez vous faire latter la tronche :

1 - baisse significative des HP
2 - recul parfois fatal (vive les pics mortels, trous et autres monstres planqus) sans invincibilit partielle
3 - perte d'un niveau de fouet, donc on retrouve vite son fouet de base


"Le coup passa si prs que le chandelier tomba." Victor H.


Et votre fouet de base est certes inoffensif mais surtout COURT, c'est a qui fait tout foirer. Une allonge ridicule qui vous pousse au corps--corps. Donc aux ennuis. Castlevania doit donc se grer dans un sans-faute pour esprer en voir le bout.


Sance de plate-forme chez les fous.


Parlons-en, du bout, d'ailleurs. Vu ce que j'ai dit au-dessus, le jeu est assez dur, parce qu' la moindre erreur, vous tes dans le ptrin. Le niveau 3, contre-la-montre contre des ranges de pics mortels, entamera srieusement l'esprance de vie de vos coronaires.


Niveau 3 : Le plafond farceur...



...Le plancher hilarant...



...et le mur fou-fou-fou !!


Par contre c'est court. 4 Niveaux, chacun avec leur salle secrte je prcise. Eh oui, pas de sauvegardes, donc un jeu pens pour tre torch sur sa portable sans investissement temporel au-del du raisonnable. Dommage. Heureusement pour les fondus, on peut recommencer le jeu indfiniment, avec la difficult qui augmente chaque fois (les ennemis deviennent plus rsistants

Bien sr, au bout, vous avez Dracula, ici assez lourdingue meuler vu le gameplay (comme par hasard faut sauter partout), avec une fin pas dgueu pour l'poque.


Ah, videmment, c'est facile quand on se tlporte !!!!



Attention, magie...



... et hop ! (garanti sans trucage).


Donc bon. Curiosit intressante, avec du challenge pour les accros, mais vu les accrocs, on va plutt se concentrer sur les autres pisodes.

Le point de vue de César Ramos :
Malheureusement entour du mythe Castlevania, donc grosse distribution, mais gnralement trop cher...