Plagi par le FN depuis 1972.
Sonic Drift 2
Sega - 1995
Rien à voir avec le Rift. Mais alors RIEN de RIEN... par EcstazY

Extras : Musique - Manuel TXT - Manuel PDF
Tous les grands héros ont eu droit à leur heure de gloire motorisée. Oui, dans les années 90, on recycle les licences jusquà lépuisement. Des flippers, des jeux de cartes, des puzzle games, tout y passe quand une tronche fonctionne auprès du public. Sonic est de ceux-là. Malgré mon aversion personnelle envers son faciès ingrat, jai cédé un froid matin dhiver pour ce Sonic Drift 2 sur Game Gear.



Je dois reconnaitre que jai un faible pour les jeux de sport automobile en fausse 3D. Rad Racer et autres Out Run sont ma drogue. Rapides, généralement hyper maniables, beaux, cest vraiment un genre oublié, brillant. Mais déjà à lépoque, alors que je ny connaissais strictement rien en jeux, jappréhendais fort lécran miniature de la Game Gear pour ce type de jeu. Les captures à larrière de la boîte ne maidaient pas spécialement, montrant que lécran de jeu était splitté en deux. Ça va être chouette de jouer à un jeu de course sur un écran de 3cm de hauteur



Au lancement, un bel écran titre coloré. Trois championnats, ou des speed run. Bon esprit, ça permet de se chauffer. Et puis le choix du héros, avec ses caractéristiques propres et son petit goodies personnel. Un panel assez improbable : Sonic bien évidemment, qui a son petit boost lorsquil collecte trois pièces, Sonic Metal qui lui na besoin que de deux pièces pour son boost, Tails peut faire un saut pour éviter les obstacles, Knuckles punche ses ennemis, Fang lâche des flaques dhuile et Eggman pose des mines. Eggman ? Probablement un problème de licence. Il sagit vous vous en doutez du bon vieux Dr Robotnik



Pas mal comme choix non ? Chaque kart a de plus ses caractéristiques propres : plus rapides, plus simple à manier. De quoi varier les plaisirs. En regardant plus loin, on voit que les 3 championnats comprennent 6 courses chacune ! 18 en tout ! 18 circuits tous uniques, basés sur lunivers de Sonic : Emerald Hill, Casino Night, Ice Cap Plus que le graphisme, chaque circuit introduit sa petite touche de bonheur. Des virages relevés, de la glace, de leau qui nous gobe si lon ne va pas assez vite, des éclairs qui masquent lécran, ou encore des tunnels. Tout pour ne pas sennuyer du tout.



Et lon ne sennuie pas. Le rythme des courses est solide, lIA des ennemis aussi, juste ce quil faut pour ne pas trop se promener non plus, le tracé suffisamment costaud pour ne pas se relâcher dune minute. Chose intéressante : en plus des traditionnels circuits en boucle, on trouve aussi dans le jeu des spéciales, des courses avec un début et une fin ailleurs. Cest très agréable, et une fois encore cela introduit une variété bienvenue dans un genre qui sil est mal fait peut savérer terriblement lassant. Ici : rien de tout cela.



On prend donc un malin plaisir à rouler comme si demain nexistait pas. Sonic et ses compères sont cools, dans un environnement varié, avec des surprises à tous les niveaux. La musique nous caresse loreille comme une vraie Game Gear. Cest simple : on est dans lunivers de Sonic, et on y est bien. Mention spéciale à la course Milky Way, tentative débridée de contrefaçon de Rainbow Road de Super Mario Kart. Tout y est : lunivers stellaire, le vide qui entoure la piste, les étoiles qui filent, et la musique plus speedée. Cocasse tentative discrète de spoliation de lesprit



Au final cest tout simplement lun des meilleurs jeux de la Game Gear. Il est beau, sympa, pas ennuyeux pour deux sous, rapide, futé, bien fini, et sympa. Un chouette premier de la classe que tous les fans de fausse 3D de la grande époque se devrait de terminer, au moins une fois, simplement pour dire que Knuckles nest pas cette raviole tant décriée, et que lui aussi a un cur gros comme ça.


Le point de vue de César Ramos :
Pas spécialement commun, mais à trois fois rien.